Tennis

«Genie» en grande finale au Mexique!

Publié | Mis à jour

Eugenie Bouchard a obtenu son billet pour la finale de l’Omnium de Guadalajara, vendredi soir, au Mexique, en disposant de l’Italienne Elisabetta Cocciaretto en deux manches de 6-2 et 7-6 (2).

Pour la Québécoise, classée 144e au monde, ce sera une première finale sur le circuit depuis celle disputée à Istanbul en 2020. Il s’agissait également d’un tournoi WTA 250.

La finale sera présentée sur les ondes de TVA Sports 2, samedi, à compter de 20h.

 En ronde ultime, elle croisera le fer avec la gagnante du match opposant la Tchèque Marie Bouzkova, deuxième favorite et 50e au monde, à l’Espagnole Sara Sorribes Tormo, 71e raquette mondiale. Bouzkova avait été finaliste lors de la première édition de l’événement, en 2019.

Une belle victoire

En demi-finale, Bouchard a dominé une bonne partie du match contre Cocciaretto, 134e au monde, qui était ennuyée par une blessure au genou gauche. L’Italienne de 20 ans a d’ailleurs demandé un arrêt médical dès le cinquième jeu pour recevoir des traitements.

Cela n’a en rien affecté la concentration de Bouchard, qui a bouclé la première manche en 32 minutes après avoir brisé deux fois son adversaire.

Cocciaretto a bien débuté la deuxième manche, s’offrant même trois balles de bris au deuxième jeu. La joueuse de Westmount les a toutes effacées et a ensuite brisé l’Italienne.

Les choses se sont compliquées pour Bouchard au moment de servir pour le match. Cocciaretto a profité de ses erreurs au service et en fond de terrain pour remporter le jeu et pousser la manche au bris d’égalité. La Canadienne a alors retrouvé tout son aplomb pour finalement empocher la victoire.

Bouchard a réussi deux as et a remporté 80% des points lorsque sa première balle était en jeu. Elle a également commis quatre doubles fautes.

Une tournure surprenante

Cette finale représente une belle surprise pour Bouchard, qui était à Lyon la semaine dernière pour disputer un tournoi intérieur sur surface dure. Il s’agissait de sa première compétition de la saison.

«Je suis super fière de moi puisque le changement a été fou, a indiqué la Québécoise sur Twitter. Je n’ai jamais atterri le soir précédent un match de première ronde d’un tableau principal. Je crois que je n’avais jamais fait ça de passer d’un continent à l’autre, de l’intérieur à l’extérieur, de conditions si différentes et de fuseaux horaires différents. Je me suis dit que je ferais de mon mieux et qu’on verrait ce que ça donne. Je n’ai pas vraiment eu le temps de penser avant de prendre le terrain.»