Crédit : Photo AFP

F1

Formule 1: premiers tours de roue à Bahreïn

Publié | Mis à jour

Trois mois se sont écoulés depuis la victoire de Max Verstappen au Grand Prix d’Abou Dhabi, qui marquait, le 13 décembre dernier, la fin d’une saison écourtée en Formule 1.

La discipline-reine du sport automobile va reprendre ses activités en fin de semaine, du 12 au 14 mars, à l’occasion de ses essais hivernaux, dont la durée et l’endroit ont changé pour compenser notamment les pertes financières énormes causées par la pandémie.

Ainsi, non seulement ces séances privées ne se dérouleront que sur une période de trois jours (contre quatre l’an dernier et huit en 2019), mais elles ont aussi été déplacées de Barcelone, en Espagne, où elles avaient lieu depuis sept ans, à Bahreïn.

Cette destination, où deux courses ont été présentées en 2020, sera le théâtre de la première épreuve de la nouvelle saison dans deux semaines.

Les divers intervenants de la F1 vont donc réaliser des économies importantes en évitant de se déplacer après la tenue de ces essais privés, dont le format (du vendredi au dimanche) prendra l’allure, pour ainsi dire, d’un week-end normal de courses.

Temps de piste limité

On a beau souligner que, pour la première fois dans l’histoire de la F1, les écuries (à part McLaren, qui a changé de motoriste) vont conserver leur châssis de l’année précédente, certains changements exigés auront pour effet de réduire l’appui aérodynamique des bolides.

Trois jours, c’est aussi très peu pour huit des 20 pilotes du plateau, qui doivent découvrir leur nouvel environnement de travail.

Quatre d’entre eux (Sebastian Vettel, Sergio Pérez, Daniel Ricciardo et Carlos Sainz) ont changé d’écurie, trois autres (Mick Schumacher, Nikita Mazepin et Yoki Tsunoda) disputeront leur premier Grand Prix le 28 mars, alors que le vétéran Fernando Alonso renouera avec la F1 après l’avoir quittée à la fin de la saison 2018.

Contrairement aux années passées, les équipes, à part Williams, vont confier le volant à leurs pilotes titulaires exclusivement, en raison évidemment du temps de piste limité.

À tour de rôle

Au moins cinq écuries ont décidé de diviser chaque journée en deux, dont Aston Martin (ex-Racing Point) qui fera rouler Vettel en matinée vendredi et samedi, puis Lance Stroll en après-midi. Les rôles seront inversés (Stroll en matinée et Vettel en après-midi) dimanche.

En revanche, des écuries comme Red Bull et Alpine (anciennement Renault) ont choisi une autre façon de préparer la nouvelle saison, soit la présence d’un seul pilote en piste vendredi, l’autre samedi et une alternance le dernier jour.

Williams est la seule équipe à avoir annoncé que son pilote d’essai Roy Nissany serait mis à contribution, et ce, pour toute la journée vendredi. Nicholas Latifi et George Russell prendront la relève samedi et dimanche respectivement. Fait plutôt étrange, le Britannique sera l’unique pilote à temps plein à devoir patienter jusqu’au dimanche pour tester sa nouvelle voiture.