Patrice Bernier

La construction se poursuit avec Wilfried Nancy

La construction se poursuit avec Wilfried Nancy

Patrice Bernier

Publié 10 mars
Mis à jour 10 mars

L’annonce est faite, c’est maintenant réglé : Wilfried Nancy est le nouvel entraîneur du CF Montréal. Il s’agira d’un septième entraîneur pour le club depuis son entrée en MLS en 2012. 

Je suis content de ce dénouement. C’est clair, le projet va continuer d’avancer alors qu’on en arrive à l’an deux de l’ère Olivier Renard à Montréal. Pour certains, ce choix était logique, alors que d’autres regardent son contrat en remarquant qu’il n’est que pour un an, avec une année d’option, et se demandent s’il est réellement vu comme une solution à long terme pour l’équipe. 

Ceux-là, je les invite à regarder le cas de Jim Curtin, actuel entraîneur de l’Union de Philadelphie. En place depuis 2014, il avait signé un nouveau contrat de seulement un an avec le club, en 2019. Contrat qui a ensuite été prolongé par l’organisation après un excellent début de saison. Curtin a finalement été nommé entraîneur de l’année en MLS pour la saison 2020. 

Ce sont des situations de contrat qui se produisent pour les joueurs comme pour les entraîneurs. 

Il y a aussi de la cohérence dans ce choix. On regarde les dernières acquisitions de Renard et la philosophie mise en place par Thierry Henry et on se dit que Wilfried pourra s’inscrire dans une certaine continuité. Il est aussi un «produit de la maison», comme plusieurs joueurs par ailleurs. Il pourra donc inculquer confortablement la culture de ce club. Certaines idées mises de l’avant à l’académie, où il a commencé son parcours d’entraîneur ici, continueront d’être valorisées avec l’équipe première, ce qui pourra cimenter davantage le lien entre les deux. 

Je suis heureux pour Wilfried Nancy. Il sera à la baguette, il pourra laisser sa vision s’exprimer à travers les joueurs, parce qu’il ne faut pas oublier que ce sont eux qui exécutent. Nancy l’a bien mentionné : il veut être clair, pour que les joueurs puissent ensuite s’exprimer pleinement à l’intérieur de cette vision. 

N’oublions pas, non plus, que nous sommes au cœur d’un processus : si on regarde la plupart des équipes qui ont du succès, cela survient le plus souvent au terme d’un processus de deux ou trois ans. Avec une équipe grandement rajeunie, un coach qui arrive et qui est jeune lui aussi, tous peuvent grandir ensemble et poser les bases d’un CF Montréal qui pourrait devenir l’une des grandes équipes de la MLS. Pas une équipe qui s’en tient à essayer de faire les éliminatoires, mais plutôt un club qui vise le gros trophée. 

Trois axes à développer 

Maintenant qu’il est bien en selle, et avec une saison qui doit débuter dans quelques semaines seulement, Wilfried devra orienter le développement de l’équipe à travers trois grands axes : des principes de jeu forts, une bonne dynamique de groupe et un resserrement global du jeu défensif. 

D’abord, on verra sans doute des similitudes avec la philosophie de jeu établie par Thierry Henry, qui est de «construire de l’arrière». Il s’agira de mettre en place des repères et des signes sur lesquels les joueurs pourront toujours s’appuyer, de sorte que lorsqu’ils traverseront des tempêtes et de mauvaises passes, comme il en survient inévitablement chaque saison, ces fondations bien établies empêcheront le groupe de s’écrouler. 

Ensuite, à l’extérieur du terrain, il faut rappeler que l’équipe devra s’expatrier pendant un bon bout de temps, en début de saison, afin de composer avec les inconvénients causés par la pandémie de COVID-19. Ce n’est rien que la plupart des joueurs ne connaissent pas : ils l’ont fait en 2020, d’abord à Orlando lors du tournoi estival, et dans le New Jersey à l’automne. 

Le défi sera de créer une culture, une fraternité, un état d’esprit entre les joueurs. Certains s’entendent bien parce qu’ils se sont connus à l’académie ou en équipe nationale, d’autres se sont croisés ailleurs dans le grand monde du soccer. Mais il demeure que les grandes équipes, celles qui sont fortes, le deviennent parce que les liens, l’état d’esprit, le groupe sont forts. Ce début de saison à l’étranger sera une épreuve, ça va peser dans la balance, mais la culture du groupe, les liens forgés entre les joueurs pourraient faire la différence afin d’en ressortir gagnants et grandis. D’ailleurs, les séjours à l’étranger sont souvent très utiles pour solidifier l’esprit de corps d’une équipe. 

À cet effet, Nancy devra bien identifier qui sont ses «cadres», qui est son capitaine, et ces joueurs seront ceux qui vont animer cet état d’esprit. L’entraîneur peut bien communiquer ses messages et ses valeurs, ce sont les joueurs qui devront se serrer les coudes à travers les victoires et les défaites. 

Crédit photo : Courtoisie CF Montréal

Enfin, l’organisation défensive sera aussi un grand chantier pour Nancy et son groupe d’entraîneurs. Ils se retrouvent avec une équipe jeune, rappelons-le, une équipe qui aura peut-être plus de flexibilité, et aussi la faculté de mettre la pression plus haut sur le terrain. Avec des joueurs plus jeunes, qui ont les capacités pour répéter les efforts, on peut tenter d’être plus agressifs. 

En tout cas, un certain redressement s’impose, parce qu’en regardant les chiffres de la saison dernière, les buts encaissés et surtout, la moyenne de buts accordés par match (1,86), Montréal a connu une saison difficile près de son filet.

Il importe d’y remédier : dans l'évolution de cette équipe et de ce système de jeu, il faudra davantage en maîtriser les aspects défensifs et la gestion des espaces. Une fiche positive par rapport aux buts marqués et accordés est indicatrice d'une bonne saison. 

Cette défense comptera aussi plusieurs nouveaux visages, comme Zorhan Bassong, Kamal Miller et «Kiki» Struna. Avec toute la concurrence que cela causera et ce qu’elle induit, il sera intéressant de voir comment ces nouveaux éléments apporteront au groupe. J’ai également hâte de voir quels joueurs deviendront les titulaires indiscutables au cœur de cette défense. 

Il faut aussi répéter que dans l’organisation défensive du club, il n’y a pas que les défenseurs qui sont en cause. Est-ce que ce sera une équipe qui ira provoquer l'adversaire haut sur son terrain, ou plutôt attendre en bloc médian ? Dans l'ère moderne du soccer, il faut être capable de s'ajuster en cours de match.

Trouver mais le bon équilibre attaque-défense n'est jamais facile. Mais comme le disait le grand joueur et entraîneur Johan Cruyff, «si nous avons le ballon, les autres ne peuvent pas marquer».

Des débuts contre le TFC 

On apprend d’ailleurs, aujourd’hui, que c’est contre le Toronto FC que le CF Montréal débutera sa campagne 2021, le 17 avril, à Fort Lauderdale. Rappelons que les Torontois ont aussi changé d'entraîneur durant la saison morte. Une nouvelle ère débute pour eux, sans Greg Vanney.