Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens de Montréal

Price est désormais «magané», révèle Waite

Publié | Mis à jour

Aux dires de son ancien entraîneur des gardiens, Carey Price est désormais «magané». Pour afficher l'efficacité d'antan, il doit absolument recevoir une charge de travail adéquate.

Stéphane Waite a fait cette confidence, et plusieurs autres, lors de son passage au balado «The Sick Podcast» de l’animateur de radio montréalais Tony Marinaro.        

«C’est normal [que Price ne soit plus le même qu’avant]. Il a été blessé partout : hanches, genoux, dos, cheville... Il est pas mal magané (pretty banged up). C’est la raison pour laquelle il n’est pas le même s’il joue trop», a révélé le Sherbrookois.  

Waite, qui a entre autres été très candide lors d’un entretien avec Jean-Charles Lajoie au cours des derniers jours, a continué de déballer son sac avec une rafraichissante honnêteté.

Selon lui, Price a joué trop de matchs la saison dernière, mais il doit tout de même être suffisamment actif pour trouver son rythme de croisière. 

«Le ratio parfait pour lui est deux matchs sur trois, a expliqué Waite. C’est ce qu’il va commencer à avoir pour le reste du calendrier régulier. La ligne est très mince entre trop de départs et pas assez.» 

Bien qu’Allen connaissait un meilleur début de saison que Price, Waite n’a jamais songé à employer l’ancien des Blues de St. Louis comme un gardien numéro un.

«Le passé nous prouve qu'il n’est pas capable d’amener son jeu à un autre niveau lorsqu'il devient le gars sur qui tout repose. C’est pourquoi il est le parfait auxiliaire à Montréal», a-t-il observé. 

Le bon homme       

Malgré l’usure du temps, Price demeure le gardien susceptible de ramener la coupe Stanley à Montréal, croit encore Waite. 

«Il est resté à Montréal parce que son rêve est de gagner une coupe ici. Il est encore le bon gars pour accomplir cette tâche.»

Celui qui a gagné deux fois la coupe Stanley dans l’organisation des Blackhawks de Chicago affirme que Price aurait déjà une bague sur un doigt s’il avait évolué dans une équipe aspirant aux grands honneurs. 

«S’il avait joué avec le Lightning de Tampa Bay, les Penguins de Pittsburgh ou les Blackhawks au cours des dernières années, il aurait gagné ces coupes n’importe quand.» 

Le projet de Waite       

Waite a par ailleurs semblé déçu de ne pas avoir pu travailler plus étroitement avec un des joyaux de l’organisation, le jeune cerbère Cayden Primeau. 

«Il sera vraiment bon, a-t-il prédit. Il me fait tellement penser à Corey Crawford : même gabarit, même technique, même comportement. Les deux sont calmes. C’était mon projet, mais malheureusement, je ne serai pas là quand il jouera à Montréal. Mais il aura une belle carrière.»

Dans quelques années, les Canadiens pourraient être confrontés à un choix difficile lorsque Primeau sera prêt à briller de tous ses feux. Price ou Primeau? 

«Dans deux ou trois saisons, ils auront une grosse décision à prendre», a convenu Waite.