LNH

«C’est une chose que je ne souhaite à personne»

Publié | Mis à jour

L’attaquant québécois Nicolas Deslauriers continue de faire son petit bonhomme de chemin dans la Ligue nationale de hockey avec les Ducks d’Anaheim. Et pas seulement avec ses poings.

Deslauriers a amassé cinq points en 23 matchs en 2020-2021 avec un différentiel de -2. Il a cependant été laissé de côté à trois occasions par son entraîneur Dallas Eakins. 

Toutefois, en raison de la pandémie, la vie du joueur d’avant, comme celle de tout le monde, a passablement été chamboulée. En effet, le Québécois est seul à Anaheim alors que sa femme et ses quatre enfants sont restés au Québec.

«C’est dur. C’est une chose que je ne souhaite à personne, a candidement confié Deslauriers, mardi, lors de l’émission JiC sur les ondes de TVA Sports. Quand tu arrives à la maison et que tu es habitué d’entendre des enfants, soit crier, soit être content de te voir, surtout après un long voyage, de rentrer dans une maison silencieuse...

«Je suis rendu avec une routine d’ouvrir toutes les télévisions juste pour avoir du son. Il y a beaucoup de Facetime, c’est sûr. Mais c’est dur. Tu ne souhaites pas ça à personne. Tu essaies de garder ta concentration. Dans un sens, c’est bon pour garder ta concentration sur le hockey, mais quand tu as une journée congé et que tu passes ta journée sur Facetime, c’est dur.»

Deslauriers a continué de parler avec son coeur

«Je m’ennuie beaucoup de mes enfants et ma femme, a-t-il dit avec émotion. C’est là que tu vois qu’être une famille, c’est un, c’est d’être tout le monde ensemble, c’est fait pour être ensemble. La pandémie, c’était la meilleure chose pour eux d’être à la maison et d’avoir de l’aide de la famille proche, surtout avec les beaux-parents qui habitent en arrière. [...] Ce n’est pas la chose que tu demandes dans la vie de passer une moitié de saison seul. On a beaucoup de temps pour se parler au téléphone. C’est là que tu vois que les femmes de joueurs de hockey, elles ne gagnent pas assez de respect du monde. Dans le cas de ma femme, elle est tout le temps seule avec quatre enfants étant donné que je ne suis pas là. C’est vraiment dur.»

Deslauriers n’est pas le seul Québécois avec les Ducks alors que le jeune Maxime Comtois attire beaucoup les regards, avec 19 points depuis le début de la campagne.

«Il a toujours été un joueur doté d’un talent offensif, a expliqué Deslaurers à propos de son compatriote. Il a toujours été un gars qui se place dans une bonne position pour lancer au but. Il contribue vraiment bien. Au début de l’année, on n’avait pas beaucoup de marqueurs et lui il réussissait à trouver le fond du filet ou avoir des passes. C’est un gars qui a maturé beaucoup en un an.

«[...] Son jeu défensif s’est beaucoup amélioré et s’il continue comme ça, ça peut vraiment être un bon joueur des deux sens de la glace. Dernièrement, il contribue offensivement et je pense que c’est ce qui nous aide à aller chercher des matchs.»

Voyez l'entrevue intégrale dans la vidéo ci-dessus.