Crédit : Joël Lemay / Agence QMI

Patinage

Un accrochage ruine la journée de Charles Hamelin

Publié | Mis à jour

Freiné en demi-finale du 1000 m, dimanche, à Dordrecht, aux Pays-Bas, Charles Hamelin a dû faire une croix sur le titre au cumulatif au championnat mondial de patinage de vitesse courte piste.

Couronné en 2018 à Montréal, Hamelin a cette fois-ci terminé en sixième place. Après une victoire en finale B du 1000 m, il a pris le septième rang de la super finale du 3000 m.

«Ce n’est pas les résultats escomptés, a mentionné Hamelin. Je ne m’attendais pas à ça. En demi-finale, il s’est passé quelque chose de bizarre. J’ai reçu un coup de coude ou de bras à une jambe d’un patineur hongrois [Shaolin Sandor Liu] en tentant de le dépasser et j’ai ressenti un spasme dans le virage suivant. Ça piquait comme si on m’avait entré une aiguille dans le genou.»

«J’ai sursauté et j’ai fait un pas de côté pour voir si la douleur allait être aussi intense en continuant, de poursuivre le médaillé d’or au 1500 m, samedi. J’ai eu peu peur parce que j’ai eu le même problème il y a deux ans. J’étais correct, mais la course était finie. C’est dommage parce que j’aurais voulu me battre jusqu’à la fin pour la victoire. Dans les circonstances, terminer sixième au monde est très, très encourageant pour la prochaine année.»

Hamelin est revenu en force en remportant la finale B, mais le 3000 m a été ardu alors que deux patineurs se sont envolés dès le départ, semant la confusion.

«J’aurais dû partir avec les deux meneurs, mais je ne voulais pas tirer la course parce que j’avais une cible dans le dos, a-t-il expliqué. J’aurais quitté la patinoire et mes principaux adversaires m’auraient suivi. Par la suite, je voulais battre le Russe [Semen Elistratov] pour le devancer au classement général, mais j’ai été coincé derrière un Hongrois. Coéquipiers à l’entraînement, les deux frères hongrois et le Russe ont usé de stratégie. Je préfère ne pas commenter davantage.»

«Le 3000 m n’est pas une course que j’adore, d’ajouter celui qui en était à sa 17e participation au championnat mondial. Les gars qui sont aux sixième, septième et huitième rangs partent souvent en force pour amasser de gros points. Même s’ils gagnent, ils ne sont pas en mesure de déloger le meneur au classement général.»

Sébastien Cros estime que le vétéran de l’équipe canadienne avait les atouts pour obtenir un très bon résultat au 1000m.

«C’est Charles qui était le plus fort sur 1000 m, a affirmé l’entraîneur-chef de l’équipe canadienne. C’est tellement frustrant parce que Charles me disait après la ronde quart-finale qu’il se sentait tellement bien et qu’il avait des jambes de jeunesse. Il y a toutefois plein de choses qui peuvent se produire en courte piste. Quant à l’accrochage en demi-finale, j’ai vraiment espéré qu’on le ramène, mais l’officiel en a décidé autrement.»

À son retour à Montréal, Hamelin rencontrera le médecin de l’équipe pour s’assurer que sa blessure n’est pas sérieuse. «Malgré un inconfort, la douleur n’avait rien de comparable dans les autres courses, a-t-il souligné. J’ai vécu des petits épisodes toute l’année avec mon genou, mais ça ne durait pas longtemps. Je suis convaincu que je serai en pleine forme quand nous allons retourner sur la glace en avril.»