SPORT NHL LEMIEUX

Crédit : REUTERS

LNH

Quand Mario Lemieux rassure... Kristopher Letang

Publié | Mis à jour

Repêché en 2005 par les Penguins de Pittsburgh, le Québécois Kristopher Letang a eu la chance de côtoyer Mario Lemieux sur la glace à l’occasion de son premier camp d’entraînement et il n’a pas caché avoir été initialement très intimidé par la situation.

À quelques semaines de la dernière saison du «Magnifique» dans la Ligue nationale de hockey (LNH) en 2005, Letang, qui a été la 62e sélection au repêchage cette année-là, a rapidement été jumelé à Lemieux. 

«C’était au camp d’entraînement. Il jouait encore, s’est remémoré Letang, au cours du dernier épisode du balado "Lavoie-Letang". Lors de la première séance d’entraînement, ça adonne que j’étais dans son groupe. On devait faire un exercice de passe vraiment simple pour se réchauffer, [mais] je n’ai jamais eu peur de ma vie comme ça.»

Donnant ses premiers coups de patin au sein d’une organisation professionnelle à 18 ans, l’arrière a toutefois rapidement été approché par Lemieux, après l’exercice, et a reçu les mots d’encouragement nécessaires pour qu’il soit plus à l’aise.

«"Es-tu nerveux? Ne t’inquiète pas, tout va bien aller. Ne lâche pas, on travaille fort." Il a fait en sorte que je me sente bien. C’était très spécial.»

Maintenant propriétaire de l’équipe, Lemieux continue son travail en ce sens, lui qui est toujours présent pour accueillir les nouveaux venus et applaudir les bons coups.

«Mario va toujours venir se présenter aux joueurs qui ont été rappelés des ligues mineures. Il descend dans le vestiaire et félicite les gars pour leur premier match dans la Ligue nationale de hockey [LNH], leur premier but... C’est quelqu’un qui est très facile d’approche et qui fait sentir les gens bien autour de lui.»

Enfin des spectateurs 

Les Penguins sont l’une des équipes qui ont rouvert les tourniquets récemment et Letang n’a pas caché que le retour des partisans dans les estrades était une source de bonheur et de motivation.

Quelque 2800 personnes ont pu assister en personne à une victoire de 5 à 2 contre les Flyers de Philadelphie, mardi, au PPG Paints Arena.

«C’était très spécial pour être honnête. Pour l’échauffement, les gens étaient déjà assis. On a vu l’enthousiasme que les gens avaient dans l’amphithéâtre. Ça change vraiment la dynamique. [...] Les partisans jouent un rôle. On les appelle le septième joueur et ce n’est pas pour rien.»

L’expert hockey Renaud Lavoie et Letang ont également discuté d’Oskar Lindblom, de Zdeno Chara, de mauvaises séquences et de «party» de la coupe Stanley.