Canadiens de Montréal

«S'il ne gagne pas, je pense qu'il est parti de Montréal»

Publié | Mis à jour

Est-ce que la décision des Canadiens de congédier l’entraîneur des gardiens de but de l’équipe, Stéphane Waite, vise à accentuer la pression sur Carey Price?

Le choix de Marc Bergevin de se défaire de Waite au profit d’une nouvelle structure chapeautée par Sean Burke n’est certainement pas anodin, tout comme la façon dont a procédé le directeur général du CH.   

«J'ai été surpris que Marc ne parle pas à son gardien numéro un pour faire un choix de la sorte», a avoué notre analyste Patrick Lalime, ancien gardien de la LNH, dans un segment auquel participaient également Éric Fichaud et Jean-Sébastien Giguère.

«Parce que l'entraîneur des gardiens de but, c'est ton meilleur "chum", a-t-il poursuivi. Si tu ne parles pas à ton gardien numéro un avant de le congédier, ce que tu veux faire, c'est le déstabiliser. Et tu le fais dans un moment où il a de la difficulté, où il est fragile.»

Pour Giguère, il est clair que c’est un message à l’endroit de Price, plus haut salarié de l’équipe.

«On veut mettre la pression sur Carey Price, a-t-il affirmé sans ambages. Depuis le début de la saison, s'il y a quelque chose qui ne fonctionne pas, c'est Carey. Il faut changer quelque chose! Marc Bergevin est vraiment agressif et je pense que ça va payer à la fin de la saison.»

Fichaud, lui, est encore plus catégorique.

«Cette année, il n'y a pas d'excuse» pour Price qui, selon lui, a une bonne équipe devant lui.

«S'il ne gagne pas, je pense qu'il est parti de Montréal.»

Voyez l’ensemble de la discussion en vidéo principale.