Renaud Lavoie

Dossier Price: il ne reste que deux options

Dossier Price: il ne reste que deux options

Renaud Lavoie

Publié 03 mars
Mis à jour 03 mars

Il ne faut pas commencer à trouver des zones grises dans la décision de Marc Bergevin de remercier un collègue de longue date comme Stéphane Waite. 

Cette décision touche vraiment une seule personne dans l’organisation, et c’est Carey Price. Il est évident que le niveau d’insatisfaction est à son sommet chez les dirigeants de l’équipe. C’est pourquoi Sean Burke sera maintenant le grand responsable des gardiens de l’organisation.    

Sean Burke est d’ailleurs reconnu comme un excellent entraîneur. J'ai consulté quelques personnes qui ont travaillé avec lui au cours des dernières années et il semble parler comme un entraîneur-chef. Il est très direct dans ses demandes et historiquement, il aime les gardiens qui sont très bien positionnés et qui bougent le moins possible. Il faut donc s’attendre à ce qu’il demande à Carey Price de jouer un peu plus profondément devant son filet. Carey Price devra aussi s’attendre à ce que Sean Burke ne passe pas par quatre chemins pour passer son message lorsque les choses vont mal. 

Comme disait le directeur général des Canadiens, il a fait le changement parce qu'il sentait que son gardien avait besoin d’une nouvelle voix. Il faut s’attendre à ce que le ton change. Il faudra absolument que les performances de Carey Price se replacent, et vite.

Vers la croisée des chemins    

Marc Bergevin n’a visiblement pas le goût de rester les bras croisés. Les attentes sont élevées et ses décisions des derniers jours démontrent qu’il veut des résultats immédiats. Les prochaines décisions de sa part impliqueront, sans aucun doute, des joueurs qui se joindront à son équipe via une transaction. 

Mais revenons à Carey Price. Il n’y a pas 150 scénarios possibles présentement lorsqu’on s'intéresse à l’avenir de Price à Montréal. S’il est en mesure de redevenir le gardien dominant qu’on connaît tous et qu’il amène son équipe le plus loin possible en série, Carey Price va demeurer à Montréal.

Ma crainte, c’est que si l’inverse se produit, il est fort possible qu’on assiste à son chant du cygne dans l’organisation. Est-ce qu’un changement d’air serait bénéfique pour tous? La question mérite d'être posée. De plus, l'arrivée du Kraken pourrait permettre à Carey Price de se rapprocher des siens, sachant que le gardien passe ses étés dans l'État de Washington.

Il faut aussi considérer les Canucks, qui sont visiblement à la recherche de renfort devant le filet. 

Mais avant de partir en peur avec la possibilité que Carey Price ne soit plus le gardien des Canadiens la saison prochaine, il ne faut pas oublier qu’il peut facilement – et j’insiste sur le mot facilement – redevenir un très grand gardien.