HKN-HKO-SPO-MONTREAL-CANADIENS-V-TORONTO-MAPLE-LEAFS

Crédit : AFP

Renaud Lavoie

Une première en six semaines

Une première en six semaines

Renaud Lavoie

Publié 28 février
Mis à jour 28 février

Jacques Martin a passé sa carrière d’entraîneur à nous parler du processus. Qu’il fallait respecter le processus afin de remporter des matchs. C’est ce que les Canadiens ont fait dans la défaite, samedi soir, et c’est ce que les Jets n’ont pas fait dans la victoire. 

Si l’entraîneur des Jets, Paul Maurice, devait se gratter la tête après la victoire, Dominique Ducharme et ses joueurs étaient rassurés parce qu’ils ont tout fait sauf gagner. Un total de 41 lancers contre seulement 21 pour les Jets, 26 mises en échec pour le CH contre 15 pour leurs opposants. 

Seulement deux joueurs des Canadiens n’ont pas obtenu de lancer au filet (Jake Evans et Brett Kulak) contre huit pour les Jets.

Bref, les Canadiens auraient mérité mieux, mais la bonne nouvelle, c’est qu’ils ont suivi le plan de match à la perfection et ont joué avec intelligence. En réalité, ils ont probablement disputé leur match le plus efficace de la saison, du moins depuis le 18 janvier à Edmonton. Ça fait un bail, comme on dit.

Raccourcir le banc

L’autre aspect intéressant, c’est que Dominique Ducharme a pris des décisions importantes dans la rencontre. D’abord, le trio de Jonathan Drouin, Nick Suzuki et Tyler Toffoli a beaucoup joué. Jonathan Drouin a passé 19 minutes 52 sur la glace, un sommet pour lui cette saison. 21 minutes 03 secondes pour Nick Suzuki, un sommet pour lui cette saison. 19 minutes 19 secondes pour Tyler Toffoli, qui avait déjà joué un peu plus à trois autres occasions cette année. 

Évidemment, c’est le quatrième trio qui a vu son temps de glace baisser alors que seul Paul Byron a dépassé la barre des dix minutes. Dans un contexte où il est important d’aller chercher des victoires, c’est une décision très facile à comprendre, mais il ne fait pas conclure que Jake Evans, Corey Perry et Byron ont mal joué, bien au contraire. 

Celui qui m’inquiète encore, c’est Jesperi Kotkaniemi. Heureusement qu’il a Joel Armia et Artturi Lehkonen à ses côtés pour limiter les dégâts. Pas que Kotkaniemi a été atroce, il a enfin obtenu des tirs au but, lui qui n’en avait eu aucun dans les trois matchs précédents, mais lorsque le jeu devient serré ou lorsqu’il sent qu’il va se faire frapper, il perd la rondelle la plupart du temps. 

Le plan de match contre lui est particulièrement simple et il devra trouver une façon d’accepter les mises en échec ou de s’imposer encore plus physiquement. Il est encore jeune, mais s’il ne s’adapte pas, combien de temps Dominique Ducharme sera patient ? Vous me demandez quelle est l’alternative ? Je ne détesterais pas voir Jake Evans avoir plus de responsabilités pour quelques matchs. Juste pour voir comment il se débrouillerait avec Armia. Je pense qu’on serait agréablement surpris des résultats. 

Il est clair que Kotkaniemi est le plus talentueux des deux. Mais il n’y a pas que le talent dans la vie, croyez-moi. Alors qui serait le plus efficace des deux à court terme ? La question mérite d’être posée. Il n’y a toutefois qu’une seule façon de connaître la réponse. 

Price de retour mardi?

Je dois vous avouer que j’ai adoré voir Carey Price travailler de façon acharnée avec Stéphane Waite, l’entraîneur des gardiens. Vendredi et samedi, ce furent deux sessions d’une heure sur la glace qui ont été très intenses et Price semblait solide.

La dernière chose qu’il faut croire présentement, c’est que Price a perdu sa technique. C’est littéralement entre les deux oreilles que ça se joue. Il veut gagner, il veut faire les arrêts nécessaires, mais justement, il réfléchit au lieu de réagir aux rondelles qui sont lancées en sa direction. 

Comme mon collègue Patrick Lalime l’a si bien mentionné dans le match samedi soir, au lieu de regarder ses matchs sur vidéo, il devrait les prendre et les jeter à la poubelle. De regarder sans arrêt les buts qu’il accorde n’apporte aucun avantage en ce moment. Lorsque Carey Price est à son meilleur, c’est lorsqu’il est d’attaque et qu’il n’a peur de personne. Les joueurs ont toujours dit qu’il est intimidant devant son filet. C’est exactement ce qu’il doit projeter.