Crédit : Photo d'archives, Didier Debusschère

LHJMQ

Un week-end d’apprentissage pour les Remparts

Publié | Mis à jour

Deux matchs, deux contre-performances. Malgré la fin de semaine difficile pour ses Remparts qui s’est terminée dimanche par une deuxième défaite en 24 heures aux mains des Saguenéens de Chicoutimi, Patrick Roy préférait jouer aux philosophes plutôt qu’au bourreau avec ses joueurs.

Les Remparts doivent une fière chandelle à leur gardien Thomas Sigouin qui a limité les dégâts avec 39 arrêts dans le revers de 3-1 encaissé dans l’environnement protégé du Centre Georges-Vézina. La veille, Québec avait été écrasé 6-0.

«Je n’aime pas utiliser cette expression-là, mais on était ici pour apprendre et de voir ce qu’on ferait contre une équipe comme les Saguenéens. Il est clair qu’on n’a pas répondu à l’appel», a reconnu le grand patron des opérations hockey des Diables rouges en visioconférence.

Les Remparts ont été limités à 17 lancers et n’ont jamais été dans le coup. Désorganisés, chancelants, ils ont paru dépassés par les habiletés des joueurs des Saguenéens qui s’en sont donnés à cœur joie.

«Aujourd’hui [dimanche], on a eu une clinique au niveau de la protection de rondelle, au niveau de la compétition, de sortir les rondelles de la zone. On était un peu hésitants et ça a fait en sorte qu’on n’a pas joué un très bon match.

«À un moment, nos défenseurs sont devenus nerveux et on ne savait plus quand c’était le temps de pincher. On est venus entre deux eaux. J’aime penser que ça fait partie du processus et je suis convaincu qu’on va tous grandir positivement de cette expérience-là», a ajouté Roy qui tout en distribuant des fleurs à son gardien.

Rien à foutre du classement

Avec ses deux victoires, la troupe de Yanick Jean consolide sa place au quatrième échelon du classement général avec son pourcentage de victoires de ,711 alors que les Remparts ont dégringolé au septième rang.

Mais pour Jean, le classement est bien secondaire dans une saison atypique comme celle-ci où des programmes peuvent être remis à tout moment, sans avertissement, en raison de la COVID-19.

«Je suis plate, mais ça me passe 100 pieds par-dessus la tête, voire même 1000 pieds! Dans une saison comme ça, tu ne peux pas évaluer le classement des équipes à la fin de l'année avec la force des équipes. Chaque équipe va avoir vécu son histoire, peu importe ses quarantaines, la possibilité de pratiquer, de ne pas pratiquer pratiques, de jouer, de ne pas jouer, etc. Peu importe où on va finir, je peux vous dire que notre équipe va être prête», a répondu celui qui campe les rôles d’entraîneur et de directeur général de la formation chicoutimienne.

Rythme retrouvé

Pierrick Dubé, Félix Lafrance, avec son premier but avec les Sags et Dawson Mercer ont marqué dans la cause gagnante. Seul Gabriel Montreuil a trompé la vigilance d’Alexis Shank en récupérant un retour de lancer en deuxième période.

Saluant le jeu physique de ses hommes et leur agressivité en fonçant au filet adverse, Jean dit particulièremen aimer l’état d’esprit de ses gars actuellement. Sont-ils aussi affamés puisqu’ils veulent compléter le boulot inachevé l’an dernier à la suite de l’annulation des séries?

«La première chose qu’on a dit au camp d’entrainement, c’est qu’on voulait régler le passé. On ne veut pas revenir sur l’année passée. Là, on contrôle ce qu’on peut contrôler et pour l’instant, j’adore l’attitude de notre équipe en général», a-t-il matelé.

Les Sags ont toutefois perdu les services des attaquants Thomas Belgarde (fracture du poignet) et Matej Kaslik (commotion). Dans le cas de Belgarde, son absence pourrait être longue.

Par ailleurs, les recruteurs et les médias seront autorisés à assister en personne aux matchs dans les bulles dès mardi selon le nouveau protocole sanitaire approuvé par la Santé publique.