JiC

«Tu n’es pas dans une ligue de bière!»

Publié | Mis à jour

Après une pause de près d’une semaine, les Canadiens de Montréal n’ont pu faire mieux qu’une récolte d’un point sur une possibilité de quatre en fin de semaine.

Pour l’animateur Jean-Charles Lajoie, les défaites contre les Maple Leafs de Toronto, samedi, et les Sénateurs à Ottawa, le lendemain, sont préoccupantes. 

«Les unités spéciales sont catastrophiques, le collectif est absent et le jeu d’ensemble est tout croche, a-t-il déploré en entrée en matière à «JiC», lundi. À partir des sorties de zone, ça va mal. Imaginez le reste!»

Par ailleurs, si certains joueurs comme le jeune Nick Suzuki et le capitaine Shea Weber parlent de la perte du plaisir à jouer, «JiC» montre du doigt «la qualité du leadership du groupe». Parmi deux exemples cités, Carey Price qui dit vouloir resserrer la défense après un gain de 7-3 à Vancouver.

«Le club gagnait. Tout allait bien. Price et Weber babounaient parce que la défense n’était pas au cœur des priorités de l’équipe, rappelle-t-il.

«À Brossard, au lendemain d’une victoire à Montréal, que fait Shea Weber? Il joue du Sher-Wood à gauche et à droite. Qu’est-ce que tu fais là? Tu n’es pas dans une ligue de bière! Tu es dans un entraînement d’équipe.»

Ces deux incidents ont-ils un lien avec la glissade récente du Tricolore? Jean-Charles Lajoie en est convaincu.

«Les cinq meilleurs marqueurs de la ligue sont dans la section Nord. (Un des deux) meilleurs compteurs du Canadien est un défenseur. Il est 31e dans la LNH. Que s'est-il passé après 10 matchs?»

Dans un élan de grogne, le coloré animateur s’est montré plus cinglant quant au diagnostic qu'il en fait.

«Price goale mal, Weber joue mal. Pis Claude Julien coache mal, a-t-il déclaré sans retenue. Tu perds Jonathan Drouin, qui n’a pas joué en troisième... et Tomas Tatar a joué 10 minutes. Est-ce moi, ou ce sont deux ailiers gauches?»

Drouin a quitté la rencontre face aux Sénateurs après un coup discutable du défenseur Mike Reilly, qui l’a retenu avant de la pousser contre la bande vitrée. L’ancien arrière du CH a d’ailleurs été le joueur le plus utilisé en l’absence de Thomas Chabot.

«Mike Reilly avait l’air de Thomas Edison! On l’a mis aux vidanges ici!», s'est-il exclamé.