Crédit : AFP

LNH

Le DG des Flames n’est pas satisfait

Publié | Mis à jour

Les Flames de Calgary en arrachent ces jours-ci et leur directeur général Brad Treliving ne s’en cache pas, disant qu’il souhaite voir davantage de constance dans les performances des siens.

La formation albertaine a échappé ses trois dernières rencontres et présente un dossier (8-9-1) inférieur au seuil de respectabilité, ce qui lui vaut le cinquième rang de la section Nord. Elle a intérêt à se ressaisir rapidement, sauf qu’elle devra en découdre avec les puissants Maple Leafs de Toronto, lundi et mercredi.

Aussi, les Flames peinent autant en attaque qu’en défense, ayant été surclassés 14 à 3 au chapitre des buts durant leur séquence de revers actuelle. Déjà, Treliving avait exprimé clairement son message au cours d’une entrevue à la chaîne radiophonique Sportsnet 960 The FAN, vendredi. C’était entre autres avant la dégelée de 7 à 1 encaissée le lendemain aux mains de Connor McDavid et des Oilers d’Edmonton, pendant laquelle l’attaquant s’est défoulé avec trois buts et deux aides.

«Présentement, j’évaluerais les Flames comme une équipe très irrégulière qui n’obtient pas un rendement de haut niveau de la part de tout le groupe, a-t-il déclaré. Nous avons du jeu inconstant de la majorité de nos joueurs, de sorte que ce n’est pas suffisant pour le club. Si je mets de côté la fiche, mon attention est toujours portée vers les éléments menant au résultat et nous sommes dans un milieu axé sur les performances. L’objectif est d’effectuer les choses correctement à chaque jour, de travailler grâce à un effort maximal et d’exécuter à un niveau optimal. On doit se concentrer sur les détails et si tout cela est en place, [...] on sera davantage heureux du résultat.»

«Là, on veut s’organiser pour être affamé dans plusieurs aspect : notre préparation, notre processus», a-t-il continué.

Des entrées en matière compliquées

Calgary éprouve notamment des ennuis en raison de sa mauvaise habitude de commencer les rencontres du mauvais pied. Sur leurs 18 matchs de la campagne, l’adversaire a ouvert la marque à 12 reprises. Également, l’équipe de l’entraîneur-chef Geoff Ward a concédé 21 buts pendant l’engagement initial d’un match.

«Nous avons parlé maintes fois de nos débuts de match. Tout est une question de gestion de la rondelle, de détermination, de travail et de désir de payer le prix. Gagner est difficile à faire dans ce circuit et je crois que ce l’est encore plus cette année, a précisé le DG. Vous avez un calendrier court, des matchs qui se succèdent rapidement, une section réellement compétitive. Chaque partie a une saveur de séries éliminatoires. [...] Vous devez faire les choses plus solidement et plus longuement que l’adversaire.»