Crédit : Photo d'archives, Martin Chevalier

LNH

Alex Galchenyuk relève la tête

Publié | Mis à jour

Acquis par les Maple Leafs de Toronto la semaine dernière, l’attaquant Alex Galchenyuk a discuté avec les journalistes de la Ville Reine, dimanche, affirmant vouloir continuer de travailler pour relancer sa carrière.

L’ancien du Canadien de Montréal n’a fait que passer chez les Sénateurs d’Ottawa, qui l’ont refilé aux Hurricanes de la Caroline plus tôt ce mois-ci. Le temps de le dire, ceux-ci le retournaient en Ontario, mais cette fois plus au sud, par le biais d’une transaction impliquant David Warsofsky et Egor Korshkov.

Avec un but en huit rencontres cette saison, le joueur de 27 ans devra en faire beaucoup pour convaincre l’entraîneur-chef des Leafs, Sheldon Keefe, de lui garder une place au sein de la formation régulière. Présentant un dossier de 14-3-2, Toronto trône au sommet du classement général et n’a pas nécessairement à trop jongler avec son groupe de patineurs.

«Ce fut assez intense ces derniers jours, a admis Galchenyuk selon des propos repris par le réseau Sportsnet. Nous pouvons rester assis ici et parler toute la journée de ma carrière. [...] Cependant, ce n’est pas ce que ma tête dit de faire. Je suis maintenant ici et j’en suis très excité.»

Afin de redevenir un hockeyeur évoluant à tous les soirs dans la Ligue nationale, le natif du Wisconsin n’a pas de recette miracle à appliquer. Les efforts devront simplement être au rendez-vous.

«Vous savez, vous devez mériter cette opportunité et ensuite, batailler pour garder votre poste, a-t-il mentionné. Il faut travailler, attaquer et jouer agressivement sans cesse, se présenter en effectuant les jeux. C’est ce que je dois faire, ça et compétitionner.»

Le potentiel est là, selon les Leafs

Si Galchenyuk remonte la pente, les Maple Leafs pourraient constituer des rivaux encore plus dangereux pour le Tricolore et les autres clubs de la section Nord. Le joueur d’avant a déjà marqué 30 buts dans une saison – celle de 2015-2016 – et Keefe a déjà affirmé que son nouveau joueur avait un grand potentiel, surtout avec «son répertoire d’habiletés et ce qu’il a accompli dans la ligue».

À tout le moins, le principal intéressé a tous les outils pour réussir. À Toronto, le talent en attaque ne manque pas du tout. Il doit d’abord regarder en avant et éviter de trop se rappeler du passé.

«Même s’il n’y a pas eu beaucoup de hockey, j’ai déménagé souvent au cours des dernières années. Ce fut difficile, mais ça fait partie de la vie. Là, c’est intéressant, si vous prenez la situation de la bonne façon», a-t-il philosophé.