Crédit : Photo Instagram

Club de foot Montréal

Joaquin Torres sait où il s’en va

Publié | Mis à jour

Embauché sous forme de prêt par le CF Montréal il y a un peu moins de deux semaines, le milieu de terrain argentin Joaquin Torres ne manque pas d’enthousiasme.

«Je n’ai pas du tout hésité, c’est un challenge qui m’a allumé dès le départ», a-t-il confié par l’entremise d’un interprète lors d’une visioconférence lundi.

Produit du club prestigieux Newell’s Old Boys, celui qui a eu 24 ans il y a moins d’un mois a rapidement commencé à se renseigner sur son nouvel environnement avant même d’y mettre les pieds.

«Ça faisait quelques mois que cette option de prêt à Montréal était sur la table. Ça m’intéressait d’entrée de jeu.»

«Je me suis renseigné quand cette possibilité s’est présentée. J’ai parlé avec d’anciens joueurs et maintenant je suis en contact avec l’autre Argentin du club, Emanuel Maciel.»

Recommandé

Torres n’a pas eu à chercher bien loin pour avoir des avis sur le club et la ville, il a puisé dans les contacts de sa formation argentine.

«J’ai eu la chance de connaître des joueurs qui sont passés par Montréal comme Hernan [Bernardello] et Maxi [Urruti]. Je leur ai parlé récemment et ils m’ont donné d’excellentes références pour ce club.»

À Montréal, il rejoint une équipe qui a toujours eu des Argentins en ses rangs, un presque. On n’a qu’à penser à Nacho Piatti, Victor Cabrera ou Andrés Romero.

«Ça me fait plaisir de me joindre à une équipe qui a toujours accueilli des Argentins.»

Occasion en or

À 24 ans, Torres est encore jeune, mais il est conscient qu’un passage en Major League Soccer (MLS), une ligue qui sied bien aux Argentins, pourrait lui ouvrir des portes.

«Mon style de jeu convient à la MLS parce que je suis bon à un contre un et que je suis à l’aise pour couper d’un côté à l’autre.»

Il n’arrive pas dans le premier circuit nord-américain sans savoir dans quoi il s’embarque.

«C’est une ligue que je suis depuis quelques années parce que j’y ai des amis comme Franco Escobar à Atlanta et Milton Valenzuela à Columbus.

«J’aimerais éventuellement retourner en Europe, mais pour ce faire je devrai avoir du succès ici pendant quelques années et c’est ce sur quoi je vais me concentrer.»

Parcours

Joaquin Torres possède un parcours intéressant, lui qui a amorcé sa carrière professionnelle à 18 ans avec Newell’s Old Boys.

Après quelques années avec le club qui l’a formé, il est allé en Grèce en 2019 où les choses se sont assez bien passées pour lui. Il inscrit cinq buts et deux passes en 27 rencontres.

Mais les choses ont pris une tournure différente pour plusieurs raisons.

«Mes six premiers mois en Grèce se sont très bien passés, puis l’entraîneur a été congédié et il y a eu la pandémie en plus du fait que mon contrat arrivait à échéance et qu’ils ont décidé de donner plus de temps de jeu à des joueurs qu’ils voulaient développer.»