SOCCER-USA/

Crédit : USA TODAY Sports

Club de foot Montréal

Un groupe très talentueux

Publié | Mis à jour

Pendant qu’on se demande s’il y aura des matchs de la Coupe du monde de soccer 2026 à Montréal, on oublie que l’équipe canadienne qui devrait y participer risque d’être la meilleure de l’histoire du soccer au pays.

«C’est de loin la formation la plus talentueuse que j’ai vue depuis que je fais partie du programme», a affirmé Samuel Piette du CF Montréal.

«Lors de mon arrivée, en 2012, on avait beaucoup de bons joueurs qui jouaient dans de gros clubs en Europe, mais on n’en avait pas une tonne. Aujourd’hui, on en a beaucoup et je pense que c’est même difficile pour John [Herdman] de faire son alignement de 23 joueurs.»

Du talent

Le sélectionneur canadien compte en effet sur des jeunes prodiges en Alphonso Davies (20 ans) et Jonathan David (21 ans).

Ceux-ci sont entourés de plusieurs joueurs qui seront encore au sommet de leur art dans cinq ans comme Lucas Cavallin, Stephen Eustaquio, Mark-Anthomy Kaye, Maxime Crépeau et Samuel Piette, entre autres.

Vue sur 2022

«En 2026, tous les jeunes joueurs qu’on a en ce moment vont encore faire partie de la sélection, mais c’est sûr qu’on se concentre sur les qualifications de cette année en vue de la Coupe de 2022», a insisté Piette.

Pour participer au tournoi qui aura lieu au Qatar en novembre et en décembre 2022, la formation canadienne va donc devoir remporter sa sélection et va, à ce titre, amorcer un véritable chemin de croix à compter du 24 mars.

L’unifolié va participer au premier tour de qualification, un tournoi à la ronde réunissant six groupes dont le premier passera au second tour. Le Canada se retrouve dans le groupe B avec le Suriname, les Bermudes, les îles Caïmans et Aruba. Ça ne devrait donc être qu’une formalité.

Au second tour, les six gagnants des groupes seront opposés dans trois séries aller-retour qui auront lieu en juin.

Les trois vainqueurs passeront à la ronde finale où attendent le Honduras, les États-Unis, le Costa Rica, le Mexique et la Jamaïque.

Disputé à compter de septembre, ce tournoi à la ronde permettra aux trois meilleures équipes d’obtenir leur billet pour le Qatar et à la quatrième formation de participer à un match éliminatoire interconfédération.

Amélioration

Pour en revenir aux progrès de la formation, Samuel Piette est heureux de voir la direction que prend le recrutement.

«Chaque fois qu’on arrive en équipe nationale, il y a de nouveaux visages qui percent comme Tajon Buchanan qui a eu une bonne saison avec la Nouvelle-Angleterre.»

«Maintenant, juste de jouer dans un club ce n’est pas suffisant, tu dois te surpasser chaque jour et de match en match.»

L’époque où des joueurs évoluaient pour le «FC Unattached» est révolue. C’est le nom que l’on donnait à un joueur qui était sélectionné même s’il était sans équipe.

«John [Herdman] a un réseau de recrutement qui lui permet de trouver des joueurs qu’on n’avait peut-être pas soupçonnés.»

L’équipe nationale a d’ailleurs tenu son premier camp de 2021 du 4 au 16 janvier et outre Piette quatre autres membres du CF Montréal y participaient, soit Joel Waterman, Zacahry-Brault-Guillard, Zorhan Bassong, James Pantemis et Kamal Miller.

Une première

Pour Waterman, c’était une première expérience avec la formation nationale et il en a profité pleinement même si un match amical contre les États-Unis a été annulé en raison de tests à la COVID-19, qui se sont avérés non concluants.

«Je viens d’avoir 25 ans, je ne sais pas si je peux dire que je suis jeune, mais je regarde Jonathan David et Alphonso Davies et je veux faire partie de ce groupe.»

Il espère avoir fait une assez bonne impression pour qu’on lui offre de joindre la sélection pour le début des qualifications à la Coupe du monde de 2022.

«L’équipe d’entraîneurs a été très bonne pour communiquer, j’ai pu apprendre où je me situe et ce qu’on attend de moi cette année. J’espère que ça va me permettre d’être à nouveau appelé en mars.»