Crédit : Photo Martin Chevalier

Canadiens de Montréal

Paul Byron au ballottage

Publié | Mis à jour

Marc Bergevin a pris un risque calculé au lendemain de la victoire de 2 à 1 contre les Maple Leafs à Toronto. Le directeur général du Canadien de Montréal a choisi de placer le nom de Paul Byron au ballottage.

Au premier coup d’œil, cette manœuvre peut paraître surprenante. Byron, 31 ans, porte un «A» sur son chandail et il appartient au groupe de meneurs de l’équipe.

Utilisé à l’aile au sein d’un quatrième trio et pour des missions en infériorité numérique depuis le début de la saison, Byron n’a plus un rôle aussi prépondérant sur la glace.

Seulement trois aides

En 14 matchs cette saison, le Franco-Ontarien a amassé seulement trois aides, et son temps de jeu moyen (12 min 36 s) a chuté de près de deux minutes comparativement aux deux dernières saisons.

Byron a regardé un match de la passerelle de presse mercredi dernier lors de la visite des Maple Leafs au Centre Bell. Claude Julien lui avait préféré Corey Perry.

Une question d’argent

En plaçant Byron au ballottage, Bergevin a fait un choix mathématique. À un salaire de 3,4 millions $ pour cette année, mais aussi les deux prochaines saisons, Byron n’est pas trop attirant pour l’une des 30 autres équipes de la LNH.

«Quand tu places un gars sur le ballottage, tout peut arriver, avait dit Bergevin le 3 janvier dernier, soit à l’ouverture du camp. Avec la situation du plafond salarial, les gros salaires et les contrats à long terme sont plus faciles à cacher. Mais quand tu places un joueur, il y a un risque de le perdre.»

Pour reprendre les mots du DG, le Tricolore espère donc cacher Byron.

S’il n’est pas réclamé lundi midi, le petit ailier se retrouvera sur l’escouade de réserve. De cette façon, le Canadien économiserait sous le plafond salarial près de 10 000 $ (9267 $) par jour. Pour arriver à ce chiffre, on prend 1,075 million $ (le montant qu’on peut déduire d’un contrat garanti de la LNH en envoyant un joueur sur l’escouade de réserve ou dans la Ligue américaine) et on doit le diviser par 116 jours, le nombre de jours où les joueurs sont payés.

Longue pause

Le CH jouera son prochain match samedi prochain face aux Maple Leafs, au Centre Bell. D’ici la prochaine rencontre, Byron pourrait rester jusqu’à vendredi sur l’escouade de réserve. Dans cette alternative, on parlerait d’une économie de près de 50 000 $ (46 335 $).

Plus Bergevin réalisera des économies, et plus il pourra garder des joueurs au sein de l’équipe principale. Depuis quelques jours, le Canadien peut maintenant se payer deux réservistes, comparativement à un seul en début de saison.