LNH

Marc-André Fleury profite d'une chance inouïe

Publié | Mis à jour

Ayant pris les rênes chez les Golden Knights de Vegas depuis que Robin Lehner s’est blessé, le Québécois Marc-André Fleury démontre qu’il peut encore être à la hauteur d’un rôle de gardien numéro 1 dans la Ligue nationale.

Fleury n’a concédé que deux buts lors des deux derniers matchs de la formation, bloquant notamment 24 rondelles contre les Sharks de San Jose, samedi. Auparavant, Lehner (cinq départs) et lui (quatre départs) s’étaient presque également partagé la tâche devant la cage de l’équipe du Nevada.

Que ce soit à Las Vegas ou avec les Penguins de Pittsburgh plus tôt dans sa carrière, Fleury a toujours fait passer l’équipe en premier lorsque son substitut prenait l’ascendant, refusant de se plaindre. Il ne s’est toutefois pas gêné pour évoquer les bienfaits d’obtenir plusieurs départs consécutifs, samedi.

«Quand vous pouvez jouer 2-3 matchs de suite, j'ai l'impression que vous avez peut-être de meilleures sensations, a lancé Fleury en vidéoconférence après le match. Vous êtes plus détendu sur la glace. Vous n’avez pas l’impression que votre dernier affrontement remonte à longtemps, donc je pense que vous pouvez être plus à l’aise en début de rencontre.»

Assurer les arrières

Fleury présente ainsi une fiche de 6-1-0, une moyenne de buts alloués de 1,58 et un taux d’efficacité de ,934 cette saison. Lehner, lui, revendique un dossier de 3-1-1, une moyenne de 2,96 et un taux de ,890.

Les deux gardiens donnent toutefois une chance de gagner à leurs coéquipiers, selon le défenseur Alec Martinez. Le match des Knights, jeudi, en est un bon exemple. Fleury n’a donné qu’un but, mais les Golden Knights ont été blanchis par les Ducks d’Anaheim.

«Je pense que nous n’étions pas vraiment satisfaits de notre dernière performance, a avancé Martinez. Chaque fois que [Fleury] est devant le filet, et évidemment quand [Lehner] est devant le filet, nous voulons faire de notre mieux et essayer de leur donner un peu d’appui, car ils assurent certainement nos arrières.»