Crédit : AFP

Tennis

Medvedev passe près de la catastrophe

Publié | Mis à jour

«T'as pété les plombs! T'as pété les plombs! Tu peux me laisser jouer?» En plein quatrième set et alors qu'il a totalement perdu le contrôle de la partie, Daniil Medvedev s'en est vertement pris depuis sa chaise à son entraîneur Gilles Cervara... qui a préféré quitter la tribune.

Medvedev avait survolé les deux premières manches face à Filip Krajinovic avant un improbable retournement de situation qui a vu le Serbe revenir à égalité deux sets partout. Devant son box déserté par son entraîneur, le Russe a alors repris les commandes et assommé son adversaire pour se qualifier 6-3, 6-3, 4-6, 3-6, 6-0 pour les 8es de finale des Internationaux d'Australie.

«Bien sûr que son départ et le fait que je me sois mis à mieux jouer sont liés», a commenté Medvedev par la suite. 

«Il m'a dit qu'il était persuadé que j'allais gagner et il a simplement voulu me laisser seul pour que je me calme», a expliqué le bouillant joueur russe qui parle en français avec son entraîneur.

«C'était juste un moment où, en tant qu'êtres humains, on était tous les deux frustrés parce qu'on voulait tous les deux la victoire, moi en tant que joueur et lui en tant qu'entraîneur», a-t-il ajouté.

«Alors il lui a semblé que c'était la meilleure chose à faire. Dans certaines occasions je n'aurais pas été d'accord, mais là c'était certainement la bonne chose à faire», a poursuivi Medvedev.

«Ça arrive une fois par an, deux au maximum. Mais aujourd'hui, ça m'a aidé. Bien sûr on va en parler, mais il n'y a rien de grave», a conclu le joueur qui vient de fêter ses 25 ans.

Cervara est l'entraîneur de Medvedev depuis 2014 et a emmené son joueur au plus haut niveau: finale des Internationaux des États-Unis en 2019, victoire aux Masters de fin d'année l'an dernier et 4e rang mondial actuellement.

Berrettini qualifié dans la douleur pour les 8es

Matteo Berrettini (10e mondial), malgré une douleur abdominale, s'est qualifié samedi pour les 8es de finale des Internationaux d'Australie en éliminant le Russe Karen Khachanov (20e) 7-6 (1), 7-6 (5), 7-6 (5).

«Je ne sais pas ce qu'il s'est passé, mais j'ai senti une douleur sous mes côtes (à gauche). Le physio a dit qu'il n'y avait pas d'élongation, que ce devait être un petit problème musculaire», a expliqué l'Italien.

La douleur est apparue dans le troisième set. Il s'est fait masser à 4-5 et a su atteindre le jeu décisif en profitant d'un grand nombre de fautes directes de Khachanov, comme inhibé par l'état physique de son adversaire.

«Ça me faisait mal surtout au service et j'ai perdu un peu de concentration. Je menais deux sets à zéro, je jouais bien, j'étais sur mon élan et soudain j'ai eu cette douleur. Alors je suis très heureux d'avoir remporté ce troisième set. Il me reste à faire du bon boulot avec le physio avant de revenir sur le court dans deux jours», a-t-il ajouté.

Pour son premier 8e de finale à Melbourne, l'Italien, qui n'avait jamais dépassé le 2e tour en trois participations jusque-là, affrontera le Grec Stefanos Tsitsipas (6e).

«On se connait très bien. C'est un grand joueur, un grand combattant. Il m'a battu les deux fois où on a joué l'un contre l'autre. Mais pour le moment, c'est à mon corps que je pense, j'espère être remis» pour l'affronter, a conclu Berrettini.

Premier 8e de finale en Grand Chelem pour Ruud

Le jeune Norvégien Casper Ruud s'est qualifié pour son tout premier huitième de finale en Grand Chelem en écartant le Moldave Radu Albot (85e) au troisième tour des Internationaux d'Australie en quatre sets 6-1, 5-7, 6-4, 6-4, samedi à Melbourne. 

À 22 ans, Ruud devient seulement le deuxième Norvégien de l'histoire à rallier ce stade de la compétition en Grand Chelem, après son père Christian en 1997, déjà en Australie.

«Mon père est mon principal entraîneur, donc maintenant, il l'a fait lui-même, et en tant qu'entraîneur», a déclaré Ruud.

«C'était en gros le dernier élément où il avait de l'avance sur moi en termes de records norvégiens en tennis. Sur tout le reste, je l'ai dépassé, au classement ou quand j'ai remporté mon premier titre l'année dernière, a-t-il expliqué. Je ne dirais pas qu'on en a plaisanté, mais il aimait bien avoir ce dernier record et maintenant, il ne l'a plus, c'est sympa pour moi évidemment».

Ruud affrontera le Russe Andrey Rublev (8e), tombeur expéditif de l'Espagnol Feliciano Lopez (65e) 7-5, 6-2, 6-3, pour une place en quarts de finale.

Rublev sans pitié pour Lopez

Andrey Rublev (8e mondial) a été sans pitié pour le vétéran espagnol de 39 ans Feliciano Lopez (65e) qu'il a écarté 7-5, 6-2, 6-3 en 1h32, samedi au 3e tour de l'Open d'Australie.

Le Russe, qui n'a toujours pas perdu le moindre set depuis le début du tournoi, affrontera le Norvégien Casper Ruud (28e) pour une place en quarts de finale.

À 23 ans, Rublev égale ainsi sa meilleure performance à Melbourne où il avait déjà atteint les 8es de finale l'an dernier. Il a déjà joué les quarts aux Internationaux des États-Unis (2017 et 2020) et Roland-Garros (2020).

Tsitsipas en huitièmes de finale en trombe

Le Grec Stefanos Tsitsipas (6e mondial) a rallié en trombe les huitièmes de finale des Internationaux d'Australie aux dépens du Suédois Mikael Ymer (95e), battu 6-4, 6-1, 6-1 en à peine plus de 1h30, samedi à Melbourne.

Au tour précédent, Tsitsipas avait dû batailler pendant plus de quatre heures et demie pour venir à bout de l'Australien Thanasi Kokkinakis. 

«Très satisfait de (son) jeu», le demi-finaliste des Internationaux d'Australie 2019 affrontera pour une place en quarts de finale Matteo Berrettini (10e).

Cette sixième journée des Internationaux d'Australie marque le retour du huis clos, après cinq premiers jours au cours desquels jusqu'à quelque 20 000 spectateurs ont garni les tribunes. L'émergence d'un foyer épidémique à Melbourne a conduit les autorités locales à décréter sans attendre un nouveau confinement de cinq jours dès samedi.

«C'était assez inattendu, c'est très différent, c'est une différente énergie», a estimé Tsitsipas.