Crédit : JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

Alouettes de Montréal

Cinq Québécois embauchés par les Alouettes

Publié | Mis à jour

Les Alouettes sont vraiment décidés à donner une identité québécoise à leur organisation. Mercredi, ils ont ajouté cinq autres joueurs de la Belle Province à leur formation.

Le spécialiste des longues remises Pierre-Luc Caron, le secondeur Alexandre Chevrier, le receveur Régis Cibasu, le demi défensif Kerfalla-Emmanuel Exumé ainsi que le joueur de ligne à l’attaque Jason Lauzon-Séguin se sont tous entendus avec le club de football montréalais.

Avec ces acquisitions, les Alouettes comptent maintenant 22 joueurs québécois sous contrat. Il faut penser que c’est le plus haut total dans l’histoire de l’organisation. C’est un virage intéressant alors qu’on se plaint de la faible présence des francophones chez le Canadien ou chez le CF Montréal.

«C’était Montréal ou rien, a mentionné Caron. Je suis content de porter l’uniforme de mon équipe d’enfance. J’ai pris ma décision pour des motifs familiaux surtout.»

Au prochain camp, Caron luttera avec un autre Québécois, Martin Bédard, pour le poste de partant. Les deux hommes se respectent au plus haut point.

Du côté d’Alexandre Chevrier, il aura la chance de renouer avec son frère d’armes, Alexandre Gagné, avec qui il a fait la pluie et le beau temps sur les unités spéciales avec les Roughriders de la Saskatchewan.

«On se disputait le premier rang de l’équipe pour le nombre de plaqués, a-t-il précisé. En Saskatchewan, les entraîneurs nous donnaient des opportunités de réaliser de gros jeux.»

Une ligne qui se précise

Comme le directeur-général Danny Maciocia l’a mentionné mardi, il souhaite avoir un seul joueur international sur la ligne offensive des Alouettes. L’acquisition de Lauzon-Séguin vient répondre à plusieurs questions.

Le colosse de 6 pieds 4 pouces et 300 lb est un bloqueur à droite naturel. Une position qu’il occupait avec le Rouge et Noir d’Ottawa en 2019.

«J’ai décidé de me joindre aux Alouettes notamment en raison de la présence de Luc Brodeur-Jourdain comme entraîneur, a souligné Lauzon-Séguin. Il y a aussi la présence de mes anciens coéquipiers du Rouge et Or de Laval, Philippe Gagnon et de Félix Faubert-Lussier, qui a fait pencher la balance du côté des Alouettes.»

Un choix difficile

Quant à Kerfalla-Emmanuel Exumé, il était déchiré à l’idée de quitter les Blue Bombers de Winnipeg avec il a gagné la dernière coupe Grey.

«Ce fut un choix difficile, a-t-il mentionné. Avec la venue de mon premier enfant en avril, j’ai voulu me rapprocher de ma famille et de ma belle-famille.»

«Je suis content d’avoir Byron Archambault comme entraîneur. Ça m’a aidé dans ma décision.»

Pour ce qui est de Cibasu, il voit une occasion de poursuivre son développement, lui, qui en sera à sa deuxième campagne dans la LCF en 2021.

«Ce sont les Alouettes qui me montraient le plus d’intérêt, a-t-il expliqué. Je vais porter les couleurs de l’équipe de ma ville avec fierté.»