Canadiens de Montréal

CH: garder Danault ou Tatar?

Publié | Mis à jour

Les nombreuses acquisitions effectuées par Marc Bergevin lors de la saison morte ont très certainement fait des Canadiens une meilleure équipe, mais vont également pousser le DG à faire des choix à la fin de la saison.

La réalité du plafond salarial étant ce qu’elle est, le patron du Tricolore n’aura pas le choix de laisser partir certains joueurs s’il souhaite respecter les consignes établies par la Ligue nationale de hockey.  

Parmi les joueurs susceptibles de quitter le navire, deux noms reviennent régulièrement dans les discussions : Phillip Danault et Tomas Tatar. 

À l’occasion d’un tout nouveau segment nommé «Les recrues» présenté mercredi lors de l’émission «JiC», les journalistes Anthony Martineau et Nicolas Cloutier ont justement pris part à un débat corsé sur le sujet (voyez le tout dans la vidéo ci-dessus). Qui, entre le no 24 et «Tuna» Tatar, Marc Bergevin devrait-il garder avec l’équipe à l’issue de la présente campagne? 

«Phillip Danault, la saison dernière, s’est classé au sixième rang au scrutin pour le trophée Selke, a d’abord lancé Cloutier avec aplomb. Ça devrait clore le débat! Mais pour les fins de l’exercice, poursuivons. L’an passé, le Québécois a aussi pris le deuxième rang de la Ligue nationale en ce qui a trait aux bagarres pour la rondelle. 

«Il a aussi terminé la dernière campagne au dixième échelon pour les rondelles récupérées, et le cinquième pour les passes bloquées. Finalement, Danault a été le 17e joueur de centre le plus productif de la LNH à cinq contre cinq. C’est l’ultime attaquant défensif! Nathan MacKinnon déteste jouer contre lui. C’est le type de joueur qu’il te faut en séries!»

Tatar: le garder à tout prix 

Martineau, en guise de réplique, a choisi de présenter un portrait général du CH advenant un départ de Tomas Tatar. Pour lui, le Slovaque doit absolument rester, sans quoi Montréal ferait de nouveau face au sempiternel problème de profondeur qui le hantait depuis des lunes avant le début de cette saison. 

«J’adore le segment et il vient à peine de commencer. J’en apprends sur mon ami Nicolas! Je ne savais pas qu’il aimait autant le jeu de la chaise musicale! Tatar, c’est le meilleur marqueur des Canadiens si on cumule les deux dernières saisons. Il devance, au chapitre des points pendant cette période, des gars comme Duchene, Radulov, Laine et Forsberg. C’est également le gars qui a présenté le meilleur différentiel +/- du CH il y a deux ans. 

«Le gros problème qui survient, si tu laisses partir Tatar, c’est que tu dois encore une fois mettre des gars dans la mauvaise chaise pour le remplacer. Les Canadiens n’ont pas présenté une profondeur comme celle de cette année depuis l’arrivée de la télévision en couleurs, pratiquement! Expliquez-moi pourquoi on se priverait d’un marqueur régulier qui inscrit des points de façon ponctuelle depuis son arrivée à Montréal? Surtout que tu voudrais garder Danault à sa place, alors que le Québécois est potentiellement remplaçable à l’interne...»

À titre de modérateur, Jean-Charles Lajoie a tenu à ajouter son grain de sel à la discussion animée. Pour lui, il faut absolument considérer la façon dont les deux joueurs pourraient être remplacés dans la formation advenant un départ. 

«Je crois que dans ce débat du joueur qui doit rester, on doit se poser la question : "est-ce qu’on a d’autres joueurs de ce type? "

«Dans le cas de Danault, on a un gars qui s’appelle Jake Evans qui se profile comme un troisième centre potentiel d’une bonne équipe de la LNH. Pour ce qui est de Tatar, c’est vrai que le flanc gauche est assez faible présentement. Et si tu ne peux pas remplacer sa production, tu te retrouves en difficulté. Cela dit, il demeure peut-être l’un des joueurs les plus remplaçables du circuit.»

La fameuse «mauvaise chaise» 

Anthony Martineau, a, à ce moment, saisi la balle au bond. 

«On a présentement trois trios qui peuvent marquer des buts. Si tu laisses partir Tatar, il y a un crescendo qui se fait. Tu dois monter Drouin sur la première ligne et Toffoli sur la deuxième. Malheureusement, ce n’est pas vrai que Toffoli va toujours en marquer trois par match. Désolé, mais ce gars-là ne gardera pas éternellement un tel rythme.»

Mais Nicolas Cloutier n’avait pas dit son dernier mot. 

«Parlant de joueurs dans la mauvaise chaise, Phillip Danault compte 351 matchs d’expérience dans la LNH. Si on additionne les totaux d’Evans, Kotkaniemi et Suzuki, on arrive à 235 matchs! Danault, c’est le seul vétéran joueur de centre de l’équipe! Penses-tu qu’Evans sera prêt l’an prochain à prendre la place de Danault?»

«Absolument!», de répondre Anthony. 

«Eh bien pas moi, a renchéri Cloutier. Supposons que le CH affronte les Leafs en séries et n’a pas Danault à leur opposer. Tu es à l’aise de voir Kotkaniemi affronter Tavares?»

«Comment penses-tu qu’un gars comme KK va acquérir son expérience, justement? Exactement comme ça! Crosby, Malkin et Jordan Staal, ça te rappelle quelque chose?», de conclure Martineau. 

Décidemment, ça promet pour le prochain segment «Les recrues»! 

La nouvelle chronique sera dorénavant présentée tous les mercredis sur le coup de 17h15. C’est un rendez-vous!