Canadiens de Montréal

«Les bâtons vont être plus élevés» - Claude Julien

Publié | Mis à jour

Même s’il estime qu’un mauvais concours de circonstances est à l’origine des nombreux coups à la tête des joueurs du Canadien de Montréal, l’entraîneur-chef Claude Julien a indiqué, lundi, que l’inaction de la Ligue nationale de hockey (LNH) forcera ses protégés à se défendre eux-mêmes.

L’attaquant Jake Evans, frappé par le défenseur des Sénateurs d’Ottawa Erik Gudbranson samedi, a été le dernier de trois victimes malheureuses de coups à la tête dans l’organisation du Tricolore. Joel Armia souffre actuellement d’une commotion cérébrale après avoir été heurté par le défenseur des Canucks de Vancouver Tyler Myers. Puis, Jesperi Kotkaniemi a été la victime d’un coup de Dillon Dube, des Flames de Calgary.

Voyez le point de presse de Claude Julien dans la vidéo ci-dessus.

• À lire aussi: «C’est un cauchemar» - Joël Bouchard

• À lire aussi: Joel Armia retrouve ses coéquipiers

Pour autant, Julien ne croit pas que les autres équipes ciblent particulièrement le Bleu-Blanc-Rouge. Mais les décisions du responsable du service de la sécurité des joueurs George Parros n’aident pas les joueurs à se sentir en sécurité sur la glace.

«Je ne pense pas [qu’on soit ciblés]. C’est sûr qu’on n’aime pas ces mises en échec et Joel Edmundson s’en est pris à Myers pour celle sur Joel Armia. Mais je dirais, en principe, que la ligue ne semble pas penser que ce sont des mises en échec illégales. C’est une question de se protéger. Je ne pense pas que les équipes essaient de prendre avantage de nous, parce qu’on est capable de se défendre assez bien.»

«Je ne sais pas si c’est une coïncidence, mais peu importe. Ces mises en échec sont hautes à nos yeux, comme celle contre Kotkaniemi, et je n’ai pas pu comprendre comment ce n’était pas une question de coup à la tête. Je pense que c’est la ligue qui doit sévir, mais à un moment donné, les joueurs vont se tanner et peut-être que les bâtons vont être plus élevés qu’ils ne le sont présentement. Pour se protéger.»

Solidaires

Brendan Gallagher a d’ailleurs souligné que les gestes posés sur la glace ne s’oublient pas. Comme Myers, qui a dû jeter les gants devant Edmundson, Gudbranson et Dube doivent ainsi s’attendre à faire face à un peu plus d’adversité lorsqu’ils affronteront le Canadien à nouveau.

«Je ne suis pas inquiet, a lancé Gallagher. Évidemment, tu veux protéger tes gars. Nous allons affronter ces équipes à nouveau. Tout le monde se souvient très bien de ce qui est arrivé. Vous ne voulez pas que les joueurs prennent des libertés sur nos coéquipiers. Même si c’est légal, c’est important pour nous de nous lever pour nos coéquipiers.»