SPO-ROCKET-LAVAL

Crédit : Dominick Gravel/Agence QMI

Canadiens de Montréal

«C’est un cauchemar» - Joël Bouchard

Publié | Mis à jour

Avec l’arrivée de Ryan Poehling et de Cale Fleury chez le Rocket de Laval, l’entraîneur-chef Joël Bouchard a choisi de séparer son groupe.

Le pilote de 47 ans a maintenant 34 joueurs sous sa gouverne et a choisi d’en placer 24 dans un groupe et 10 autres dans ce qu’il a qualifié de «groupe taxi».

«Nous avons fait deux groupes, il va y avoir un groupe taxi. Il va y avoir du mouvement», a indiqué Bouchard lundi, après l’entraînement des siens.

«Il y en a eu hier [dimanche] et il y en aura encore quand des joueurs vont se greffer. C’est sûr qu’on ne peut pas faire d’entraînement à 34 joueurs. La glace devient mauvaise quand nous n’avons pas de rythme et c’est important d’en avoir un de la Ligue nationale ou du moins, de s’en rapprocher le plus possible.»

Concrètement, le regroupement principal est composé de deux gardiens, huit défenseurs et cinq lignes d’attaquants.

«Un cauchemar»

Transparent comme à son habitude, l’entraîneur du club-école du Canadien de Montréal n’a pas caché qu’il trouvait sa situation plutôt complexe.

«Cet été, quelqu’un m’a demandé quel était aspect de mon travail était le plus difficile. C’est ce que je vis maintenant!», a affirmé Bouchard.

«Ce n’est pas le nombre de joueurs : je pourrais avoir 50 patineurs et je ferais plusieurs entraînements par jour, a-t-il précisé. Je peux passer toute la journée à l’aréna. C’est de devoir faire jouer tout le monde, car ils méritent tous de jouer. C’est un cauchemar.»

Le natif de la métropole québécoise tenait toutefois à mettre les choses en perspective.

«J’ai dit aux joueurs que nous devions travailler ensemble. [...] Je dois trouver une solution à cette réalité, qui n’est pas un problème. Il y a de bien plus gros problèmes que le mien dans le monde présentement.»