Lutte

Edge, grand vainqueur du Royal Rumble

Edge, grand vainqueur du Royal Rumble

Patric Laprade

Publié 01 février
Mis à jour 01 février

Onze ans jour pour jour après avoir remporté le Royal Rumble à Atlanta, Edge, à l’âge de 47 ans, a remporté hier soir la finale de la soirée et ainsi, défiera un des deux principaux champions à WrestleMania au mois d’avril prochain. À la toute fin, il a éliminé Randy Orton, qui avait passé presque l’entièreté du combat en arrière-scène suite à une blessure subie aux mains d’Edge dans les premières minutes du combat. Les deux ennemis jurés avaient été les deux premiers à débuter le combat royal.

Il s’agit de toute une année pour le Canadien qui avait fait son retour l’an dernier au Royal Rumble, sous les chaleureux applaudissements des amateurs, pour ensuite nous donner deux matchs inégaux face à Orton en 2020. 

Il est devenu le deuxième plus âgé à remporter le Rumble, derrière Vince McMahon qui l’a remporté en 1999 à l’âge de 54 ans et tout juste devant Triple H qui avait remporté la victoire en 2016 alors qu’il avait 46 printemps.

Le match comme tel fut correct, sans plus.

Le problème c’est qu’il ne s’est pas passé grand-chose pendant la majeure partie du combat, le retour dans le ring de Christian, meilleur ami et ancien partenaire d’Edge, après sept ans, étant le moment qui fit le plus réagir. Le retour de Seth Rollins en est un autre qui a fait jaser, mais il était anticipé. De plus, il est revenu avec son personnage de messie et non pas en favori de la foule.

On n’en a pas profité pour créer de nouvelles rivalités et qui plus est, on n’en a pas profité non plus pour créer une nouvelle vedette comme on l’a fait du côté féminin. La WWE a mis un peu d’emphase sur Damien Priest, qui arrive de NXT, en lui faisant éliminer plusieurs adversaires, mais il fut quand même éliminé à mi-chemin dans le match. Je ne suis pas son plus grand fan, mais il va certes amener du renouveau à l’une des deux émissions phares de la WWE.

J’ai senti qu’on avait fini le match un peu à la hâte. Il ne s’est écoulé que quelques secondes entre les éliminations de Braun Strowman et de Christian par Seth Rollins et celles de Rollins et d’Orton par Edge.

Il n’y avait pas de Brock Lesnar, pas de Bray Wyatt, pas de John Cena, pas de The Rock, pas de Jay White (qui est de retour avec New Japan), pas de Montez Ford pour l’aspect spectaculaire et ce n’est malheureusement pas Hurricane, Carlito ou Kane qui va faire les manchettes.

Crédit photo : WWE

Un Royal Rumble féminin axé sur la jeunesse   

Du côté féminin, les surprises majeures furent encore moins présentes. Pas de Becky Lynch, pas de Ronda Rousey, pas de Taya Valkayrie, pas de jumelles Bella et pas de Tessa Blanchard.

Par contre, j’ai mieux aimé le match féminin. Je trouve qu’on l’a mieux utilisé pour débuter de nouvelles rivalités. Par exemple, le fait que Billie Kay se soit fait éliminer par Liv Morgan, qui elle-même s’est fait éliminer par Peyton Royce. On pourrait avoir le retour des IIconics, surtout avec Bille Kay qui cherche désespérément une partenaire, face à Ruby Riott et Morgan et ce, même si Royce et Kay ne sont pas sur la même émission. D’autant plus que celle avec qui Royce faisait équipe récemment, Lacey Evans, semble occupée ailleurs.

Parlant de la belle du sud, on a continuité la rivalité entre elle et Charlotte Flair dans le Rumble et dans le match par équipe. Ripley a éliminé Bliss ce qui pourrait mener à une revanche de la part de celle qui est possédée par l’esprit du Fiend. On nous aguiche aussi avec une possible séparation des championnes par équipes, alors que Jax a éliminé Baszler.

La fin du match était également supérieure à celle des hommes. Après l’élimination de Natalya, les deux jeunes, Rhea Ripley, arrivée tout droit de NXT, et Bianca Belair, ont fait équipe afin d’éliminer Charlotte Flair, pour ensuite se livrer une solide bataille. C’est finalement Belair qui a eu le dessus sur l’Australienne, qui a très bien paru dans le combat. Elle a un bel avenir devant elle.

Là où j’accroche, c’est qu’on fait tout pour pousser Belair en babyface. Le problème est son jeu de comédienne. Elle dégage une attitude, qu’elle n’arrive pas à se débarrasser et qui ne lui donne pas la sympathie des gens. Ses pleurs en entrevue après le combat n’étaient pas convaincants. Mais au moins, on met toute la machine derrière elle. Athlète d’élite, elle est bonne dans le ring, sans encore avoir atteint le niveau des Flair, Lynch, Bayley, Banks ou Asuka. Mais contre une Banks justement, elle pourra grandement apprendre.

Crédit photo : WWE

Owens et Reigns livrent encore une fois la marchandise   

Dans ce qui fut selon moi le meilleur match de la soirée, Roman Reigns a encore une fois défait Kevin Owens dans un match de type Last Man Standing, c’est-à-dire un match où le perdant doit rester au sol pendant 10 secondes.

Plusieurs bons moments dans le combat, dont Reigns qui happe Owens avec un cart de golf, le Québécois qui s’élance d’une machine de levage et le coup de lance de Reigns sur Owens à travers l’écran. Beaucoup d’action dans le combat. Et un peu comme à TLC, on y a cru. On a cru que le Québécois allait gagner le titre. Mais à la toute fin, alors que Reigns était menotté et ne pouvait se lever, il a tout de même trouvé le moyen de frapper l’arbitre et de frapper Owens en bas de la ceinture. C’est

alors que le consigliere de la famille, Paul Heyman, est arrivé. Il devait visiblement ne prendre que quelques secondes pour détacher Reigns, mais il a eu de la difficulté avec la clé et l’endroit où le champion était attaché. Un arbitre est arrivé, il s’est mis à compter, mais voyant que Heyman n’y arrivait pas, il a arrêté son compte à 6.

Ça n’a pas bien paru.

Finalement, Heyman a réussi et Reigns a soumis Owens pour la victoire.

Bon. Ça arrive. C’est du direct. Et c’est beaucoup plus facile jouer au gérant d’estrade après coup.

Par contre, il y a moyen de s’en servir. L’arbitre pourrait avoir été acheté par le clan Reigns. Même que ça fonctionne dans l’esprit du personnage et du clan. L’officiel Adam Pearce pourrait suspendre son officiel et donner un match revanche à Owens à SmackDown. Bref, il y a facilement un moyen d’en faire une histoire.

Crédit photo : WWE

McIntyre, Banks et de nouvelles championnes   

Dans les trois autres combats de la soirée, les championnes Charlotte Flair et Asuka ont perdu les titres féminins face à Nia Jax et Shayna Baszler. Je ne comprends pas pourquoi on leur redonne les titres alors qu’on aurait pu les passer à une équipe qui ne les a jamais gagnés.

Sasha Banks a conservé son titre féminin de SmackDown face à Carmella. Cette dernière offre les meilleures performances de sa carrière depuis son retour et sa rivalité avec Banks. Reste à voir ce qu’elle pourra faire lors qu’elle sera jumelée à une autre lutteuse.

Et finalement le champion de la WWE Drew McIntyre a battu Goldberg, dans un match qui a ouvert l’événement, mais qui n’a pas duré très longtemps. C’était exactement ce que ça devait être. Goldberg servait deux buts ici: faire parler de l’événement, car il est vu comme une vedette à l’extérieur des sphères de la lutte et en perdant, solidifier le règne de champion de McIntyre.

Sans être le meilleur Royal Rumble de tous les temps, ce fut somme toute un bon événement. J’ai bien aimé ma soirée.

Crédit photo : WWE

La route vers WrestleMania   

Donc on s’en va où avec tout ça?

Edge peut défier Roman Reigns ou Drew McIntyre. Le seul heel des deux est Roman. Par contre, l’ennemi juré du Torontois est Orton, qui lui est à Raw. Il sera donc

intéressant de voir ce qui va se passer, surtout avec Elimination Chamber dans quelques semaines. Est-ce que Randy Orton pourrait remporter le titre de la WWE en février et ensuite affronter Edge à Mania?

Du côté féminin, le tout semble plus évident. Bianca Belair devrait en principale défier Sasha Banks, alors que toutes les deux sont à SmackDown. Ce qui laisserait le champ libre pour Becky Lynch lorsqu’elle reviendra. Lynch contre Asuka est une histoire qui s’écrit facilement.

Je sais qu’il y a encore deux autres événements spéciaux avant les 10 et 11 avril, mais je vais y aller d’une carte partielle pour WrestleMania. Gardez en tête que même Vince McMahon ne sait pas encore à quoi son plus gros événement de l’année va ressembler. Cela dit, je me mouille quand même.   

  • Championnat de la WWE: Randy Orton c. Edge   
  • Championnat Universel: Roman Reigns c. Big E.   
  • Championnat féminin de Raw: Asuka c. Becky Lynch   
  • Championnat féminin de SmackDown: Sasha Banks c. Bianca Belair   
  • Rey Mysterio c. Dominik Mysterio   
  • Charlotte Flair c. Lacey Evans      

Un traitement décevant pour Pat Patterson   

* Toutes les photos du Royal Rumble ont été gracieusement fournies par la WWElutteur montréalais Pat Patterson, décédé le 2 décembre dernier. C’est le match qu’il a créé, la première fois qu’on le présente depuis son décès, et rien. Pas de vidéo. Pas de présence en images 3D. Même les commentateurs, qui habituellement mentionnent durant le match que Patterson est le créateur du Royal Rumble ne l’ont pas mentionné une seule fois. Je comprends que ce ne sont pas les hommages qui ont manqué pour Pat lors de son décès, mais je m’explique mal ce manque de respect. 

Au revoir Caroline   

Sur les coups de 19h30, j’ai eu une belle pensée pour Caroline Gauthier. Pour ceux et celles qui connaissent pas son histoire, Caroline est une femme de 35 ans que je connais depuis près de deux ans. Fan de lutte depuis sa tendre enfance, elle était atteinte d’un cancer incurable. Kevin Raphaël et moi l’avons reçu aux Anti-Pods de la

Lutte la semaine dernière, elle a aussi fait des entrevues dans les médias, entre autres à Salut Bonjour. Elle a demandé l’aide médicale à mourir et c’est hier, à 19h30, qu’elle a arrêté de souffrir. Merci Caroline d’avoir été dans ma vie. Repose en paix mon amie. Tu le mérites.

*Toutes les photos du Royal Rumble ont été gracieusement fournies par la WWE