Crédit : AFP

Soccer

Manchester United surpris par le dernier au classement

Publié | Mis à jour

Manchester United a été surpris chez lui, mercredi, par la lanterne rouge Sheffield United (2-1) et a perdu les commandes de la Premier League lors de cette 20e journée, marquée par les débuts timides du Chelsea de Tuchel (0-0 contre Wolverhampton).

C'est United qui pleure, City qui rit grâce à cette défaite surprise contre Sheffield, qui n'avait gagné qu'une seule de ses 19 rencontres jusque-là.

Avec ce revers plutôt humiliant, les hommes d'Ole Gunnar Solskjaer se retrouvent un point derrière les Citizens, qui comptent, en outre, un match en retard à disputer.

United n'avait plus connu la défaite depuis 12 matches en Premier League mais il s'agit de son 4e revers de la saison, tous à domicile.

Solskjaer avait décidé de faire tourner un peu en laissant Edinson Cavani sur le banc pour titulariser Anthony Martial en pointe, alors que Alex Telles avait été préféré à Luke Shaw en latéral gauche et Axel Tuanzebe était dans l'axe aux côtés de Harry Maguire.

Habitué aux débuts de matches ratés, Manchester a semblé très poussif et s'est fait surprendre sur un corner et une sortie ratée de David De Gea au profit de Kean Bryan qui a marqué de la tête, avec l'aide du poteau (0-1, 23e).

Pas de quoi inquiéter une équipe qui a remporté 7 des 10 matches où elle s'est retrouvée menée.

Et c'est presque sans surprise qu'a été accueillie l'égalisation, également de la tête et sur corner, par Harry Maguire (1-1, 64e).

Mais les Red Devils ont été rattrapés par une certaine suffisance et sur un tir relativement anodin d'Ollie Burke, Tuanzebe a tendu la jambe et dévié le ballon qui a trompé De Gea, après avoir touché la transversale (1-2, 74e).

Une grosse déconvenue pour les Mancuniens avant de se déplacer ce week-end chez Arsenal, une des équipes en forme du championnat.

Un point c'est tout pour la première de Tuchel

Pour son premier match sous les ordres de Thomas Tuchel arrivé mardi, Chelsea n'a pu faire mieux que 0-0 contre Wolverhampton qui le laisse au 8e rang, à 5 longueurs des place qualificatives pour la Ligue des Champions.

Pour l'ex-entraîneur du PSG, ce premier contact avec l'équipe en compétition a été plutôt encourageant.

Il avait misé sur l'expérience en reléguant sur le banc les jeunes Reece James, Tammy Abraham et surtout Mason Mount pour leur préférer Cesar Azpilicueta, Olivier Giroud et Kaï Havertz.

Très actif sur le bord de la touche, donnant constamment des instructions, Tuchel a tenté d'imprimer sa marque à son équipe et notamment son goût immodéré pour la possession du ballon.

Mais face à des Wolves qui, depuis qu'ils ont battu les Blues (2-1) à l'aller, mi-décembre, n'avaient pris que 2 points en 6 matches, son équipe a eu du mal à se montrer dangereuse, même si Matteo Kovacic (83e) et Callum Hudson-Odoi (85e) auraient pu forcer la décision.

Les Londoniens ont cependant aussi frôlé la correctionnelle sur une percée de Pedro Neto toute en puissance, achevée par une louche astucieuse, qui a rebondi sur le haut de la transversale (71e).

Un moindre mal pour Tuchel qui sait cependant que les attentes sont élevées et l'impatience réelle.

Leicester s'accroche au podium

En allant chercher un point précieux (1-1) chez Everton, un autre aspirant trouble-fête dans la course à la C1, Leicester a conforté sa place sur le podium.

Avec 39 points, Leicester (3e) compte 4 points d'avance sur West Ham (4e) et 5 sur Liverpool (5e) qui se déplace jeudi à Tottenham.

Les Toffees sont eux 7e avec 33 unités et peuvent regretter d'avoir laissé filer l'avantage que leur avait donné James Rodriguez d'une superbe frappe de 20 mètres (1-0, 30e).

Un nul d'autant plus frustrant que l'égalisation de Youri Tielemans, à la 67e minute, est entachée d'une faute de main - une de plus - de Jordan Pickford (1-1).

Les Foxes ont cependant bien mérité ce point, étant l'équipe la plus dangereuse, et confirment qu'ils sont des candidats sérieux au top 4.

Le Barça arrache sa qualification 

Avec sa superstar Lionel Messi de retour de suspension et buteur, le FC Barcelone a renversé la situation en dix minutes, battu 2-1 le Rayo Vallecano (D2) et arraché son ticket pour les quarts de finale de la Coupe du Roi.

Indispensable: de retour après deux matches de suspension, le capitaine argentin du Barça a signé son retour par un but offert sur un plateau par Antoine Griezmann (70e), juste avant le but de la qualification inscrit par Frenkie de Jong sur un ballon parfait de Jordi Alba (80e).

Messi aurait même pu doubler la mise à la 90e, mais son imprécision... et les trois transversales trouvées par les Blaugranas durant la partie n'ont pas aidé.

Ces deux buts ont donc permis au Barça d'égaliser puis de prendre les devants, après le but initial de Fran Garcia à la 63e: Clément Lenglet débordé par Alvaro Garcia sur son côté gauche, Neto qui manque son intervention, Oscar Mingueza qui laisse Fran Garcia s'échapper... et voilà le Rayo Vallecano qui ouvre le score à la surprise générale.

Comme au tour précédent, quand les hommes de Ronald Koeman ont eu les pires difficultés à se défaire de Cornella, un club de D3 (2-0 après prolongations), les Catalans ont peiné contre le Rayo Vallecano, club de D2 de la banlieue de Madrid.

Reste que le FC Barcelone sera bien le seul représentant du "Big 3" de la Liga en quarts, après les éliminations de l'Atlético Madrid au premier tour puis du Real Madrid en 16es de finale.

Plus tôt mercredi, le Séville FC n'a pas laissé respirer le Valence CF dans l'affiche la plus équilibrée de la soirée: les Andalous ont très rapidement pris trois buts d'avance, grâce à un doublé de Luuk de Jong (20e, 33e) et un but de l'ancien du Barça Ivan Rakitic (38e), de quoi sceller leur qualification pour les quarts en un peu plus d'une demi-heure.

Et dans la dernière confrontation de ce mercredi, c'est Almeria, équipe de D2 espagnole, qui s'est imposé sur le fil, aux tirs au but, face à une équipe de première division, Osasuna (0-0, 5-4 t.a.b.), et qui rejoint lui aussi le stade des quarts de finale.

Jeudi auront lieu les deux derniers 8es de finale, avec les deux dernières équipes de D3: Navalcarnero reçoit Grenade et Alcoyano, tombeur du Real Madrid au tour précédent, affronte le tout récent vainqueur de la Supercoupe d'Espagne, l'Athletic Bilbao.