Canadiens de Montréal

Échange de Dubois: un dossier «confus» selon Anderson

Publié | Mis à jour

Josh Anderson était un joueur régulier chez les Blue Jackets de Columbus lorsque Pierre-Luc Dubois a fait ses débuts avec la formation de l’Ohio, en 2017-2018

Comme plusieurs amateurs et experts, il a récemment suivi les moindres développements du roman-savon entre l’attaquant québécois et la direction du club avant que le joueur ne soit échangé aux Jets de Winnipeg.

Ci-dessus, voyez le point de presse de Josh Anderson après l'entraînement de mercredi.

• À lire aussi: Dossier Dubois : la version de Tortorella

• À lire aussi: Les Blues prêts à se départir d'un jeune défenseur

«Il y avait beaucoup de rumeurs qui circulaient au début de la saison. C’était un peu confus et difficile à comprendre, a commenté le no 17 des Canadiens de Montréal après l'entraînement de mercredi. 

«Je ne sais pas trop quoi vous dire. Ça n’a pas fonctionné pour ces deux joueurs (Dubois et Patrik Laine) et ils avaient besoin d’un changement d’équipe. Je suis content qu’ils aient trouvé une solution.»

John Tortorella
Crédit photo : AFP

«Je l’ai aimé tout au long de mon séjour»        

C’est sous les ordres du bouillant instructeur John Tortorella qu’Anderson, lui-même échangé par les «Jackets» pendant l’entre-saison en retour de Max Domi, a connu sa saison la plus productive dans la LNH. C’était en 2018-2019.

Ayant disputé la totalité des 82 matchs, il a alors explosé avec 27 buts pour un total de 47 points. Il a ajouté trois autres points en dix matchs en éliminatoires.

L’ailier droit de 26 ans dit n’avoir eu aucune discorde avec l’entraîneur pendant les sept années qu’il a fait partie de l’organisation.

«Torts est un sacré bon entraîneur (hell of a coach), assure-t-il. Je l’ai aimé tout au long de mon séjour et je n’ai eu aucun problème avec lui. C’est un gars honnête et il est là pour aider ses joueurs. Il se soucie vraiment de ses joueurs. 

«Parfois, il peut ne pas être de ton côté, mais il est là pour aider et je peux affirmer à 100% que j’ai beaucoup appris de lui.»