Crédit : AFP

NFL

Victoire des Chiefs : du grand Andy Reid!

Publié | Mis à jour

Les Chiefs s’accrochaient de peine et de misère sans leur brillant quart-arrière Patrick Mahomes face à des Browns qui refusaient de mourir. Parfois, l’étincelle pour provoquer le feu doit venir de la créativité d’un entraîneur dans une situation d’urgence. Andy Reid a répondu présent et le parcours de son équipe se poursuit grâce à une victoire de 22-17.

En fin de rencontre, les Chiefs devaient choisir entre une tentative de conversion de quatrième essai et quelques pouces à leur ligne de 48 ou la stratégie plus conventionnelle du dégagement en fond de territoire des Browns. Un botté aurait permis aux Browns de reprendre possession du ballon avec un peu plus d’une minute à jouer et de tenter un miracle.

Quand l’offensive des Chiefs s’est présentée à la ligne de mêlée, il était facile de croire qu’elle n’allait tenter que de provoquer un hors-jeu pour ensuite se retirer et viser le botté.

C’était sans compter sur le fait qu'Andy Reid a désormais trop de vécu et de succès dans cette ligue pour se contenter de suivre ce que dicte le grand livre. Même sans Mahomes sur le terrain, le grand chef a commandé une courte passe parfaitement schématisée que Tyreek Hill a captée pour le premier essai. Fin des émissions et quelle confiance en ses hommes, qui lui rendent bien!

Comment le dire d’une façon qui soit minimalement élégante? Disons simplement que les bijoux de famille de Reid sont constitués de béton armé!

Le cas de Mahomes

Maintenant que Mahomes doit se soumettre au protocole des commotions cérébrales, il n’y a plus qu’à espérer qu’il soit en uniforme pour le match de finale de la Conférence américaine, dimanche prochain, face aux Bills. Peu importe les allégeances, à ce stade de la saison, tous veulent voir les meilleurs face aux meilleurs. Mahomes a mentionné, via son compte Twitter, qu'il se sentait bien et Andy Reid a semblé optimiste à l'idée de le voir en uniforme dimanche prochain.

Mahomes a été contraint de quitter le match quand les siens détenaient une avance de 22-10 au troisième quart. Par la suite, l’attaque des Chiefs n’a rien généré. Chapeau, quand même, au réserviste de carrière Chad Henne, qui a permis aux siens de survivre avec une course aussi colossale qu’inattendue sur un troisième essai et 14 verges à franchir. Ce jeu a ensuite permis de convertir le fameux quatrième essai fatidique. La défensive des Chiefs, que plusieurs continuent de regarder de haut, a aussi limité les Browns à 5,1 verges par jeu et 308 verges de gain.

Quant à ces mêmes Browns, leur parcours cette saison aura été inspirant et il y a lieu de croire que cette équipe a les atouts pour lutter dans la cour des grands pour les années à venir. Il faut cependant le dire, la porte était grande ouverte et ils se sont tout de même cogné le nez dans le cadre.

Comment diable expliquer qu’ils aient gaspillé 3 min 51 s sur leur dernière séquence offensive, en plus de brûler un précieux temps d’arrêt, pour gagner 12 maigres verges? Il y a aussi, bien sûr, le fameux échappé du receveur Rashard Higgins à la porte des buts. Le ballon a filé à l’extérieur de la zone des buts. Le règlement stipule, dans ce cas, que le ballon revient à l’adversaire. C’est un règlement absurde, désuet et injuste, mais c’est le règlement et il est connu. Les partisans des Browns ne veulent ni l’entendre ni le lire, mais c’est une erreur de Higgins. Les Chiefs auraient toutefois mérité une pénalité pour contact à la tête sur ce jeu controversé.

Les Buccaneers avancent

Dans le duel qui opposait les vénérables quarts-arrières Drew Brees et Tom Brady, c’est finalement la défensive des Buccaneers qui s’est illustrée. Cette unité a provoqué quatre revirements qui ont mené à 21 points des Bucs dans une victoire de 30-20.

La première interception, de Sean Murphy-Bunting, a été ramenée à la ligne de 3 des Saints et l’attaque n’a eu qu’à finir le travail. Au troisième quart, un échappé forcé par le maraudeur Antoine Winfield et recouvert par le superbe secondeur Devin White a positionné les Bucs au 40 des Saints. Puis, l’interception de White au quatrième quart a été ramenée à la ligne de 20 des Saints.

Bref, 21 des 30 points des Bucs ont été inscrits après des cadeaux défensifs et peu de terrain restait à franchir. Par chance, parce que Brady n’a complété que 54,5% de ses passes (18 en 33). La chimie n’a pas forcément opéré, mais la ligne offensive a connu un autre match impeccable et le jeu au sol, avec 127 verges, a été efficace.

Triste fin pour Brees

Avant la rencontre, le réseau FOX a pratiquement confirmé une rumeur qui plane depuis quelques semaines déjà, à savoir que Brees prendra sa retraite au terme de la saison. Si c’est le cas, la fin de sa carrière aura été pénible. Victime de trois interceptions, il a quitté le Superdome de La Nouvelle-Orléans devant des gradins vides. Pas d’ovation, de remerciements touchants, le néant. C’est infiniment triste pour un joueur d’une grande qualité, doublé d’un ambassadeur hors pair pour une ligue qui en a longtemps cherché un.

La réalité, c’est que le bras droit de Brees manquait de jus depuis un moment. À ses sept derniers matchs éliminatoires depuis 2018, il a lancé 10 interceptions. Le quart-arrière très cérébral qu’il est a souvent fini par se tirer d’affaire, malgré ses limitations physiques depuis deux ans, mais l’usure le rattrape. Ses 19 passes complétées pour seulement 134 verges face aux Buccaneers démontrent bien à quel point l’attaque des Saints est devenue de plus en plus horizontale.

Il sera intrigant de voir quelle direction prendront les Saints à cette position critique. Taysom Hill est à bord, mais il n’a pas démontré jusqu’ici qu’il peut être envisagé comme une valeur sûre. Jameis Winston voit son contrat prendre fin et Sean Payton en a-t-il assez vu de lui à l’entraînement pour croire qu’il peut le sauver de sa prédisposition à l’autodestruction? Rien n’est moins sûr et les Saints devront trouver une solution valable parce que leur alignement est conçu pour gagner maintenant.

Pendant ce temps, Brady file tout droit vers une 14e présence en finale de conférence, dimanche prochain à Green Bay. Sa défensive a gagné le match, mais Brady a rendu les Buccaneers pertinents après 18 ans de futilité. Il les transporte en finale de conférence pour la première fois depuis 2002 et c’est déjà un grand pas.

Les étoiles du jour

Andy Reid

Il y a seulement deux clubs dans l’histoire qui ont été les hôtes d’une finale de conférence trois saisons de suite. Les Eagles de 2002 à 2004 et les Chiefs de 2018 à 2020. À leur tête? Andy Reid, bien sûr! Comment ne pas apprécier l’infatigable moustachu?

Patrick Mahomes

Avant de tomber au combat, Mahomes connaissait un excellent match et connectait autant avec Travis Kelce que Tyreek Hill. Il sera intrigant de surveiller l’évolution de sa commotion cette semaine ainsi que de sa blessure à un pied.

Tyrann Mathieu

Le maraudeur des Chiefs semble partout sur le terrain. Il a réussi une interception, en plus de rabattre une passe et de mener les siens avec sept plaqués. Quand les Chiefs l’ont embauché comme agent libre en 2019, ils ont frappé un coup de circuit.

Devin White

Le secondeur de deuxième année a été fantastique avec une interception, un échappé recouvert, 10 plaqués et une passe rabattue. Il est déjà parmi les meilleurs du circuit à sa position et il vient de connaître un grand match dans un grand moment.

Carlton Davis

Le demi de coin des Buccaneers fait trop peu parler de lui. Au sommaire, il ne revendique qu’un plaqué et une passe rabattue, mais il a complètement éclipsé le receveur Michael Thomas de l’équation. Ce dernier n’a pas capté la moindre passe.

Leonard Fournette

Difficile de trouver une véritable bougie d’allumage au sein de l’attaque des Buccaneers, mais Leonard Fournette a été utilisé à toutes les sauces avec 63 verges de gain au sol, 44 réceptions et un touché. Il a été la valve de sécurité de Tom Brady.