Pratique du Canadien

Crédit : Photo Ben Pelosse

Canadiens de Montréal

Un potentiel illimité

Publié | Mis à jour

Il y a une scène qui se répète tous les jours depuis le début du camp. Alexander Romanov saute sur la glace en premier et il en ressort en dernier.

Romanov a déjà la bonne attitude. Pour reprendre un cliché de la série du siècle de 1972 avec l’URSS, il est venu ici pour apprendre.

Pour ses débuts dans la LNH, le Russe de 21 ans jouera avec Brett Kulak. À deux jours de l’ouverture de la saison contre les Maple Leafs à Toronto, Kulak avait de très bons mots pour son partenaire à la ligne bleue.

«Il a un potentiel illimité, a dit Kulak. Il a tous les atouts. Il est un jeune défenseur, mais il joue avec beaucoup de confiance. Quand je le regarde, je remarque qu’il bouge très bien et qu’il est très fort physiquement. Il ne semble jamais sur ses talons, c’est une bonne chose.»

«Alexander est une recrue, mais il a déjà joué chez les professionnels (KHL), a-t-il poursuivi. Il est très intelligent et il joue de la bonne façon.»

Si l’inexpérience de Romanov n’a rien d’un enjeu pour Kulak, la barrière de la langue pourrait toutefois représenter un obstacle. Romanov se débrouille assez bien en anglais, mais il n’est pas encore parfaitement bilingue.

«Ça lui prendra un peu de temps et ça demande parfois un peu plus de communication entre nous, a précisé Kulak. Je ne crois toutefois pas que c’est une mauvaise chose. Sur la glace, Alex parle beaucoup, il réclame la rondelle quand il la veut. Nous réussissons à parler de différentes stratégies pendant les entraînements. Je suis très impressionné par sa capacité à apprendre et par son anglais.»

Sur une note personnelle, Kulak a bon espoir de reprendre sur son élan des séries contre les Penguins et les Flyers. Le numéro 77 avait connu une saison difficile l’an dernier sautant son tour à 15 reprises.

«L'année dernière, j'ai connu des hauts et des bas lors du camp, mais dans l'ensemble, je n'ai pas aimé la manière dont j'ai entamé la saison. J'ai beaucoup appris de cette situation. Je me sens déjà mieux, même avec un camp écourté. Je me sens vraiment bien préparé pour la saison et je connais bien mon rôle au sein du groupe de défenseurs et de l'équipe. J'ai hâte de commencer la saison et j'adore jouer avec Romy (Romanov). Je pense qu'on va bien se débrouiller sur la troisième paire.»

Petry heureux avec Edmundson

Shea Weber et Ben Chiarot seront l’unique duo avec un an d’expérience à jouer ensemble. À l’image de Kulak, Jeff Petry ouvrira également la prochaine saison avec un nouveau partenaire en Joel Edmundson.

«Joel est un défenseur robuste. Il a un bon gabarit et il patine bien, a noté Petry. J'ai toujours eu ce genre de partenaire. On s'est bien complété lors des matchs intraéquipe. Le fait de jouer les matchs intraéquipe a été bénéfique, mais on doit s’assurer qu'une fois la saison régulière entamée, on va bien communiquer et travailler ensemble.»

Malgré la présence d’un arrière avec une mentalité plus défensive à ses côtés, Petry ne s’attend pas à s’aventurer plus souvent en territoire adverse.