Camp Canadiens

Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens de Montréal

Perry et Frolik au ballottage, Juulsen réclamé

Publié | Mis à jour

Noah Juulsen avait porté l’uniforme du Canadien pour seulement 21 matchs lors des deux dernières saisons. Il n’avait pas joué plus avec le Rocket de Laval, participant à 16 petites rencontres en deux ans. En raison de son lourd bilan médical du passé, le Tricolore croyait pouvoir le cacher au ballottage.

Mais il y a toujours un risque quand on place le nom d’un joueur au ballottage. Marc Bergevin le disait au premier jour du camp de son équipe. Claude Julien a recyclé la même formule quelques heures après la perte de Juulsen, lundi.

À la recherche de renfort à la ligne bleue, les Panthers de la Floride ont réclamé le défenseur de 23 ans. Bill Zito, le nouveau directeur général des Panthers, s’est tourné vers le ballottage pour une deuxième fois en seulement 48 heures pour améliorer son groupe. Le 9 janvier, Zito a acquis un autre défenseur en Gustav Forsling, anciennement des Hurricanes de la Caroline, via le ballottage.

Le CH a ainsi perdu son pari avec Juulsen. Il y avait finalement de l’intérêt pour lui, même s’il a passé plus de temps à l’infirmerie que sur la glace dans le passé en raison de diverses blessures et de migraines chroniques.

Les yeux de Churla et de Dudley

La Floride représentait une destination logique pour l’ancien choix de premier tour (26e au total) du CH en 2015.

L’équipe floridienne avait deux espions en Shane Churla et Rick Dudley. En 2015, Churla occupait le poste de recruteur en chef amateur chez le Tricolore, alors que Dudley était l’un des adjoints de Bergevin. Aujourd’hui, les deux hommes sont à l’emploi des Panthers depuis quelques mois.

«Shane a repêché Noah en 2015, a rappelé Julien. Quand il repêche un joueur, il garde toujours un petit penchant pour lui. Il doit croire que Noah peut aider les Panthers. De notre côté, nous n’avions pas le choix. Nous pouvions garder seulement 21 joueurs en raison du plafond salarial. Nous pensions que Noah avait des chances de ne pas être réclamé en raison de ses nombreuses blessures au cours des deux dernières années. Nous pensions que les autres équipes seraient plus hésitantes.»

«Mais les Panthers ont deux gars qui le connaissent bien et qui ont choisi de lui faire confiance. Nous aurions aimé garder Noah. Nous aurions aimé le voir reprendre son rythme. Ça fait partie du métier. Tu protèges les joueurs que tu peux protéger et tu espères que les autres ne seront pas réclamés par d’autres formations. Malheureusement, nous l’avons perdu.»

Coincé par la limite des 81,5 millions $ du plafond salarial, le CH misera sur une formation de 21 joueurs. Victor Mete, un défenseur de 22 ans qui compte déjà sur une expérience de 176 matchs dans la LNH, occupera visiblement le rôle d’unique remplaçant au sein de l’équipe, à l’exception des joueurs sur l’équipe des substituts («taxi squad»).

Du potentiel

Le CH aura joué de malchance avec Juulsen. Il n’entrera pas dans la catégorie des choix de premier tour bousillés par l’organisation, comme Nikita Scherbak (2014) et Michael McCarron (2013). Pour l’instant, les blessures ont fait dérailler sa carrière.

En Floride, Juulsen pourrait retrouver son aplomb. À sa première saison à Montréal en 2017-2018, le défenseur droitier de 6 pi et 2 po et 201 lb avait montré un bon potentiel avec du jeu robuste, une bonne relance et une assez bonne rapidité.

«Dès que je l’ai vu au camp, je trouvais que c’était un jeune prometteur, a dit le défenseur Jeff Petry. Il était un jeune défenseur et il jouait bien pour nous avant ses blessures. C’était de bon augure. Je n’ai pas eu la chance de le voir souvent, mais s’il est complètement guéri de ses blessures, il peut apporter de bonnes choses à une équipe.»

Perry et Frolik au ballottage

De la profondeur, mais seulement 21 places. Dans cette optique, le CH a également placé les noms de Corey Perry et de Michael Frolik au ballottage. Si aucune des 30 autres équipes ne les réclame, les deux ailiers feront partie du «taxi squad».

«Je n’ai pas parlé à Corey et Michael, c’est la responsabilité de Marc, a précisé Bergevin. Ça fait partie de son travail, pas du mien. Marc m’a dit qu’ils ont bien réagi à cette annonce. Quand nous leur avons offert des contrats, ils connaissaient notre situation. Nous avons toujours été honnêtes avec eux.»

«Nous ne savons pas ce qui surviendra dans les prochaines heures, mais nous espérons qu’ils resteront avec nous, a renchéri l’ailier Tomas Tatar. Il y a plusieurs choses nouvelles pour cette saison, ce n’est pas un camp comme les autres. Nous sommes heureux d’avoir de tels joueurs avec nous. Nous aurons besoin de plusieurs joueurs. Corey et Michael ont de l’expérience. Nous sommes chanceux de compter sur eux.»