Lutte

Cette semaine dans l’univers de la WWE: Goldberg, Hogan et la nostalgie

Cette semaine dans l’univers de la WWE: Goldberg, Hogan et la nostalgie

Patric Laprade

Publié 08 janvier
Mis à jour 08 janvier

Comme le temps passe vite. La dernière année n’est peut-être pas un bon exemple, mais sinon, je ne peux pas croire que j’anime la lutte à TVA Sports avec Kevin Raphaël depuis plus de trois ans déjà.

La nostalgie s’est emparée de moi hier lorsque nous avons fait l’annonce que nous étions renouvelés pour une quatrième saison. Je me suis souvenu de l’appel que j’avais reçu au printemps 2017, alors que j’étais à Paris pour le documentaire sur le Géant Ferré, et qu’on m’avait convoqué à rencontrer la direction de la station pour un projet concernant la lutte. 

Un appel qui a changé ma vie, et ce, à plusieurs égards.

Je me suis souvenu de cette chimie que nous avions dès le départ Kevin et moi et qui est rendue à un autre niveau maintenant. Je me suis rappelé des manœuvres que j’essayais et que j’essaye encore de traduire le plus souvent possible, question de respecter le contenu unique de notre produit, la langue française. Mais je me suis surtout souvenu du plaisir que j’ai à animer cette émission toutes les semaines, depuis 168 semaines pour être plus précis, toujours dans le but d’être divertissant et d’amener un nouveau public à suivre la WWE. Je ne sais plus le nombre de pères qui m’ont écrit depuis trois ans pour me dire qu’ils avaient fait découvrir la lutte à leur enfant parce que c’était en français. Certains ont même retrouvé leur amour pour la lutte.

Parce que même si on ne présente pas les trois heures intégrales de Raw, l’heure qu’on diffuse est plus souvient qu’autrement la meilleure des trois et je crois que Kevin et moi y ajoutons une couleur qui fait en sorte qu’un show plus ordinaire devient soudainement meilleur. La question des fans, les termes de lutte en français, les références au star système québécois sont toutes des raisons pour lesquelles on offre un produit différent et qui créent un sentiment d’appartenance avec l’auditoire.

Enfin, une case horaire fixe 

Ce renouvellement marque également une étape importante.

En effet, le contrat initial entre la WWE et TVA Sports était de trois ans. Alors on savait que la lutte n’allait nulle part jusqu’à la fin de cette entente. La confirmation d’une quatrième saison démontre le sérieux de cette relation entre la plus grande organisation de lutte au monde et la station de télévision qui l’a ramenée sur nos ondes, en français, après une absence de 19 ans.

De plus, pour la toute première fois, nous allons avoir une case horaire fixe, soit celle de 21h tous les mercredis soir sur TVA Sports 2 et ce, à compter du 13 janvier prochain. Les rediffusions seront pour leur part présentées du jeudi au dimanche sur TVA Sports. Les auditeurs vont enfin pouvoir se donner rendez-vous à une heure bien précise et non pas quelque part en soirée après le hockey, le soccer ou le baseball. Même chose pour ceux et celles qui l’enregistrent.

Les légendes à Raw 

Parlant de nostalgie, la WWE l’a également été lundi dernier. Mais pour une raison complètement différente.

En effet, quelques semaines après avoir affiché les pires cotes d’écoute de l’histoire de Raw, la WWE y est allée de son diachylon préféré, ses anciennes vedettes, une recette qui fonctionne habituellement bien.

Résultat?

Les meilleures cotes d’écoute depuis le mois de mars.

Cependant, il faut bien se comprendre. Ce n’est qu’un diachylon. Un vulgaire «plaster» sur une plaie ouverte. On s’est servi de la fin du football de la NFL du lundi soir pour ramener les Hulk Hogan et Ric Flair de ce monde et en faire une thématique.

Pourtant, leur présence était somme toute secondaire. Oui, on a vu Sgt. Slaughter, Tatanka, Torrie Wilson et tous les autres à qui le mot légende ne colle pas toujours si bien (j’ai beaucoup de difficulté à appeler Alicia Fox une légende), mais on les a vues dans de courts segments en coulisse, sans raison et sans but réel.

Goldberg de retour 

On s’est également servi de cette thématique pour ramener Goldberg, qui affrontera le champion de la WWE Drew McIntyre le 31 janvier prochain au Royal Rumble. Bon. Si je n’ai pas de problèmes avec le match comme tel, j’en ai un avec la façon qu’on nous a amené le tout.

McIntyre est censé être ce champion babyface, le favori de la foule, mais pourtant, je critique son utilisation depuis le mois d’avril dernier, car c’est un babyface qui agit trop souvent à mon goût comme un heel. On l’a vu à plusieurs reprises. Il était un mauvais ami pour Heath Slater, il a eu besoin de l’aide d’anciens lutteurs pour battre Randy Orton et là, lundi dernier, il a insulté Goldberg lui disant que de lutter contre lui serait comme se battre contre son père.

À l’inverse, l’ancien champion de la WCW l’avait accusé de ne pas avoir le respect des légendes. Un argument difficile à avaler quand on pense que ce sont justement des légendes telles que Christian, Big Show, Shawn Michaels et Ric Flair qui l’avaient aidé à conserver son titre face à Randy Orton à Clash of Champions en septembre dernier. Il devait avoir le respect des légendes à ce moment, non? Comment peut-on ne pas se rappeler de quelque chose qui s’est déroulé il y a à peine trois mois. Pas trois ans. Trois mois! Et si McIntyre a fait quelque chose pour choquer les légendes depuis, qu’on nous le dise.

Non seulement ça. Avant le combat principal, qui fut excellent en passant, on voit Hulk Hogan donner son sceau d’approbation au champion. McIntyre fait donc son entrée, seul comme à son habitude. Puis, lorsque Keith Lee fait la sienne, il est accueilli sur la scène par toutes les légendes, Hogan inclut. Je me souviens de m’être demandé pourquoi ils donnaient leur support à l’aspirant et non au champion. Surtout Hogan!

Cobra Kai : une inspiration 

J’ai écouté la troisième saison de Cobra Kai sur Netflix, la suite de Karate Kid, ces films cultes des années 1980. Et même si 32 années se sont écoulées entre le dernier film avec Ralph Macchio et cette troisième saison, on traite le passé et par le fait même les auditeurs avec plus de respect que la WWE en trois mois.

On nous ramène dans le passé, mais avec le souci du détail. Que ce soit Chozen, Silver, Ali, ou même la petite fille que Daniel-san avait sauvée de la tornade, le retour dans le temps est utilisé avec une perfection que j’ai rarement vue. Même Lance et Compte n’a pas réussi à retourner dans le passé avec autant de précision.

La WWE devrait vraiment s’en inspirer parce que non seulement les cotes d’écoute reviendront à une certaine normalité la semaine prochaine, il en faudra bien plus pour nous faire embarquer dans l’histoire qui mènera au match entre McIntyre et Goldberg à la fin du mois.

Marc Blondin de retour 

Je m’en voudrais de ne pas terminer cette chronique en mentionnant que le samedi 16 janvier prochain, deux Québécois animeront l’événement Hard to Kill d’Impact, disponible en ligne sur FITE.tv, soit le vétéran Marc Blondin et à ses côtés, pour la toute première fois, Handsome JF (Jean-Frédéric Clément).

Le lien avec la WWE?

Premièrement, Blondin a débuté sa carrière dans le monde de la lutte à la WWE à la fin des années 1980 avant de s’en aller vers la WCW, qu’il a animée pendant presque toute la décennie 1990. Clément, qui en sera à ses débuts comme analyste et qui remplacera l’ancien champion par équipe de la WWE, Sylvain Grenier, dans ce rôle, a déjà eu un essai avec la WWE.

Le 31 mai 2004, Clément en compagnie d’un autre Québécois, Éric Mastrocola, avait lutté à Sunday Night Heat contre The Hurricane et Rosey. Les deux avaient été entrainés à l’école de lutte de Jacques Rougeau. Dans les dernières années, le natif de Shawinigan a aussi été utilisé comme extra sur certaines productions télévisuelles de la WWE.

Je leur souhaite donc bonne chance, alors que l’événement marquera le retour de Blondin aux commandes d’une émission de lutte après quelques années d’absence.

Allez à 12 minutes et 13 secondes pour voir le match à Sunday Night Heat.

Les Anti-Pods de la Lutte 

Cette semaine, Kevin et Pat reviennent du temps des fêtes avec un épisode régulier, le plus long de l’histoire des Anti-Pods de la Lutte. Il s’en est passé des choses depuis quelques semaines: les décès entre autres de Brodie Lee et de Derek Aucoin, une revue complète de Wrestle Kingdom, en plus de toutes les nouvelles et résumés d’événements. Beaucoup de choses à vous mettre sous la dent dans un autre épisode à ne pas manquer!

Ne manquez pas la lutte WWE Raw, à l’antenne de TVA Sports, tous les mercredis à 21h sur TVA Sports 2, avec Kevin Raphaël et moi-même, Patric Laprade. De plus, ne manquez pas notre baladodiffusion hebdomadaire les Anti-Pods de la Lutte sur QUB Radio, disponible aussi sur iTunes, Google Play, Spotify et Stitcher.

Pour me joindre, vous pouvez le faire via mon adresse courriel au patric_laprade@videotron.ca, sur Facebook ou sur Twitter avec l’aide du mot clic #LutteTVASports

Sur ce, je vous dis à bientôt, c’est un rendez-vous!