Patric Laprade

Les décès de Luke Harper et Danny Hodge

Les décès de Luke Harper et Danny Hodge

Patric Laprade

Publié 27 décembre 2020
Mis à jour 27 décembre 2020

C'est une année 2020 dont on va se rappeler pendant longtemps et le monde de la lutte n’y échappe pas. Ce fut un Noël noir dans le milieu alors que deux de ses acteurs sont décédés, un la veille et l’autre le lendemain. Si Danny Hodge était rendu au vénérable âge de 88 ans, la surprise fut toute autre pour Brodie Lee, ancien lutteur de la World Wrestling Entertainment (WWE) et maintenant avec All Elite Wrestling (AEW), qui est décédé à l’âge de 41 ans.

C’est un problème pulmonaire non-relié à la COVID qui a emporté l’athlète. C’est son épouse, Amanda Huber, qui l’a mentionné dans une publication très émouvante sur son compte Instagram.

«Je ne voulais jamais devoir écrire ces mots. Mon cœur est brisé. Le monde le voyait comme l’extraordinaire Brodie Lee (anciennement Luke Harper), mais il était mon meilleur ami, mon mari et le meilleur père que vous pourriez rencontrer. Aucun mot ne peut décrire l’amour que j’ai pour lui et comment attristée je suis en ce moment.»

Absent depuis le mois d’octobre dernier, personne du côté d’AEW ne parlait de la raison ou de la durée de son absence. Le tout était gardé extrêmement secret.

«Je ne peux exprimer suffisamment mon amour et mon admiration pour la façon avec laquelle AEW s’est occupé non seulement de mon mari, mais aussi de moi et de mes enfants», poursuivait son épouse des 12 dernières années. Les deux s’étaient d’ailleurs rencontrés grâce à la lutte, alors qu’Amanda a lutté pendant quelques années sous le nom de Synndy Synn.

La naissance de Luke Harper  

Né le 16 décembre 1979 à Rochester dans l’état de New York, Jonathan Huber avait fait ses débuts dans le monde de la lutte en 2003, après avoir fait de la lutte de type « backyard ». Entrainé entre autres par l’ancien lutteur de l’ECW et de la WWE Tony Mamaluke, il avait débuté pour des organisations de lutte dans l’ouest de l’état de New York avant de commencer pour une des promotions indépendantes les plus en vues, CHIKARA, en 2007. 

Pendant cinq années, de 2007 à 2012, il a fait le tour des promotions d’importance sur le circuit indépendant, dont Square Circle Wrestling (2CW), Combat Zone Wrestling (CZW), Ring of Honor (ROH), Evolve, Jersey All Pro Wrestling (JAPW) et Dragon Gate, remportant en cours de route le titre principal à la 2CW et le titre par équipe de JAPW avec Necro Butcher. 

D’ailleurs, avec une longue barbe noire et un style assez physique, Butcher et Huber avaient tous les deux un look qui ressemblait à la légende du monde de la lutte, Bruiser Brody. De ses 6 pieds 5, Huber était impressionnant à regarder.

Le 12 mars 2012, il a signé un contrat avec la WWE et a été envoyé à la Florida Championship Wrestling (FCW), le club-école de la WWE, qui est par la suite devenue NXT. 

En novembre, sous le nom de Luke Harper, un personnage de péquenaud sudiste, habillé d’une camisole et d’une paire de jeans, un style vestimentaire qu’il arborait déjà sur le circuit indépendant, il est devenu le deuxième membre de la famille Wyatt après le leader du clan, Bray Wyatt, le fils de l’ancien lutteur de la WWE Mike Rotunda et petit-fils de Blackjack Mulligan, qui a souvent lutté ici au Québec dans les années 1970 et début des années 1980. 

Joint ensuite par un lutteur qui avait un gabarit similaire à Huber, Erick Rowan, les deux allaient remporter les titres par équipe de NXT. Mais leur règne fut de courte durée puisque la famille Wyatt au complet a eu une promotion et a fait ses débuts à Raw à l’été 2013.

Les trois formaient un trio assez particulier, alors que Wyatt incarnait le leader d’un culte diabolique qui avait pris racine dans les bois, alors que Huber et Rowan servaient de disciples et de muscles au clan. 

Après avoir attaqué Kane à leur début, ils ont eu une rivalité avec CM Punk et Daniel Bryan, puis avec un autre trio, le Shield, composé de Dean Ambrose, Seth Rollins et Roman Reigns, ce qui a donné d’excellents matchs et qui était une rivalité fort attendue de la part des amateurs.

Dans les mauvaises grâces du patron  

En septembre 2014, le trio s’est finalement séparé et quelques semaines plus tard, Huber remportait le titre Intercontinental contre Dolph Ziggler, titre qu’il ne gardera que quelques semaines avant de le perdre contre ce même Ziggler. Ce sera le seul titre en simple qu’il remportera à la WWE, lui qui était souvent considéré comme l’un des talents les plus sous-utilisés dans l’écurie de Vince McMahon. 

En équipe, il a remporté les titres par équipe de SmackDown à deux reprises, la première fois en décembre 2016, alors que la famille Wyatt était maintenant composée de Wyatt et Randy Orton, puis en avril 2018, dans ce qui fut probablement la plus grosse victoire de Huber à la WWE, alors que Rowan et lui, sous le nom des Bludgeon Brothers, ont battu les Usos et New Day dans un match triple menace à WrestleMania 34 en Nouvelle-Orléans. 

S’il avait hérité d’un des bons noms à la WWE, comme plusieurs, on lui a finalement enlevé son prénom, alors qu’il n’était maintenant que Harper.

Entre 2016 et 2019, les blessures et le manque d’idée de l’équipe créative à son égard lui ont fait manquer beaucoup de temps. En 2016, il avait dû s’absenter pendant six mois à cause d’une blessure à un genou. En 2017, il n’avait pas été utilisé à la télévision pendant quatre mois, ne luttant que sur les événements non-télévisés, avant de manquer six autres mois à l’automne 2018 pour une blessure au poignet cette fois-ci. 

En avril 2019, un match non-télévisé contre EC3 n’avait pas plu à Vince McMahon au point que ce dernier avait annulé tous les plans prévus pour Huber, incluant une rivalité avec le Québécois Sami Zayn. C’est alors que Huber a demandé qu’on le libère de son contrat, qui devait se terminer en novembre 2019, mais auquel la WWE avait ajouté une période de temps pour compenser celle

perdue suite à ses blessures. Il ne sera plus jamais utilisé à la télévision régulière de la WWE et en décembre 2019, on le laissait finalement aller.

Ses meilleurs combats en simple  

Comme plusieurs contrats, il avait une clause qui l’empêchait d’aller lutter immédiatement pour la compétition. Ce n’est donc qu’en mars 2020 qu’il a fait ses débuts pour AEW, se révélant comme Monsieur Brodie Lee, le leader d’un autre clan culte, soit celui du Dark Order, qui était jusque-là principalement composé des Québécois Evil Uno et Stu Grayson. Son arrivée devait se faire chez lui à Rochester, mais la COVID obligea l’organisation à faire le tout sans public en Floride. 

Après avoir perdu dans un match pour le championnat principal d’AEW contre Jon Moxley (anciennement Dean Ambrose) en mai, il a défait Cody Rhodes pour le titre de la télévision en août, avant de le perdre face à ce dernier le 7 octobre, dans ce qui aura été son dernier combat.

Il s’agit d’un triste décès, non seulement à cause de son âge, mais aussi parce que pour la première fois depuis près de 10 ans, il était utilisé à sa juste valeur par une compagnie de lutte professionnelle majeure. Ses matchs contre Dustin Rhodes, Moxley et Cody avaient démontré ce qu’il pouvait faire. Son dernier combat face à Cody avait probablement été son meilleur en simple en carrière, un match qui lui a valu la note de 4.5 étoiles sur cinq par le réputé journaliste et analyste Dave Meltzer.

Les hommages pleuvent de partout  

Jusqu’à présent, les commentaires sur Huber, la personne et non le personnage, sont assez élogieux. En fait, peu de personnes impliquées dans le monde de la lutte recoivent autant de bons commentaires à leur décès. Les messages sur les réseaux sociaux sont unanimes en ce sens : pour plusieurs raisons, il était un être humain très apprécié de ses pairs.

Autant à la WWE qu’à AEW, les commentaires allaient tous dans le même sens. De Stéphanie McMahon à Tony Khan, en passant par Triple H, Brandi Rhodes, Alexa Bliss, Eddie Kingston et Adam Cole, la presque totalité des lutteurs et lutteuses des organisations de lutte en Amérique du Nord sont affectés par la nouvelle.

«J’espère que vous aurez la chance de connaitre quelqu’un comme Jon. Il était tout un homme de famille et la personne qui me faisait rire sur une base quotidienne. Il va me manquer à chaque jour pour le reste de ma vie. Je t’aime Brodie et je te remercie de tout l’amour que tu m’as donné», a écrit avec émotion sur Twitter le champion Intercontinental de la WWE, Big E.

«Jon était une personne extraordinaire, qu’on aimait. Une personne qui aimait la lutte. Une personne qui aimait sa famille plus que tout. Il arrivait toujours à faire rire les gens autour de lui. Ça me brise le cœur de n’avoir jamais pris une photo avec lui. Il va manquer à plusieurs», a pour sa part écrit Cash Wheeler d’AEW, anciennement Dash Wilder à la WWE.

«La planète a perdu l’un de ses meilleurs humains aujourd’hui. Aucun mot ne pourrait expliquer à quel point Brodie était une bonne personne. Il était aimé par tout le monde dans le vestiaire et était tellement le fun à côtoyer. Il était un ami incroyable, mais encore plus important, il était un père et un mari dévoué», a écrit l’ancienne championne Becky Lynch.

Mais aucun commentaire n’était plus touchant que celui de son ancien partenaire, Windham « Bray Wyatt » Rotunda.

«Tu étais mon meilleur ami. Mon frère, mon partenaire, mon Terry Gordy. Nous avons changé la game parce que nous avons refusé de le faire d’une autre façon que la nôtre. Nous étions toujours à notre meilleur quand nous étions une équipe, je pense que nous le savions tous les deux. Nous nous sommes battus comme des frères parce que nous l’étions. Je suis tellement fâché. Ce n’est pas comme ça que c’était censé être, c’était censé être nous, gros, chauves et inutiles à 70 ans en train de faire des spots de la famille Wyatt dans des gymnases d’écoles secondaires. 

«Où allons-nous maintenant? Tu me manques tellement déjà. Je ferais n’importe quoi juste pour vivre nos pires moments encore une fois. Je ne peux pas croire que tu sois parti. Je suis vraiment désolé, mon frère. Je suis vraiment désolé. Tu seras toujours une partie de moi, que je le veuille ou non. Sans toi tout est différent et j’espère qu’Amanda sait vraiment que je suis ici non pas juste pour le dire comme ça, mais parce que je les aime aussi. J’ai tellement mal. J’aurais aimé avoir l’occasion de te dire au revoir. Garde moi un siège à côté de toi où que tu sois, c’est là que j’ai ma place. Je serai là quand ce sera mon heure. Au revoir pour toujours Brodie. Je t’aime.»

Le Québec est tout aussi bouleversé  

Fans des Maple Leafs de Toronto et non pas son équipe locale, les Sabres de Buffalo, Huber a lutté à plusieurs reprises sur le territoire québécois et a surtout interagit avec plusieurs Québécois au cours de sa carrière.

«Je suis sans mot, me disait Geneviève Goulet, mieux connue sous le nom de LuFisto, qui a connu Huber sur le circuit indépendant. Je me souviens de ses débuts à la CZW. Toujours souriant, qui écoutait les conseils de tout le monde. Il impressionnait vraiment du fait qu’à sa grandeur, il pouvait lutter comme un cruiserweight. Dès le début, j’étais une fan. Il était vraiment gentil avec moi, drôle aussi.»

PCO en est un autre qui l’a connu avant qu’il ne devienne une vedette de la WWE.

«Je l’avais amené avec moi à Paris pour une tournée avec les promotions All Star Wrestling du promoteur Flesh Gordon, a écrit PCO sur son compte Instagram. Nous avons passé presque trois semaines complètes ensemble. On s’entendait super bien. Il était un gros fan de hockey et il connaissait presque tous les durs à cuire de la Ligue Nord-Américaine de Hockey. Peu de temps après, il avait signé avec la WWE. Juste un super de bon gars.»

Son premier match au Québec a eu lieu en novembre 2008, pour le compte de l’IWS, alors qu’Huber avait affronté Superstar Shayne Hawke. Une semaine plus tard, il affrontait Necro Butcher lors de la toute première présence de la Ring of Honor à Montréal, dans un événement qui incluait aussi Kenny Omega, Jerry Lynn, Roderick Strong, Bryan Danielson (Daniel Bryan), Tyler Black (Seth Rollins), de même que les Québécois Kevin Steen (Owens) et El Generico (Sami Zayn). 

Il a lutté une autre fois pour l’IWS avant de travailler plus régulièrement pour C*4, de l’autre côté de la rivière des Outaouais, à Ottawa. Pour la WWE, il a lutté à plusieurs reprises à Montréal, soit dans des événements non-télévisés en 2017, en 2016 (en équipe avec Rowan contre Brock Lesnar), en 2015 (contre Reigns et Ambrose), ainsi que pour un enregistrement de Superstars en 2015 et à Raw contre les Usos en 2014.

«Je ne le crois pas. Je ne suis incapable de me faire à l’idée. Je ne peux tout simplement pas le croire», a écrit le Montrélais Sami Zayn sur Twitter.

Même bouleversement du côté du Marievillois Kevin Owens.

«Le monde en a perdu un bon. Un des meilleurs. Dans tous les sens.»

«J’entends encore M. Brodie Lee crier, hurler et maudire Dark Order, puis, la caméra cessait de rouler et Jon et nous tous éclations de rire, les larmes aux yeux en ayant de la difficulté à respirer tellement on avait du plaisir, a écrit le Drummondvillois et membre du Dark Order à AEW, Stu Grayson, sur Instagram. Ce sont les seuls souvenirs que j’ai de Jon parce que c’était comme ça quand on était tous ensemble. Je suis tellement content de t’avoir rencontré il y a si longtemps. Tu vas toujours me manquer Jon.»

En plus de son épouse, Huber laisse dans le deuil ses enfants, Brodie, sept ans, ainsi que Nolan, trois ans.

Danny Hodge, champion amateur et professionnel  

Comme un malheur n’arrive jamais seul, le monde de la lutte a perdu un autre de ses acteurs, le 24 décembre, en la personne de Danny Hodge.

Après avoir obtenu une fiche parfaite de 46 victoires en autant de combats chez les amateurs et remporté trois championnats de la NCAA chez les 177 livres, le prodigue de l’université d’Oklahoma a participé aux Olympiques de 1952 et 1956, remportant une médaille d’argent la seconde fois en Australie. 

Il est l’un des deux seuls lutteurs amateurs à avoir remporté à trois reprises le championnat de la NCAA, l’autre étant le Canadien Earl McCready. Le trophée Dan Hodge est d’ailleurs remis à chaque année au meilleur lutteur, ce qui est l’équivalent du trophée Heisman au football.

Danny Hodge c. Maurice Vachon  

J’ai eu la chance de rencontrer Hodge et de lui parler à quelques reprises. 

Je lui avais entre autres parlé de Maurice « Mad Dog » Vachon et de la réputation de ce dernier comme lutteur amateur. Vachon avait participé aux Olympiques de 1948 à Londres avant de remporter une médaille d’or aux Jeux de l’Empire (l’ancêtre des Jeux du Commonwealth) en 1950 à Auckland, en Nouvelle-Zélande, dans ce qui furent les dernières compétitions internationales de lutte amateur pour Maurice.

Pourtant Maurice n’avait pas encore atteint le sommet de son art. Âgé de seulement 20 ans, il aurait pu se battre pendant encore plusieurs années, alors qu’un lutteur atteint son apogée à la mi-vingtaine. Maurice aurait certes été un espoir de médaille autant à Helsinki en 1952 qu’à Melbourne en 1956, alors qu’il n’aurait eu que 26 ans. Le Sud-Africain qu’il avait battu à Auckland et qui avait terminé quatrième à Londres a terminé sixième à Helsinki. Maurice était devenu bien meilleur que cela.

«En 1952, je connaissais la réputation de Maurice et je savais qu’il était un très bon lutteur, me racontait Hodge, qui se battait dans la même catégorie de poids que Vachon. En 1952 à Helsinki, il aurait gagné une médaille, j’en suis persuadé. En 1956, ça aurait été un combat intéressant par contre.»

En effet, Hodge avait 24 ans lorsqu’il a remporté la médaille d’argent à Melbourne. Lui et Maurice auraient été au sommet de leur art.

En 1959, après s’être adonné à la boxe, Hodge est devenu lutteur professionnel au lieu de tenter sa chance dans un deuxième sport aux Olympiques de Rome en 1960.

Né le 13 mai 1932 à Perry en Oklahoma et entraîné par Leroy McGuirk et la légende Ed «Strangler» Lewis, Hodge a fait ses débuts en octobre 1959 et a remporté le titre des mi-lourds de la NWA pour la première fois en juillet 1960. Il allait avoir la main mise sur le titre au cours des 16 années qui allaient suivre, ayant même un règne de plus de quatre ans à la fin des années 1960.

En 1957, il avait fait la couverture du populaire magazine le Sports Illustrated. En plus d’être le seul lutteur amateur de l’histoire à avoir accompli cet exploit, lorsqu’il est devenu professionnel deux ans plus tard, il devenait ainsi le tout premier lutteur professionnel à avoir fait la page frontispice de la célèbre revue.

Il a pris sa retraite en 1976 suite à un accident qui lui a presque coûté la vie, alors qu’il s’était endormi au volant.

Attention à la poignée de main!

Il était connu pour avoir une force herculéenne dans les mains, parce que, croyez-le ou non, il était né avec deux unités de tendons dans ses mains. Il pouvait déchirer un annuaire téléphonique ou bien pulvériser une pomme juste en l’écrasant. 

D’ailleurs, il aimait bien jouer des tours et son plus célèbre était quand il rencontrait quelqu’un, surtout la première fois, il aimait bien te donner une bonne poignée de main solide. Si les vieux lutteurs sont reconnus pour donner des poignées de main molle – un signe que tu faisais partie du monde de la lutte à l’époque où les secrets de lutte n’étaient pas encore dévoilés au grand public – Hodge faisait tout le contraire. Et Il s’amusait avec ça.

La première fois que je l’ai rencontré, il m’avait serré la main et ne la laissait plus partir! Tranquillement, il écrasait tous les cartilages et les os de ma main droite, tout en gardant le sourire. Dois-je ajouter que lorsque je l’ai rencontré, il était déjà âgé de 80 ans! C’était incroyable. Il aurait me faire faire ou me faire dire n’importe quoi! L’expression «pardon mon oncle» a clairement été inventée pour ce genre de situation. Un autre de ses tours était de faire une prise de tête, une que tes oreilles et ta mâchoire se souvenaient pendant longtemps.

Il a été intronisé au temple de la renommée du Wrestling Observer, le plus crédible en la matière, dès la première année en 1996, en plus de faire partie de la majorité des autres temples de la renommée du monde de la lutte, sauf ceux de la WWE et du Québec. En effet, Hodge n’a jamais lutté au Québec, le territoire n’était pas reconnu pour ses lutteurs mi-lourds, mais bien pour ses poids lourds. Par contre, il devrait éventuellement faire partie de l’aile des pionniers de celui de la WWE.

Le mentor de Jim Ross  

Hodge a également la distinction d’être l’un des meilleurs lutteurs amateurs devenus professionnels, un club sélect regroupant des noms tels que Brock Lesnar, Maurice Vachon, Iron Sheik, Verne Gagne et Kurt Angle.

En plus d’avoir influencés un bon nombre de carrières, dont celles de Jim Ross et de Gerry Brisco, plusieurs croient qu’il aurait fait un excellent combattant d’arts martiaux mixtes.

«Hodge était le plus dominant des lutteurs universitaires américains de tous les temps, le plus grand champion mi-lourds de l’histoire des États-Unis chez les professionnels et auraient surement été dominant en AMM chez les moyens ou mi-moyens si une telle chose avait existée», a écrit Dave Meltzer sur Twitter.

«C’est dur à croire que mon héros de jeunesse, mon partenaire de route et mon mentor, le grand Danny Hodge, est décédé. Danny était le meilleur lutteur, amateur et professionnel, que j’ai connu», a pour sa part écrit Jim Ross.

Hodge avait d’ailleurs été invité à Raw en 2005, alors que la WWE célébrait la carrière de Jim Ross dans la ville d’Oklahoma, en plus d’avoir fait une autre apparition en 2012.

Il laisse dans le deuil son épouse des 69 dernières années, Delores, de même que leurs trois enfants et plusieurs petits-enfants et arrière-petits-enfants.

Ne manquez pas la lutte WWE Raw, à l’antenne de TVA Sports, tous les mercredis en fin de soirée avec Kevin Raphaël et moi-même, Patric Laprade. Pour plus de détails sur l’heure de diffusion et sur les rediffusions, consultez la grille horaire de TVA Sports. De plus, ne manquez pas notre baladodiffusion les Anti-Pods de la Lutte sur QUB Radio à toutes les semaines, disponible sur iTunes, Google Play, Spotify et Stitcher.

Pour me joindre, vous pouvez le faire via mon adresse courriel au patric_laprade@videotron.ca, sur Facebook ou sur Twitter avec l’aide du mot clic #LutteTVASports.

Sur ce, je vous dis: à bientôt, c’est un rendez-vous!