Crédit : Photo d'archives, AFP

NFL

Antony Auclair goûtera enfin aux séries avec les Buccaneers

Publié | Mis à jour

Pour la première fois depuis 2007, les Buccaneers de Tampa Bay plongeront samedi soir dans l’euphorie des séries éliminatoires de la NFL, contre Washington. À sa quatrième saison, l’ailier rapproché Antony Auclair vivra donc son baptême de feu.

L’ancien du Rouge et Or n’a connu que des saisons perdantes à Tampa depuis son arrivée en 2017. Des campagnes successives de 5-11 à ses deux premières années dans le grand circuit ont été suivies d’un petit pas en avant à 7-9, en 2019.

Cette année, avec l’arrivée de Tom Brady, Rob Gronkowski, Antonio Brown et autres joueurs clés, l’équipe a enregistré 11 victoires et voilà que tous les espoirs sont permis.

«C’est unique de faire partie de quelque chose d’aussi spécial au sein d’une organisation qui n’a pas participé aux séries depuis 13 ans. C’est cool de pouvoir continuer notre parcours tandis que plusieurs autres équipes n’ont pas cette opportunité», a réagi Auclair lors d’un entretien téléphonique.

Reçus en héros

C’est le 26 décembre, à la 16e semaine d’activités, que les Buccaneers ont confirmé leur place en séries en vertu d’une victoire face aux Lions, à Detroit.

«Quand on est revenu à l’aéroport de Tampa le soir, il y avait des fans partout qui nous accueillaient. C’était la première fois que je voyais ça à Tampa. C’est différent comme feeling sans beaucoup de partisans cette saison, mais ça a fait du bien de les voir un peu», a raconté Auclair.

En uniforme?

Maintenant, reste à voir si le Beauceron vivra ce moment important sur le terrain face au front défensif redoutable de Washington ou sur les lignes de côtés.

La saison en cours n’est clairement pas évidente pour celui qui a subi une blessure au mollet qui lui a fait rater six matchs. Il est ensuite revenu au jeu pour disputer les six matchs suivants, avant d’être laissé de côté lors des semaines 15 et 16. Il a renoué avec l’action dimanche dernier, pour conclure un calendrier régulier en montagnes russes.

«C’est une saison un peu on and off. Ça dépend de chaque plan de match. En ce moment, l’important est de servir l’équipe et de faire abnégation de moi. Je ne peux que contrôler ce que je peux contrôler. C’est parfois une situation frustrante sur le plan personnel, mais collectivement, on gagne. Je sais ce que je peux apporter et ce que je vaux.»

«On habille un joueur de ligne offensive supplémentaire et on a aussi «Gronk» qui peut très bien bloquer, donc je comprends la situation. J’aide l’équipe le plus possible avec ma préparation dans la semaine et mon attitude», a commenté celui dont les talents comme bloqueur ont été maintes fois salués par l’organisation.

«Je vois ça comme un bon exemple pour des jeunes joueurs au Québec. On avait de très bons joueurs à Laval qui n’ont jamais pu jouer parce qu’on avait une équipe très talentueuse, mais qui ont des bagues. C’est aussi ça la vie dans la NFL», a-t-il ajouté.

De l’espoir

Sur le plan collectif, Auclair est d’avis que les Buccaneers ont tout en main pour lutter avec les meilleurs et espérer se rendre au bout. Le Super Bowl 55 sera d’ailleurs présenté à Tampa, le 7 février. Jamais dans l’histoire la ville hôtesse de l’événement a vu son équipe y prendre part dans son stade.

«On est devenu de plus en plus constant et en confiance au fil des semaines. On a le potentiel pour aller très loin, mais il faut juste poursuivre dans cette constance. L’équipe est très calme. On a tous hâte, mais personne n’est surexcité.»

«Que le Super Bowl soit à Tampa ou ailleurs, ça ne change pas grand-chose, surtout cette année avec la situation des partisans. C’est une situation particulière, mais on y va un match à la fois et toute notre attention est sur Washington», a-t-il souligné sagement.