Crédit : AFP

NFL

Des ouvertures intrigantes dans la NFL

Publié | Mis à jour

Six postes d’entraîneurs en chef sont disponibles dans la NFL et les ouvertures offrent chacune à leur façon de belles perspectives.

Il serait facile de croire que l’opportunité d’aller diriger les Jaguars est un cadeau empoisonné puisque l’équipe se retrouve constamment dans le sous-sol et que l’organisation n’est pas fiable. Sauf que s’il y a un moment pour s’extirper du trou, c’est bien maintenant.

Non seulement les Jaguars sont détenteurs du premier choix au repêchage avec un quart-arrière au rare potentiel en Trevor Lawrence, ils détiennent 10 choix au total lors du prochain encan. Avec environ 81 millions disponibles sous le plafond salarial, ils sont dans une bonne posture pour bien entourer rapidement leur futur joyau.

La rumeur envoie à Jacksonville celui qui a remporté trois fois le championnat national universitaire en Floride et à Ohio State, Urban Meyer.

Partout où il est passé, il a gagné, même si ses méthodes ont parfois été contestées. Le succès dans la NCAA ne se traduit pas souvent en succès dans la NFL, mais Meyer fait partie des candidats qui imposent le respect et qui pourraient vite changer le visage des Jaguars.

Les Jets et les autres

L’autre équipe qui peut en apparence avoir l’air d’une cause perdue, mais qui ne l’est pas, c’est les Jets.

L’équipe dispose de quatre choix de première ronde lors des deux prochains repêchages, dont le deuxième au total le printemps prochain. Une mine d’or ! Il y a aussi abondance sous le plafond salarial avec quelque 68 millions $ disponibles.

Le cirque new-yorkais n’est pas de tout repos et n’est pas fait pour tout le monde, mais un entraîneur à la couenne dure pourrait prospérer avec les ressources disponibles. Il y a du travail à faire sur la ligne offensive, mais aussi de quoi bâtir avec le jeune bloqueur format géant, Mekhi Becton.

La situation la plus alléchante demeure probablement celle des Chargers. L’équipe a déniché son quart-arrière de concession en Justin Herbert. De très bons éléments sont en place partout dans l’alignement. Les morceaux sont en place pour gagner dès maintenant et les Chargers valent beaucoup mieux que ce qu’ils ont donné depuis deux ans.

Restent les Texans, les Lions et les Falcons. La situation la plus intrigante est celle chez les Texans. Leur prochain pilote héritera d’un véritable diamant en Deshaun Watson. C’est une denrée rare. Cependant, il est mal appuyé par une défensive atroce et l’équipe n’a pas de choix de première ni de deuxième ronde, au prochain repêchage. La situation de la masse salariale est aussi problématique et il faudra couper plus loin que dans le gras. Le retour à la prospérité n’est probablement pas pour demain. Quant aux Lions et Falcons, la même question se pose pour le prochain candidat : on repart sur de nouvelles bases ou on essaie une énième recette différente pour tenter de tirer le meilleur des quarts-arrières Matthew Stafford et Matt Ryan ? À Atlanta, le contrat de Ryan fait que les nouveaux décideurs auront les mains liées. À Detroit, c’est une autre histoire...

Duels de samedi

  • Indianapolis à Buffalo | 13 h 05
  • LA Rams à Seattle | 16 h 40
  • Tampa Bay à Washington | 20 h 15

Duels de dimanche

  • Baltimore au Tennessee | 13 h 05
  • Chicago à Nouvelle-Orléans | 16 h 40
  • Cleveland à Pittsburgh | 20 h 15

L'état des forces dans la NFL

1. CHIEFS DE KANSAS CITY, 14-2

 Semaine dernière : 1 | =

Les Chiefs ont fait se reposer plusieurs partants de qualité dimanche dernier et seront en congé au premier tour des séries ce week-end. Lorsqu’ils sauteront sur le terrain la semaine prochaine, ça fera donc près de trois semaines que les canons auront tonné. C’est toujours un risque.

2. PACKERS DE GREEN BAY, 13-3

 Semaine dernière : 2 | =

À ses six derniers matchs, Aaron Rodgers a lancé 19 passes de touché et une seule interception. Pour une rare fois dans sa carrière, Rodgers bénéficiera de l’avantage du terrain en séries. Sachant à quel point il est intraitable à la maison en décembre et janvier, c’est majeur.

3. BILLS DE BUFFALO, 13-3

 Semaine dernière : 3 | =

Les Bills ont inscrit 47,3 points en moyenne à leurs trois derniers matchs. Les Chiefs sont peut-être considérés comme les favoris pour les grands honneurs, mais aucune équipe en ce moment ne joue mieux que les Bills. Il faut maintenant transporter ce momentum en séries.

4. SAINTS DE LA NOUVELLE-ORLÉANS, 12-4

 Semaine dernière : 5 | +1

Les Saints ont la chance d’amorcer les séries dimanche plutôt que samedi, ce qui fait en sorte que le porteur Alvin Kamara devrait avoir mis fin à sa période d’isolement (COVID-19) et être en uniforme face aux Bears. Le probable dernier tour de piste de Drew Brees s’annonce captivant.

5. STEELERS DE PITTSBURGH, 12-4

 Semaine dernière : 4 | -1

Souvent, le fait de reposer les partants à la dernière semaine s’avère nuisible pour la cohésion en séries. Dans le cas des Steelers, aux prises avec bobos et fatigue à la suite d’un calendrier plusieurs fois remué, il s’agissait d’une nécessité. Il n’y aura pas d’excuse face aux Browns.

6. BUCCANEERS DE TAMPA BAY, 11-5

 Semaine dernière : 6 | =

Parmi les équipes les plus en feu du moment, il faut tenir compte des Buccaneers. L’équipe a remporté ses quatre derniers duels, dont les deux derniers en inscrivant 44 et 47 points. Tom Brady termine la campagne avec 40 passes de touché. À 43 ans, c’est inimaginable !

7. SEAHAWKS DE SEATTLE, 12-4

 Semaine dernière : 7 | =

Les Seahawks ont disputé leur dernier match à l’image du reste de la saison. Ce fut plus compliqué que prévu, mais ils s’en sont sortis avec une autre victoire. Depuis le 15 novembre, la défensive fait partie des plus avares du circuit, elle qui était historiquement mauvaise en début de parcours.

8. TITANS DU TENNESSEE, 11-5

 Semaine dernière : 8 | =

Plus de 2000 verges au sol pour le porteur Derrick Henry. Quarante touchés (passes et courses) pour le quart-arrière Ryan Tannehill. Moyenne de 15,4 verges par réception pour AJ Brown. L’attaque est plus redoutable que jamais, mais la défensive en papier mâché tiendra-t-elle ?

9. RAVENS DE BALTIMORE, 11-5

 Semaine dernière : 10 | +1

Les Ravens, presque coulés après une série de trois revers en novembre, ont répondu depuis avec cinq victoires en gagnant en moyenne 264,7 verges au sol. C’est encore plus monstrueux que l’an dernier. Lamar Jackson doit maintenant briser les perceptions en séries.

10. COLTS D’INDIANAPOLIS, 11-5

 Semaine dernière : 9 | -1

L’entraîneur-chef Frank Reich a absolument raison. Personne ou presque ne donne la moindre chance aux Colts face aux Bills. Son équipe se présentera donc pour le duel éliminatoire sans pression. C’est une bonne formation qui peut toujours causer une surprise.

11. BROWNS DE CLEVELAND, 11-5

 Semaine dernière : 12 | +1

Pourquoi le bonheur à Cleveland ne peut-il jamais être pur, total et intégral ? Deux jours après avoir officialisé sa place en séries, voilà que l’équipe est aux prises avec une autre éclosion de COVID-19, qui touche notamment l’entraîneur-chef Kevin Stefanski. La route en séries se complique.

12. RAMS DE LOS ANGELES, 10-6

 Semaine dernière : 13 | +1

La fin de saison des Rams a été plutôt chancelante et ils se présentent en séries en boitant. Ils sont toutefois dotés d’une défensive qui peut causer des ravages en janvier. Maintenant, Jared Goff sera-t-il rétabli de sa blessure au pouce,et, si oui, les Rams auront-ils droit au bon ou mauvais Jared ?

13. DOLPHINS DE MIAMI, 10-6

 Semaine dernière : 11 | -2

Les Dolphins ont raté l’occasion de se qualifier en séries, mais leur saison est tout sauf un échec. Le chemin parcouru en un an est fantastique, les bases sont jetées et l’équipe détient le troisième choix au prochain repêchage. Un luxe rare pour une équipe près du but.

14. ÉQUIPE DE WASHINGTON, 7-9

 Semaine dernière : 17 | +3

Le parcours de Ron Rivera et Alex Smith continue d’inspirer. L’équipe sans nom mise aussi sur une défensive qui a le potentiel de causer des surprises en séries. À cette étape de la saison, la fiche ne veut plus rien dire et il ne faudra certainement pas regarder cette équipe de haut.

15. BEARS DE CHICAGO, 8-8

 Semaine dernière : 14 | -1

Quelle présence en séries improbable que celle des Bears ! Après six défaites de suite au cœur de la saison, peu donnaient cher de leur peau. Le dernier duel face aux Packers, après quatre matchs face à des défensives atroces, sème toutefois le doute sur leur capacité à jouer contre les grands.

16. RAIDERS DE LAS VEGAS, 8-8

 Semaine dernière : 16 | =

Les Raiders terminent avec une fiche de ,500, une maigre amélioration par rapport à l’an dernier. Une autre saison sans séries éliminatoires l’an prochain devra être considérée comme un retentissant échec. Il y a encore beaucoup de boulot à faire en défensive.

17. CARDINALS DE L’ARIZONA, 8-8

 Semaine dernière : 15 | -2

Les partisans des Cardinals diront que leur équipe aurait été des séries si Kyler Murray avait été en santé dans le dernier match, mais l’équipe joue du piètre football depuis la mi-novembre. Murray traîne des bobos depuis cette période, mais le reste des troupes n’a pas été à la hauteur.

18. CHARGERS DE LOS ANGELES, 7-9

 Semaine dernière : 20 | +2

Les Chargers ont bien fini la saison et pourraient faire un bond important l’an prochain, possiblement même jusqu’en séries, avec un nouvel entraîneur-chef. La gestion des fins de matchs a été catastrophique cette saison, mais les bons joueurs semblent en place.

19. 49ERS DE SAN FRANCISCO, 6-10

 Semaine dernière : 19 | =

La prochaine saison ne pourra pas être aussi pénible pour les 49ers du côté des blessures. Ceux-ci doivent maintenant s’assurer d’avoir une alternative sérieuse au poste de quart-arrière si Jimmy Garoppolo se blesse. Ou encore, tout simplement repartir à neuf à cette position. À suivre...

20. PATRIOTS DE LA NOUVELLE-ANGLETERRE, 7-9

 Semaine dernière : 21 | +1

Rarement un repêchage n’aura été aussi crucial que le prochain pour les Patriots. Il y a encore de bons morceaux en place, mais le noyau est très vieillissant. L’attaque a été pénible à observer toute l’année et le prochain quart-arrière devra bénéficier de réels receveurs.

21. GIANTS DE NEW YORK, 6-10

 Semaine dernière : 23 | +2

Les Giants ont raison d’être mécontents de la façon dont les Eagles ont abordé leur fin de match face à Washington. Sauf que jamais une équipe ayant accumulé six victoires ne devrait crier à l’injustice parce qu’elle est privée des séries. Les Giants sont les responsables de leur sort.

22. VIKINGS DU MINNESOTA, 7-9

 Semaine dernière : 22 | =

Avec 1400 verges, Justin Jefferson a connu la saison la plus productive pour un receveur recrue dans l’ère du Super Bowl. Dans toute l’histoire, seul Bill Groman, des Oilers de Houston en 1960, le devance avec une saison recrue de 1473 verges. Tout un avenir pour Jefferson !

23. COWBOYS DE DALLAS, 6-10

 Semaine dernière : 18 | -5

Saison à oublier pour les Cowboys et le grand dossier à suivre est celui de Dak Prescott. Après sa blessure à la cheville, à quel point l’équipe se montrera-t-elle gracieuse à l’endroit de son quart-arrière dans les négociations de contrat ? Sans Prescott, les Cowboys ont erré comme des brebis égarées.

24. PANTHERS DE LA CAROLINE, 5-11

 Semaine dernière : 24 | =

Après un début de saison plutôt encourageant, les Panthers ont solidement piqué du nez. Retiré du dernier match, Teddy Bridgewater ne sera visiblement pas la solution à long terme au poste de quart-arrière. C’est aussi la défensive qu’il faut reconstruire.

25. BRONCOS DE DENVER, 5-11

 Semaine dernière : 25 | =

John Elway, après dix ans, cède son poste de directeur général, mais demeurera président de l’équipe. C’est donc dire que les décisions finales sur le personnel ne lui appartiendront plus. Il est permis de se demander combien de temps une telle légende demeurera dans cette structure.

26. EAGLES DE PHILADELPHIE, 4-11-1

 Semaine dernière : 26 | =

Ce que les Eagles ont fait en fin de match face à Washington est tout simplement honteux. D’accord, Jalen Hurts ne jouait pas très bien, mais s’il y a un joueur à évaluer pour le futur, c’est lui et pas Nate Sudfeld. Tout ça pour trois petits rangs au repêchage ! Vraiment gênant !

27. BENGALS DE CINCINNATI, 4-11-1

 Semaine dernière : 27 | =

Les Bengals ont confirmé le retour de l’entraîneur-chef Zac Taylor. La décision est compréhensible, mais si l’équipe ne progresse pas de manière significative, même avec le retour en santé de Joe Burrow la saison prochaine, il n’y aura plus d’excuse.

28. TEXANS DE HOUSTON, 4-12

 Semaine dernière : 28 | =

Où commencer pour les Texans ? La défensive est l’une des plus abominables qu’il ait été donné de voir dans les dernières années. Ce n’est donc pas un ou deux joueurs qui vont complètement changer la donne. Même avec Deshaun Watson, cette équipe n’ira nulle part sans défensive.

29. FALCONS D’ATLANTA, 4-12

 Semaine dernière : 29 | =

Les Falcons constituent probablement la plus grande déception de la saison dans la ligue. Plusieurs les voyaient même se frayer un chemin en séries. Après un autre départ apocalyptique, l’équipe ne s’est jamais remise sur les rails. Presque un copier-coller de 2019.

30. LIONS DE DETROIT, 5-11

 Semaine dernière : 30 | =

Il sera intéressant de voir si le prochain régime décidera de poursuivre avec Matthew Stafford. Le quart-arrière ne semble clairement pas au bout du rouleau, mais est-ce que l’équipe a été au bout des possibilités avec lui ? Il n’est pas le problème des Lions, mais la question est légitime.

31. JETS DE NEW YORK, 2-14

 Semaine dernière : 31 | =

Que le suspense commence chez les Jets ! Vont-ils conserver le deuxième choix du repêchage pour se jeter sur Justin Fields ou accepter une offre indécente pour accumuler des choix et tenter un ultime effort pour sauver Sam Darnold ? Le DG Joe Douglas a du pain sur la planche.

32. JAGUARS DE JACKSONVILLE, 1-15

 Semaine dernière : 32 | =

Et si, comme la rumeur le veut, Urban Meyer devient vraiment le prochain pilote des Jaguars ? Pourrait-il décider que le geste à faire est de choisir Justin Fields, qu’il avait recruté à Ohio State, plutôt que de choisir Trevor Lawrence ? On en doute fort, mais sait-on jamais...