Canadiens de Montréal

Nouvelles mesures sanitaires: le Canadien et la LHJMQ épargnés

Publié | Mis à jour

Mince consolation pour les amateurs de hockey à la suite du resserrement des mesures sanitaires annoncé mercredi soir : si la pratique organisée n’est pas près de reprendre de sitôt, le Canadien et la LHJMQ ne seront pas touchés par ces nouvelles mesures puisque leurs activités se déroulent dans des environnements protégés.

À défaut de se rendre au Centre Bell, les partisans pourront à tout le moins encourager leurs favoris devant leur téléviseur, un aspect qui était important aux yeux du premier ministre. 

«Les gens du Canadien de Montréal ont eu de longues discussions avec la Santé publique et il y a des consignes très sévères qui ont été mises en place. Il n’y aura pas de spectateurs, les gens seront testés tous les jours, ils seront obligés d’être chez eux, etc.»

«Je pense que les Québécois souhaitent avoir des émissions de télévision et des matchs de hockey, et c’est fait d’une façon complètement sécuritaire. Ils ont les moyens pour se payer cette sécurité-là», a déclaré le premier ministre François Legault lors de sa conférence de presse très attendue.

Le Canadien pourra donc poursuivre en toute quiétude son camp d’entraînement au Complexe sportif Bell de Brossard en prévision de la nouvelle saison de la LNH qui s’amorcera le 13 janvier. La troupe de Claude Julien affrontera alors en lever de rideau les Maple Leafs de Toronto au Scotiabank Arena. Le premier match à Montréal est prévu le 28 janvier contre les Flames de Calgary.

Évidemment, cette exception ne signifie pas pour autant que le club de hockey professionnel ne doit plus se plier aux nombreuses exigences sanitaires des autorités de santé publique et de la LNH. Bien au contraire.

Tests de dépistage quotidiens à la COVID-19, prise de température, port du masque en tout temps sauf lors des séances sur la patinoire ainsi que celles en salle demandant un effort en aérobie, un protocole strict a été déployé.

Soulagement pour la LHJMQ 

De son côté, la LHJMQ était rassurée que ses projets en environnements protégés, qui doivent marquer la relance des activités du circuit à partir du 22 janvier après une pause d’un mois et demi, pourront avoir lieu comme prévu.

La LHJMQ a obtenu l’aval de la Santé publique à la suite de son événement réussi au Centre Vidéotron en novembre dernier durant lequel aucun test positif n’a été décelé parmi les joueurs, les entraîneurs et le reste des employés admis à l’intérieur de la bulle.

«Nous sommes heureux de pouvoir poursuivre nos activités en respectant les consignes et les directives de la Santé publique tout comme nous l’avons fait dans l’événement d’environnement protégé de Québec [...] C’est une excellente nouvelle pour nos athlètes-étudiants amateurs», a affirmé par courriel le directeur des communications du circuit junior, Maxime Blouin.

Sept événements 

Pour cette deuxième phase en bulles, les 12 formations du Québec seront réparties dans quatre villes (Chicoutimi, Drummondville, Rimouski, Shawinigan) pour y disputer deux matchs en trois jours.

Puis, Chicoutimi, Drummondville et Rimouski accueilleront quatre équipes du 30 janvier au 7 février où chacune d’elles participera à un sprint de six parties en neuf jours.

Le circuit junior utilisera le même protocole, «un copier-coller», selon Maxime Blouin, pour ses sept événements à plus petite envergure. Celui-ci prévoit notamment que tous les participants soient testés aux trois jours et soient logés et nourris à l’hôtel pour la durée des bulles.