Crédit : AFP

Baseball - MLB

«J’étais trop saoul pour faire mon travail» - CC Sabathia

Publié | Mis à jour

L’ancien lanceur du baseball majeur CC Sabathia a souvent l’objet de critiques sur sa condition physique discutable durant les dernières années de sa carrière et il est le premier à admettre qu’il a failli tout gâcher.

Ayant disputé sa dernière campagne en 2019, le gaucher est au centre d’un documentaire – «Under the Grapefruit Tree: The CC Sabathia Story» – sur son parcours professionnel qui sera diffusé dès le 22 décembre sur la chaîne HBO. Et selon le quotidien «New York Post», le principal concerné a profité de l’occasion pour rappeler que l’alcoolisme a représenté un frein à ses succès.

«Il y avait un secret, je cachais ce qui aurait pu tout détruire», a-t-il notamment déclaré avant d’affirmer, qu’au cours de la dernière série de la saison 2015 des Yankees de New York, «j’étais trop saoul pour faire mon travail».

Ainsi, Sabathia avait été incapable de lancer en relève lors d’un match face aux Orioles de Baltimore. Cette année-là, il avait d’ailleurs suivi une cure de désintoxication pour vaincre ses démons. Ses démarches ont porté fruit, car il est sobre depuis cinq ans. N’empêche qu’à l’époque, son combat n’avait rien de drôle. Avant son arrivée dans le centre spécialisé, il avait été photographié en train de fumer du cannabis à Atlanta et avait été impliqué dans une bagarre à l’extérieur d’un bar de Toronto.

«En 2012, j’ai réalisé que j’étais alcoolique, avait-il dit en 2015 à l’émission Good Morning America du réseau ABC. Je me battais sans aide. Des fois, j’étais sobre pendant deux ou trois mois, puis j’avais une rechute.»

Un verre après son match

D’après ce qu’a aussi précisé le journal new-yorkais, un verre d’alcool attendait toujours Sabathia dans le vestiaire après chacun de ses départs au monticule. Il disait qu’après avoir lancé, il était «assommé» durant deux jours et prenait autant de jours pour se remettre sur pied d’ici son départ suivant.

L’ex-artilleur n’avait jamais dévoilé «le fond de l’histoire» et il souhaitait que sa bataille contre l’alcoolisme ainsi que sa relation avec son père soient les thèmes centraux du documentaire.

«Cette fin de semaine là, à Baltimore, il y a eu les effets sur moi du décès de mon père [survenu en 2003], a-t-il émis. Je voulais lui rendre hommage et il est l’une des raisons pour lesquelles je suis allé aussi loin [avec cette diffusion].»

Heureusement pour lui, l’homme de 40 ans a repris sa vie en main, car en plus d’avoir vaincu sa dépendance à l’alcool, il a réduit passablement son poids au cours des récentes années. Ayant opté pour un régime végétarien en 2018, il avait publié en mai une photo le montrant aminci considérablement, lui qui faisait osciller l’aiguille de la balance à plus de 300 lb auparavant.