Marc-André Perreault

9 combats en 9 secondes

9 combats en 9 secondes

Marc-André Perreault

Publié 15 décembre 2020
Mis à jour 15 décembre 2020

C’est arrivé dans la ligue «semi-pro» du Québec il n’y a pas si longtemps. Cette ligue qui a la réputation d’être la plus violente de l’histoire du hockey.

9 combats en 9 secondes, c’est ce qu’a vécu Joël Thériault il y a quelques années à Laval.  

«Dans le sport, il y a eu cette époque du hockey sénior. Tout le monde allait chercher son compte là-dedans. L’ère des gars de bras, des chicaneurs. Ils allaient chercher des portiers qui travaillaient dans les bars, n’importe qui qui voulait se battre. T’as des gros bras? Tu veux te battre? Viens-t’en! Premier match hors-concours à Laval, 9 secondes, 9 combats. La première période a duré une heure et demie!»

Il est important de souligner que cette ligue a changé... les combats sont encore relativement «fréquents», mais beaucoup moins qu’à l’époque. Il n’est pas rare non plus de voir plusieurs joueurs qui ont été repêchés dans la LNH. 

Mais reste que la bagarre a longtemps été la seule façon (ou presque) d’attirer les gens dans les gradins.

«Quand je suis parti de Rivière-du-Loup pour Sorel, l’équipe était 2e au classement. Mais nous n'étions pas ''toughs''. Il y avait donc moins de monde dans les estrades. La direction a donc décidé de changer ça parce qu’ils voulaient du monde pour que l’argent rentre. Comment tu fais ça? Les batailles. Ils ont échangé des gars, si bien que je me retrouvais parfois sur la deuxième ''ligne''. Il y avait Derek Parker, Roger Maxwell, Darcy Johnson, Dean Mayrand, Gerald Moriarity et Maxime Bouchard notamment. On a descendu au classement, mais l’aréna était plein.»

Pas juste au semi-pro  

En fait, le hockey était tout simplement violent à l’époque. On parle beaucoup du «semi-pro», mais c’était le cas aussi dans le hockey junior et même encore aujourd’hui dans quelques ligues de hockey sénior à travers la province.

Il suffit d’écouter Paul LaPlante nous raconter qu’il a déjà fait porter des gants de boxe à ses joueurs (junior) dans une pratique au début des années 1970 pour réaliser à quel point la société a évolué et que ce qui était acceptable sur une glace à l’époque fait maintenant partie du folklore.

Voyez le passage de Marc-André Perreault avec Jean-Charles Lajoie dans la vidéo ci-dessus.