Canadiens de Montréal

Sept exploits de Patrick Roy après son départ de Montréal

Publié | Mis à jour

Il y a 25 ans, soit le 2 décembre 1995, le gardien Patrick Roy subissait l’humiliation au Forum de Montréal dans une défaite de 11 à 1 du Canadien face aux Red Wings de Detroit. 

Cette soirée, ponctuée d’une confrontation avec l’entraîneur-chef Mario Tremblay, allait mener à son départ, un départ que certains partisans du CH regrettent encore un quart de siècle plus tard. 

Dans le segment "Le Colisée" de JiC, Hugo Giroux et Jean-Philippe Bertrand reviennent sur cet épisode houleux de l'histoire du CH. C'est à voir en vidéo principale.

Sans vouloir tourner le fer dans la plaie, voici sept grandes réalisations de Roy accomplies après qu’il eut quitté Montréal:

- Une conquête immédiate 

Quelques mois après la transaction l’ayant fait passer à l’Avalanche du Colorado, Roy soulevait la coupe Stanley avec sa nouvelle équipe. 

Lors de cette conquête, Roy et ses coéquipiers s’étaient d’ailleurs imposés contre les Red Wings en finale de l’Association de l’Ouest avant de balayer les Panthers de la Floride en quatre matchs en grande finale.

- Devant Brodeur et Hasek 

À sa première saison complète avec l’Avalanche, le célèbre gardien a dominé tous ses homologues, en 1996-1997, au chapitre des victoires, avec 38. 

Il devançait alors Martin Brodeur (37), des Devils du New Jersey, et Dominik Hasek (37), des Sabres de Buffalo. C’est toutefois Hasek qui, sans surprise, avait obtenu le trophée Vézina.

- Au sommet dans l’histoire de la LNH 

En signant son 448e gain en carrière en saison régulière, le 17 octobre 2000, Roy éclipsait alors Terry Sawchuk au sommet des gardiens les plus victorieux dans l’histoire de la Ligue nationale de hockey (LNH). 

Étrangement, la marque de 447 victoires de Sawchuk a depuis été rétablie à 445 par les statisticiens de la LNH. Brodeur, qui est le meneur de tous les temps, a éventuellement dépassé Roy.

- Des éliminatoires exceptionnelles 

Même s’il n’a pas gagné la coupe Stanley avec l’Avalanche en 2000, le gardien québécois était tout feu tout flamme lors de ces séries éliminatoires. En 17 matchs, il avait présenté une moyenne de buts alloués de 1,79 et un taux d’efficacité de ,928.

La formation du Colorado avait toutefois perdu en sept matchs, en finale de l’Ouest, contre les Stars de Dallas.

- Coupe Stanley et Conn-Smythe 

En 2001, Roy gagnait une deuxième coupe Stanley avec l’Avalanche et la quatrième de sa carrière. 

Le gardien a par ailleurs mis la main, cette année-là, sur le trophée Conn-Smythe, remis au meilleur joueur des séries éliminatoires. Roy avait aussi reçu le même honneur en 1986 et en 1993 avec le Canadien de Montréal.

- Le trophée William-M.-Jennings 

À 36 ans, le Québécois demeure au sommet de son art. Au terme de la saison 2001-2002, il remporte le trophée William-M.-Jennings, attribué au gardien ayant présenté la meilleure moyenne de buts alloués. 

Ayant pris part à 63 rencontres, Roy a notamment réussi neuf blanchissages et conservé une extraordinaire moyenne de 1,94.

- Un 151e gain dans les éliminatoires 

Le 16 avril 2003, Roy obtenait sa dernière victoire dans la LNH, au cours du quatrième match de la série de premier tour contre le Wild du Minnesota. Dans un gain de 3 à 1, il n’avait eu qu’à repousser 24 des 25 tirs du Wild pendant que Joe Sakic réussissait notamment un doublé.

L’Avalanche avait finalement perdu cette série en sept rencontres, dont les deux derniers matchs en prolongation. 

À ce jour, Roy demeure le recordman pour le plus grand nombre de victoires en séries par un gardien (151) et on ne voit pas le jour où cette marque sera battue. Il a gagné 70 matchs éliminatoires avec le Canadien, puis 81 dans l’uniforme de l’Avalanche.