Dave Morissette en Direct

«Je pense à lui tous les jours» - Isabelle Pagé

Publié | Mis à jour

Cette année, Jean Pagé n’est pas parmi nous pour la journée de sensibilisation au cancer de la prostate. 

Mais malgré son décès, M. Pagé continue de vivre à travers les gens qu’il a touchés au cours de sa vie, dont sa fille Isabelle, qui était présente sur le plateau de l’émission Dave Morissette en direct, jeudi soir.   

«C’est la première année que papa n’est pas là, a souligné celle qui a pris la relève du paternel, qui était un ambassadeur émérite de la campagne Nœudvembre lancée par PROCURE. L’an dernier, il était encore là. Il a vu le premier ministre l’année passée porter le nœud papillon en conférence de presse et il était tellement fier parce que, lui, c’est ça qu’il voulait.

«Il voulait que le nœud papillon soit associé au cancer et fasse un rappel; une petite lumière qui s’allume dans la tête des hommes.» 

Isabelle Pagé pense beaucoup à son papa par les temps qui courent.

«Tous les jours, sans exception, a-t-elle confié. Là, je t’avoue que j’ai arrêté de m’imaginer qu’il allait m’appeler, parce que c’est de ça que je m’ennuie le plus. Sa voix. Sa voix vibrante. Et je sais que je ne suis pas seule. Parce que, quand les gens me parlent de lui, souvent, ils me disent à quel point sa voix les a marqués. 

«Il y a des gens de mon âge qui me disent : "Je m’endormais avec la voix de ton père."»

La voix de Jean, c'est désormais Isabelle qui la porte dans le combat contre le cancer de la prostate. Et avant le décès de celui-ci, elle s’est assurée d’avoir sa bénédiction.

«C’était important pour moi de savoir que c’était correct avec lui que je continue [là où il a laissé], a-t-elle expliqué. Je lui ai dit : "Papa il faut qu’on se parle. Ce que je suis en train de faire, est-ce que c’est correct? C’est ça que tu veux?" Et il a dit : "Oui, continue, tu fais du beau travail et c’est beau ce que tu fais." Alors on continue et je ne suis pas toute seule. 

«Toute l’équipe de PROCURE est là. Vous êtes là pour porter le nœud. On le fait pour vous, je le fais pour mes garçons. Je le fais pour mon conjoint. Douze hommes par jour reçoivent un diagnostic, ce n’est pas peu. Alors, il voulait qu’on fasse tomber les tabous, on va continuer. Et, un jour, mes enfants vont parler du cancer de la prostate sans honte et sans gêne.» 

Dans la vidéo ci-dessus, voyez l'entrevue complète accordée par Isabelle Pagé ainsi que des hommages rendus par Michel Beaudry, Bertrand Godin et Michel Bergeron.