Canadiens de Montréal

«On entend ça dans tous les marchés!»

Publié | Mis à jour

L’actuel président de l’Impact de Montréal Kevin Gilmore a un curriculum vitae des plus étoffés.

En 2011, après avoir fait ses preuves et réalisé de grandes choses autant sur la scène sportive que dans le monde du divertissement du côté de la Californie, l’homme de 54 ans a été embauché par les Canadiens de Montréal à titre de vice-président exécutif et chef de l'exploitation.     

Rapidement, Gilmore s’est donné comme objectif de rendre l’organisation du CH plus accessible et attrayante pour tous. 

«Le sport, c’est vendre un lien émotionnel. La personne qui dépense et achète quatre billets dans les rouges pour un match des Canadiens ne prend pas une décision rationnelle. Elle prend une décision basée sur ses émotions envers le club. 

«Mais à un certain moment, j’ai pris conscience que les gens ne savaient pas qui étaient vraiment les joueurs. Tout ce que les partisans voyaient des patineurs, c’était le segment de 15 secondes, après un match, où les gars disaient qu’ils étaient contents ou pas de leur performance. Mais on entend ça dans tous les marchés!»

Visionnaire, le polyvalent homme n’allait certainement pas demeurer les bras croisés. 

«J’ai donc soumis l’idée de l’émission “24CH”, qui visait à humaniser les joueurs aux yeux du public. Je suis fier d’avoir participé à la mise en place de ce projet, qui offrait l’opportunité aux gens de connaître les joueurs sous un autre angle».

Cette émission, où l’on pouvait notamment voir comment les joueurs se comportaient dans leur quotidien, a permis, allègue Gilmore, de faire progresser le CH au chapitre du contact avec les partisans. 

«Madame, qui se fâchait parce que son mari voulait demeurer à la maison le samedi soir pour regarder le match, s’attache soudainement à Brendan Gallagher, parce qu’elle l’a vu faire quelque chose de mignon ou drôle dans l’épisode de la semaine. Ça change bien des choses!» 

Voyez le segment complet dans la vidéo ci-dessus, où Kevin Gilmore raconte aussi les ciconstances ayant mené à son embauche chez l'Impact de Montréal.