Crédit : AFP

F1

Cinq pilotes qui, comme Stroll, ont surpris en qualifs

Publié | Mis à jour

À la surprise générale et grâce à une piste mouillée, le Québécois Lance Stroll a mis la main sur la pole position lors des qualifications du Grand Prix de Turquie, samedi.

Il s’agit d’un exploit particulier pour le pilote de l’écurie Racing Point, alors qu’il était loin d’être le favori pour décrocher cette position de tête, souvent détenue par Lewis Hamilton, Valtteri Bottas ou encore Max Verstappen.

Voici cinq autres pilotes, qui, comme Stroll, ont déjoué les pronostics en obtenant leur première (et seule) pole position en carrière depuis le début des années 2000.

Pastor Maldonado (Espagne 2012)

Plusieurs partisans espéreront voir Stroll réaliser un parcours semblable à celui du Vénézuélien Pastor Maldonado au Grand Prix d’Espagne de 2012.

Au volant d’une voiture Williams qui commençait à en arracher, le pilote de deuxième année a profité d’une pénalité à Lewis Hamilton, alors chez McLaren, pour être promu à l’avant de la première ligne. Maldonado a même su résister à ses poursuivants en course pour décrocher la seule victoire de sa carrière en F1.

Ça ne l’a tout de même pas empêché d’être blanchi lors des neuf épreuves suivantes, en plus de terminer 15e au classement général, au terme de la saison.

Nico Hulkenberg (Brésil 2010)

L’Allemand Nico Hulkenberg est encore dans le portrait du grand cirque automobile, lui qui est venu prêter main-forte à Racing Point en 2020, après des tests positifs à la COVID-19. S’il est aujourd’hui remplaçant, le vétéran de 33 ans a connu son heure de gloire il y a une décennie déjà.

À son année recrue, «Hulk», lui aussi sur Williams, a décroché la position de tête du Grand Prix du Brésil, sur le circuit d’Interlagos. Ça ne s’est pas déroulé aussi bien le dimanche, alors qu’il a dû se contenter du huitième rang.

Le lendemain, il apprenait également qu’il allait devoir se trouver un nouveau baquet en 2011. Bref, un week-end en montagnes russes.

Robert Kubica (Bahreïn 2008)

En voilà un autre qui a fait parler de lui lors des dernières années. Avant de faire un surprenant retour à la F1 en 2019 – avec Williams – le Polonais Robert Kubica était l’un des pilotes les plus prometteurs du monde.

En 2008, il a connu toute une saison pour BMW Sauber en terminant quatrième du classement général, en vertu de ses sept podiums et sa victoire à Monaco.

Quelques mois plus tôt, il avait obtenu sa seule pole position en carrière à Bahreïn. Il n’avait mené que deux tours de l’épreuve, étant devancé par Felipe Massa dès le début.

Heikki Kovalainen (Grande-Bretagne 2008)

En 2008, Heikki Kovalainen est dans l’ombre de Hamilton chez McLaren. Le Finlandais a eu le malheur de se glisser entre son coéquipier et Massa, qui se disputaient férocement le titre de champion du monde cette année-là.

Kovalainen a connu son premier moment de gloire en Grande-Bretagne en partant au premier rang. Ce fut toutefois une épreuve chaotique, alors que seuls deux pilotes ont été en mesure de conclure sur le tour du vainqueur, Hamilton. Kovalainen a terminé cinquième, et a remporté le Grand Prix de Hongrie quelques semaines plus tard.

Nick Heidfeld (Europe 2005)

Nick Heidfeld a roulé sa bosse en Formule 1 pendant 12 saisons et 183 Grands Prix, mais il n’a jamais mis les pieds sur la plus haute marche du podium.

Comme pour plusieurs pilotes de cette liste, Heidfeld a profité d’un passage chez Williams, en 2005, pour obtenir une position de tête.

Souvent dans l’ombre de Mark Webber, c’est au Grand Prix d’Europe, devant ses partisans réunis aux abords du célèbre Nurburgring, que Heidfeld a causé la surprise, avant de terminer au second rang de la couse. Certainement un beau souvenir pour le pilote qui a ensuite vu sa saison être écourtée en raison d’une blessure.