LHJMQ

LHJMQ: des mesures strictes dans la «bulle»

Publié | Mis à jour

Interdiction des contacts physiques en dehors des parties, port du masque de procédure obligatoire dans les transports et les lieux publics fermés, dépistage régulier ainsi que nettoyage et désinfection fréquents de tous les lieux fréquentés par les équipes: la LHJMQ a mis en place un protocole strict en vue de son événement en «environnement protégé» qui aura lieu du 17 au 27 novembre prochains au Centre Vidéotron.

Le Journal de Québec a obtenu une copie de ce document de 11 pages entériné par la Santé publique et remis aux sept équipes qui y prendront part.

«L’objectif premier de la présente annexe est de créer un environnement des plus sécuritaires possible pour l’ensemble des joueurs et du personnel des équipes de la LHJMQ et des officiels qui auront à se déplacer et entrer en compétition au sein de l’environnement protégé [...] Tout manquement aux protocoles entraînera une exclusion immédiate de l’environnement protégé», peut-on y lire.

Les mesures étalées aux équipes sont claires et les contacts directs entre les membres des équipes seront inexistants, en dehors des matchs. Chaque formation aura un étage ou une section de leur hôtel qui leur sera réservée et ne pourra la quitter autre qu’en direction du Centre Vidéotron ou du Pavillon de la Jeunesse qui, lui, servira de lieu d’entraînement.

Chaque équipe aura également sa salle commune exclusive, à l’hôtel, qui sera utilisée pour les repas et pour l’organisation d’activités d’équipe. Les joueurs seront aussi deux par chambre et ils ne pourront visiter leurs coéquipiers dans la leur. «Pour faire les bulles de cochambreurs, considérer les personnes qui sont susceptible de se retrouver en contact étroit pendant les matchs», peut-on lire dans le protocole.

À noter que ces mesures seront les même pour les dix officiels choisis par la LHJMQ (cinq arbitres et cinq juges de lignes), ainsi que les membres du personnel du circuit Courteau présents dans la bulle qui, eux, résideront dans un hôtel différent des équipes.

Calendrier de tests

Les sept formations de la LHJMQ, les officiels et les employés de la LHJMQ seront testés aujourd’hui, à 72h de leur arrivée dans la bulle et le seront de nouveau aux trois jours selon un calendrier précis, soit les 17, 20, 23 et 26 novembre.

Si la première vague de tests, celle d’aujourd’hui, sera conduite au privé, la LHJMQ n’a toujours pas statué de sa marche à suivre pour les autres séries de dépistage. Rappelons qu’un test au privé coûte environ 200$. Chaque membre à l’intérieur de la bulle devra aussi faire un suivi quotidien de ses symptômes par le biais de l’application Edge10.

Pour les entraînements et les matchs, un vestiaire sera attribué à chacune des équipes et sera désinfecté après chaque utilisation.

À noter que lors des rencontres, le personnel d’encadrement et les équipes de description des matchs seront autorisés à entrer dans le Centre Vidéotron. Ces derniers devront être exempts «de tout symptôme lié à la COVID-19 dans les 48 heures avant chacune des parties auxquelles ils seront affectés.»

Aucun contact à moins de 2 mètres ne sera autorisés entre ces personnes et les joueurs et membres du personnel des équipes, sauf pour le personnel assigné aux bancs de pénalité qui, eux, devront porter «un masque procédural ainsi qu’une visière de type médical en tout temps et laver leurs mains avec un liquide désinfectant à concentration minimale de 60% d’alcool dès l’entrée et la sortie d’un joueur au banc des pénalités.»

Il s’agira des seules autres personnes autorisées à entrer dans ladite bulle, puisque les médias, les recruteurs et les agents de joueurs ne pourront être présents lors des parties.

Isolement volontaire

D’ailleurs, le protocole détaille les conditions d’isolement volontaire auxquelles les équipes ont été soumises depuis le 3 novembre.

La LHJMQ reconnait dans son protocole qu’un isolement «peut difficilement avoir lieu dans une famille dont les membres poursuivent leurs activités normales (fréquentation scolaire, travail en contact avec des collègues)», comme c’est le cas pour les joueurs qui vivent en famille de pension ou les membres du personnel et leur famille.

Ces derniers ont donc été soumis à d’autres contraintes: on leur a demandé d’utiliser le plus possible une salle de bain et des pièces séparées des autres membres de la maison, de respecter une distanciation physique de 2 mètres avec les autres résidents du domicile dans les espaces communs ainsi qu’un lavage de mains et une désinfection régulière de ces endroits. Le port du masque, médical de préférence, a aussi été recommandé autant pour les joueurs ou membres du personnel que pour les autres habitants du foyer, en tout temps.

Par ailleurs, les Saguenéens de Chicoutimi ont reçu la confirmation hier soir que tous leurs tests étaient négatifs. Rappelons qu'ils avaient dû s'isoler et être tous testés après qu'un membre du personnel eut contracté la COVID-19. Les Sags pourront donc prendre part à l'événement.

LA BULLE

  • 5 sites (3 hôtels et 2 arénas)
  • Maximum 34 personnes et 25 joueurs par équipe-bulle
  • Distanciation physique en tout temps entre membres d’une équipe-bulle et entre les différentes équipes-bulles. Poignées de mains et accolades ne sont pas permises en dehors des parties.
  • Surfaces fréquemment touchées désinfectées plusieurs fois par jour
  • Isolement préventif à partir du 3 novembre à la maison, allers-retours permis seulement entre le domicile le lieu d’entrainement
  • Dans les espaces communs du domicile, maintien d'une distance de 2 mètres avec les autres occupants, lavage des mains strictes et des surfaces et masque médical par les autres occupants et le joueur/personnel.
  • Tests 72 heures avant l’entrée dans la bulle
  • Joueurs, membres du personnel et employés de la LHJMQ testés aux trois jours.
  • Seuls les occupants de la chambre à l’hôtel sont autorisés à l’intérieur de celle-ci.
  • Masques et visière de protection pour le personnel assigné aux bancs des pénalités. Lavage de mains obligatoire dès l’entrée et la sortie d’un joueur au banc.
  • Limitation du personnel admis dans l’amphithéâtre. Les médias (sauf équipes de radiodiffusion autorisées), recruteurs et agents