Canadiens de Montréal

CH: Romanov comme Subban

CH: Romanov comme Subban

Félix Séguin, TVA Sports

Publié 11 novembre
Mis à jour 11 novembre

Les partisans des Canadiens de Montréal et les médias trépignent d’impatience à l’arrivée très prochaine d’Alexander Romanov.

Le défenseur russe n’a pas encore joué un seul match dans la LNH que déjà plusieurs le voient rapidement avoir un rôle important au sein de la troupe de Claude Julien.   

Selon moi, le dernier défenseur de première année des Canadiens à avoir créé une telle frénésie est P.K. Subban.

Choix de deuxième tour des Canadiens en 2018, Romanov a réalisé de beaux accomplissements au cours des deux dernières années. Il fut le défenseur par excellence du Championnat du monde junior en 2019 et il a été choisi sur la première équipe d’étoiles en 2020. Romanov détient aussi le record pour un défenseur russe pour les points récoltés en carrière lors de ce prestigieux tournoi.

L’arrivée très attendue de Romanov m’a plongé dans mes souvenirs. J’ai dressé une liste des défenseurs de première année des Canadiens en qui les espoirs étaient grands.

Petr Svoboda  

Les Canadiens avaient surpris tout le monde au repêchage de 1984 en sélectionnant Petr Svoboda au cinquième rang. Le directeur général Serge Savard avait été à l’origine de la défection de ce défenseur qui était originaire de la Tchécoslovaquie. Svoboda avait fait ses débuts dans la LNH la saison suivante à l’âge de 18 ans. Sans devenir un défenseur étoile, Svoboda s’est démarqué grâce à son efficacité lors de ses huit saisons à Montréal. Il a notamment gagné la coupe Stanley en 1986.

Crédit photo : JMTL

Marko Kiprusoff  

Plusieurs ne le connaissent pas ou l’avaient oublié. Cependant, il y avait des attentes élevées à l’endroit de Marko Kiprusoff. Choix de troisième tour des Canadiens en 1994, Kiprusoff était un défenseur offensif qui avait été nommé le meilleur joueur d'arrière en Finlande en 1995 et il avait aussi remporté l’or au Championnat du monde en 1995. Kiprusoff est arrivé à Montréal la même année que Saku Koivu. Les deux étaient coéquipiers pour la formation de Turku en Finlande et ils ont été présentés à la presse montréalaise en même temps avant le camp d’entraînement de 1995. Cependant, Kirprusoff n’aura disputé que de 24 matchs avec les Canadiens en 1995-96. Il est retourné en Europe la saison suivante.

Crédit photo : CLAUDE RIVEST/LES ARCHIVES/LE JO

Mike Komisarek  

En 2001, les Canadiens se sont servis de leur choix de premier tour, septième sélection au total, pour choisir le défenseur américain Mike Komisarek. À 6 pieds 4 pouces et 235 livres, Komisarek était un défenseur défensif, imposant et robuste. Il est arrivé au milieu de la saison 2002-03 avec la pression de devenir un joueur fiable pour les années à venir. Komisarek a rapidement gagné le cœur des amateurs montréalais, mais il a aussi rapidement régressé tellement que les Canadiens n’ont pas renouvelé son contrat en 2009.

Crédit photo : Agence QMI

P.K. Subban  

Choix de deuxième tour en 2007, P.K. Subban était grandement attendu à Montréal. Il venait de gagner deux fois la médaille d’or au Championnat du monde junior (2008-2009) et il avait été choisi sur la première équipe d’étoiles à sa deuxième participation. À sa seule saison dans la Ligue américaine, Subban avait continué d’impressionner en se retrouvant aussi sur la première équipe d’étoiles. En raison de sa personnalité attachante et de son grand talent, Subban est rapidement devenu un joueur étoile. Il a notamment été le récipiendaire du trophée Norris en 2013. La suite, vous la connaissez.

Crédit photo : Martin Chevalier / JdeM

Et les autres  

Depuis 40 ans, d’autres jeunes défenseurs repêchés par les Canadiens étaient promus à un bel avenir.

On peut penser à Eric Charron (1988), Lindsay Vallis (1989), Brent Bilodeau (1991), David Wilkie (1992), Brad Brown (1994), Ron Hainsey (2000), David Fisher (2006), Jarred Tinordi (2010) et Nathan Beaulieu (2011) qui ont tous été des choix de première ronde.

Cependant, les attentes à leur endroit étaient modérées. Selon moi, la perception à Montréal à l’endroit de ces défenseurs n’était pas la même que celle pour Alexander Romanov.

Du moins, c’est mon opinion.