Canadiens de Montréal

Cayden Primeau: Stéphane Waite montre ses cartes

Publié | Mis à jour

Le 14 octobre, Marc Bergevin prolongeait de deux saisons le contrat de Jake Allen, seulement six semaines après avoir fait son acquisition des Blues de St. Louis. Une façon d’appâter le Kraken de Seattle et de le détourner des attaquants et des défenseurs du Canadien au prochain repêchage d’expansion ? Peut-être.

Mais à la lumière des propos de Stéphane Waite, la présence du gardien de 30 ans à Montréal sert d’abord et avant tout à permettre une progression adéquate pour Cayden Primeau.  

«Le plan avec Cayden, c’est qu’il joue environ 150 matchs dans la Ligue américaine, a indiqué l’entraîneur des gardiens de but du Canadien. Je préfère qu’il joue 40 ou 50 matchs à Laval plutôt que 20 à Montréal.»

Jusqu’ici, le choix de septième tour du Canadien en 2017 en compte 33 sous les couleurs du Rocket de Laval. Tous disputés l’hiver dernier. En maintenant un rythme avoisinant les 40 matchs, l’Américain de 21 ans rencontrerait ce prérequis à l’expiration du contrat d’Allen.

«Un gardien comme lui ne perd pas son temps dans la Ligue américaine, a soutenu Waite. La plupart des gardiens qui deviennent numéro un dans la LNH ont joué, en moyenne, 150 matchs dans la Ligue américaine. Corey Crawford, que j’ai eu à Chicago, avait même joué 250 matchs [255].»

Waite a appuyé sa théorie en énumérant une liste de gardiens ayant répondu à ce critère : Jacob Markstrom (165), Jordan Binnington (164) et même Jake Allen (172).

Deuxième sens à développer  

Lors du camp tenu en juillet et de la présence du Canadien dans la bulle torontoise, Waite a eu la chance d’avoir Primeau sous les yeux de façon quotidienne pendant pratiquement deux mois.

«C’est super plaisant de travailler avec lui. Le jeune veut apprendre. Marco Marciano [entraîneur des gardiens du Rocket] a fait du bon travail sur le plan technique avec lui», a lancé Waite.

L’ancien employé des Blackhawks de Chicago aimerait maintenant que son jeune protégé apprenne à faire confiance à ses instincts.

«On veut le rendre un peu moins robotique. Il doit éviter de focusser strictement sur la rondelle pour être également conscient de ce qui se passe autour. Carey a un deuxième sens pour ça.»

Le maniement de la rondelle est un autre aspect du jeu sur lequel Waite a invité Primeau à travailler. Encore une fois, Price sera un bon modèle pour le jeune Américain.