Canadiens de Montréal

«Marc Bergevin a frappé un circuit»

Publié | Mis à jour

Plus que jamais, les duos de gardiens d’expérience ont la cote dans la Ligue nationale (LNH). Les Bruins, les Islanders et les Golden Knights ont obtenu un succès certain au cours des dernières campagnes en misant sur un gardien auxiliaire capable de soulager la tâche de travail du titulaire.

Stéphane Waite soutient que l’arrivée de Jake Allen s’inscrit parfaitement dans cette stratégie. Voyez l'entrevue virtuelle de Stéphane Waite dans la vidéo ci-dessus.   

Rendu disponible via visioconférence, mardi, l’entraîneur des gardiens de but du Canadien avait des étoiles dans les yeux en parlant de l’une des dernières acquisitions de son patron. 

Il est convaincu que le Tricolore mise désormais sur l’un des meilleurs duos de gardiens du circuit Bettman.

«Marc [Bergevin] a frappé un coup de circuit. On a payé le prix, mais ça vaut la peine. Jake, c’est presque 300 [289] départs dans la LNH. Il a été le gardien numéro 1 [à St. Louis] et pourrait encore l’être dans bien des équipes. Son nom apparaissait en haut lorsqu’on a dressé notre liste à la fin des séries éliminatoires.»

Pour des raisons évidentes, il est pour l’instant impossible de savoir à quoi ressemblera le calendrier de la prochaine saison dans la LNH. Dans une situation normale, le plan serait d’envoyer Allen dans la mêlée pour 30 matchs, ce qui équivaut à 36,6 % d’un calendrier de 82 rencontres.

Récupération plus lente  

Peu importe l’allure que prendra la campagne 2020-2021, Waite a l’intention de demeurer fidèle à ce ratio, que le calendrier compte 48, 60 ou 82 matchs.

«Carey [Price] voudrait jouer tous les matchs, mais je suis certain qu’il sera heureux de voir moins d’action pour plus de qualité. Au cours des dernières années, on a dû surutiliser Carey. Dans certaines situations, il coupait les coins ronds pour économiser de l’énergie», a expliqué Waite, rappelant que son homme de confiance avance en âge.

«De nos jours, ce n’est plus comme dans le temps. Les matchs sont rendus tellement serrés que si tu donnes un mauvais but, tu risques de perdre le match. C’est beaucoup de pression. Et, à 33 ans, le corps prend plus de temps à récupérer entre chaque match.»

Ce sera bon pour Price, mais également pour Allen, si on se fie aux dires de Waite. L’hiver dernier, à sa septième saison dans l’uniforme des Blues, Allen a affiché une moyenne de buts alloués de 2,15 et un taux d’efficacité de ,927. Dans un cas comme dans l’autre, il n’avait jamais présenté d’aussi bonnes statistiques.

«Il l’a fait en disputant 24 matchs sur 70, ce qui s’approche du ratio du nombre de matchs qu’on veut lui faire jouer», a relaté Waite.

Partage de savoir  

Il n’y a pas qu’au point de vue physique que Price pourra profiter de la complicité d’Allen. Il pourra également profiter de l’expérience du Néo-Brunswickois de 30 ans.

De tous les auxiliaires sur lesquels Price a pu compter au cours des 10 dernières années, Allen (289 matchs) pointe au deuxième rang dans la colonne des parties jouées. Antti Niemi en avait 428 derrière les jambières lorsqu’il s’est présenté à Montréal. Mention honorable à Petr Budaj qui en avait 242.

Les trois ont ceci en commun: ils ont principalement évolué dans l’Association de l’Ouest.

«Carey est très content de la venue de Jake. Il va pouvoir partager des connaissances sur les joueurs de l’Ouest. Ce sera bon pour lui. 

«D’ailleurs, les plus belles relations que Carey a développées avec son adjoint, c’était avec Budaj et Niemi. Justement parce qu’il pouvait échanger beaucoup d’informations sur les joueurs de la LNH.»

Le coup de main d’Allen devrait être beaucoup plus grand que celui de Keith Kinkaid.

«Jake est totalement dans une autre classe.»