Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens de Montréal

Dustin Tokarski ne l'a pas oublié

Publié | Mis à jour

Le gardien Dustin Tokarski a peut-être disputé seulement 31 matchs, dont cinq en séries éliminatoires, avec le Canadien, mais il n’a pas oublié son séjour à Montréal, ni les performances de Carey Price.

L’athlète de 31 ans, qui a signé un contrat de deux ans avec les Sabres de Buffalo mercredi, demeure dans la mémoire de plusieurs partisans du Tricolore. 

C’est lui qui avait pris le relais de Price après que celui-ci eut été blessé par l’attaquant des Rangers de New York Chris Kreider en finale de l’Association de l’Est, en 2014.

Tokarski avait participé aux cinq dernières rencontres de cette série et avait été l’adjoint du numéro 31 pendant la campagne suivante. Il dit avoir fortement apprécié son expérience au sein de l’organisation, même si elle l’a échangé aux Ducks d’Anaheim le 7 janvier 2016.

«Ce fut formidable, a-t-il affirmé au site buffalohockeybeat.com à ce sujet. C’est un rêve qui est devenu réalité. On m’a lancé au cœur de l’action et on avait confiance en moi en séries lorsque Carey Price a malheureusement été blessé. J’ai acquis une tonne d’expérience durant ce beau parcours.»

«Puis, j’ai pu jouer la saison suivante dans la Ligue nationale comme adjoint de Price. Je l’ai vu remporter le trophée Vézina et c’était spécial à regarder, a-t-il enchaîné. J’ai appris de Carey, l’un des meilleurs au monde. Il m’a réellement aidé à devenir qui je suis maintenant.»

Crédit photo : Martin Chevalier / JdeM

Très exigeant

Ayant passé une bonne partie de sa carrière professionnelle dans la Ligue américaine, Tokarski a toutefois une bonne idée de l’environnement de travail dans le circuit Bettman. 

Les joueurs y sont compétitifs et veulent y garder leur place, tout en gagnant. Et l’ex-porte-couleurs du Canadien rappelle que dans le cas de Price, ce désir de l’emporter n'est pas seulement présent lors des matchs.

«Quand on marquait des buts contre lui à l’entraînement, il devenait fâché et jamais je n’avais vu quelqu’un aussi de mauvaise humeur, s’est souvenu le natif de la Saskatchewan. 

«C’est pourquoi il fait partie de l’élite et peut transporter une équipe à lui seul. Il n’arrête pas de s’améliorer.»