LHJMQ

Richard Martel et Patrick Roy: les dessous d'une rivalité explosive

Publié | Mis à jour

La rivalité opposant les Remparts de Québec et les Saguenéens de Chicoutimi a atteint son apogée lorsque Patrick Roy est arrivé à la barre des Diables rouges en 2005.

En entrevue dans le cadre de la semaine Sport et politique à Dave Morissette en direct, l’ancien entraîneur des «Sags» Richard Martel s’est confié sur la compétition qui existait entre lui et Roy à l'époque. À voir dans la vidéo ci dessus.  

«Patrick Roy est une personne avec énormément de caractère. On était très proches, moi et lui. Même dans notre rivalité au début, on s’appelait après les matchs. On n’osait pas trop parler des vraies choses. On parlait de choses pas très importantes», a expliqué l’entraîneur-chef le plus victorieux de l’histoire de la LHJMQ.

Lorsque Roy est débarqué dans le circuit Courteau, il a attiré tous les projecteurs médiatiques, qui étaient normalement pointés vers Martel.

«Dans ma tête je me disais : "Toi, je te respecte parce que tu es au Temple de la renommée." Mais ici, t’es une recrue, donc tu ne me passeras pas au-dessus de la tête», a candidement avoué le député de Chicoutimi-Le Fjord.

L’intensité des deux entraîneurs-chefs se transposait chez les joueurs qui prenaient la rivalité Chicoutimi-Québec à cœur. 

Un caractère bouillant  

Richard Martel était reconnu pour son tempérament explosif. Son fameux «ils ne paient pas le prix» demeure l’un des moments les plus mémorables du hockey junior. 

«Nous, on n'était pas engagés pour construire des clubs. On était engagés pour gagner des matchs. On avait de la ''drive'', parce qu’il fallait sauver notre peau. Quand tu perdais 10 parties de suite, tu étais dehors!»

«Il fallait travailler comme des chiens, et parfois on exagérait et on dépassait les bornes avec nos joueurs», a renchéri notre analyste Michel Bergeron.