Crédit : Joël Lemay / Agence QMI

Canadiens de Montréal

CH: Jordan Harris progresse à un bon rythme

Publié | Mis à jour

Jordan Harris sortait d’un entraînement de 90 minutes à l’aréna Matthews sur le campus de l’Université Northeastern quand il a parlé de ses plans d’avenir.

À court terme, il y aura le début de la saison dans la division Hockey East de la NCAA, qui regroupe 11 équipes de la Nouvelle-Angleterre. En théorie, les Huskies de Northeastern ouvriront leur saison près de l’Action de grâce aux États-Unis, soit à la fin de novembre. Il n’y a pas encore de date officielle, mais c’est une question de temps avant la publication du calendrier.

Pour Harris, il s’agira d’une troisième saison à Northeastern. Le défenseur de 20 ans portera le «A» sur son chandail cette année, signe d’un rôle encore plus grand.

À plus long terme, le choix de troisième tour (71e au total) du Canadien au repêchage de 2018 aura à trancher entre les bancs d’école et l’aventure du hockey professionnel.

Quand on lui demande s’il s’attend à jouer sa dernière année dans la NCAA, Harris n’ose pas trop s’avancer.

«Je ne sais pas encore, a-t-il répliqué en entrevue téléphonique au Journal. Je n’aime pas regarder trop loin ou penser au futur. Je me concentre sur ma saison à Northeastern.»

Progression

Avant l’interruption de la saison dans la NCAA en raison de la pandémie de COVID-19, Harris a amassé 21 points (3 buts, 18 passes) en 33 matchs. Il s’agissait d’une amélioration considérable comparativement à ses 13 points en 39 matchs à sa saison recrue.

À sa dernière saison, le défenseur originaire du Massachusetts a marqué le but vainqueur en prolongation en finale du Beanpot, un tournoi regroupant les quatre équipes universitaires de la région de Boston. À la fin de l’année, il a aussi remporté le titre de joueur de l’ombre dans son équipe.

«J’ai fait des pas dans la bonne direction à ma deuxième saison. J’ai joué un rôle prépondérant, a expliqué Harris. C’est exactement ce que je recherchais. Je jouais de grosses minutes, j’ai profité du départ de certains vétérans. J’ai aussi eu la chance de jouer pour les États-Unis au Championnat du monde junior. J’ai donc appris plusieurs choses.»

«Dans la prochaine saison, je voudrai simplement m’améliorer, aider mon équipe à gagner et ultimement remporter le championnat national (Frozen Four). Honnêtement, je ferai tout ce que les entraîneurs me demanderont.»

Aucune prédiction

Jim Madigan est l’entraîneur en chef à Northeastern depuis la saison 2011-2012. L’homme de 58 ans a le sourire dans la voix quand il parle de son jeune protégé.

«Je vois des choses très encourageantes avec Jordan depuis ses débuts à Northeastern, a affirmé Madigan. Il a vraiment acquis une belle maturité dans son jeu. Il est encore plus calme et confiant sur la glace et il est un très bon patineur. Il fait maintenant de meilleures lectures sur la glace avec ou sans la rondelle.»

À ses neuf dernières saisons derrière le banc avec les Huskies, Madigan a notamment dirigé les défenseurs Josh Manson (Ducks) et Matt Benning (Oilers, mais maintenant avec les Predators).

«Je dirais la chose suivante. Au même âge, 20 ans, Jordan est en avance sur Matt Benning et Josh Manson. Il est un défenseur plus complet à cet âge. On parle aussi de trois défenseurs différents.»

«Je crois que Jordan fera le saut (dans la LNH) sans passer une longue période de temps dans la Ligue américaine, a poursuivi Madigan. Mais ça dépend toujours du Canadien. Quand tu regardes le côté gauche à la ligne bleue de Montréal, il y a déjà Ben Chiarot et Joel Edmundson. Ils ont aussi le jeune défenseur russe (Alexander Romanov) et d’autres beaux espoirs.»

Contrôler son propre sort

À l’image de son défenseur, Madigan est resté vague sur les chances de voir Harris jouer une dernière saison à Northeastern.

«Je ne peux pas prédire qu’il jouera sa dernière saison ici, a déclaré l’homme originaire de Montréal. Vraiment pas. J’ai occupé un poste de recruteur pendant 18 ans dans la LNH pour les Islanders et les Penguins. Je sais reconnaître un joueur prêt à faire le saut. Est-ce que Jordan en sera à sa dernière année ? Je n’ai pas ce sentiment actuellement.»

Madigan a ensuite offert une analyse à la Marc Bergevin.

«La décision reviendra à Jordan à la fin de la saison. Mais il aura aussi à regarder les options avec le Canadien. Jordan et le Canadien analyseront la situation ensemble à la fin de la prochaine saison. Il n’y a rien de mal à compléter un parcours universitaire.»

«Je sais que Jordan ne se pose pas trop de questions. Il est un jeune homme très intelligent. Il sait que s’il connaît une très bonne saison, il forcera probablement la main des dirigeants du Canadien à lui offrir un contrat rapidement. Mais s’il ne joue pas à la hauteur des attentes, et j’en serais surpris, il risque de revenir pour une quatrième année.»

Une abondance de gauchers à la ligne bleue du CH

Si Ben Chiarot, Joel Edmundson et Alexander Romanov ont déjà leur nom sur leur casier dans le vestiaire à Montréal, d’autres arrières gauchers cogneront à la porte dans le futur. Il n’y a pas juste Jordan Harris qui rêvera d’une place à la ligne bleue du Canadien.

Kaiden Guhle, le choix de premier tour (16e) en 2020, le prometteur Mattias Norlinder et Jayden Struble, un choix de 2e tour en 2019, sont aussi des gauchers. Et ils auront le même objectif que Harris, celui d’un jour gagner un poste à Montréal.

Questionné à savoir s’il voit ça comme une pression additionnelle, Harris a offert une réponse réaliste.

«C’est une bonne question. Il y a des jeunes talentueux au sein de l’organisation. C’est une réalité. Nous sommes plusieurs jeunes avec le potentiel de jouer à un haut niveau, a dit le défenseur de 5 pi 11 po et 185 lb. Mais je ne vois pas ça comme une pression supplémentaire. Je me concentrerai simplement sur mon jeu. Dans le passé, j’ai toujours réussi à faire mon chemin. J’ai comme croyance que les pièces finissent toujours par tomber aux bons endroits quand on travaille fort.»

Aucune menace

Pour le CH, il y aurait un avantage à voir Harris opter pour les rangs professionnels après sa troisième saison. Bergevin éliminerait ainsi le risque de perdre son espoir pour rien à la conclusion d’un stage universitaire de quatre ans.

«Je n’y pense pas trop, a répliqué Harris. Il y a toujours un risque pour les joueurs de la NCAA quand ils jouent une quatrième saison. Il y a l’attrait de devenir joueur autonome. Mais j’ai établi une très belle relation avec le Canadien. J’ai été repêché par lui, c’est l’équipe qui a cru en moi dès le départ. J’aimerais jouer un jour à Montréal. Il s’agirait d’un rêve pour moi de porter ce chandail. Je n’ai que de bons mots à dire au sujet de l’organisation. Mon plan est de poursuivre ma carrière avec le Canadien. Mais je ne sais pas quand je deviendrai professionnel.»

Objectif: santé

À Northeastern, Harris jouera une deuxième saison avec un autre espoir du Tricolore, le défenseur Jayden Struble.

«Jayden a beaucoup de talent, a dit Harris. Il a été ralenti par les blessures l’an dernier. Mais s’il se tient loin de l’infirmerie, il aura un impact important au sein de notre équipe. Il a du talent, il est gros et fort. Et il a aussi une belle personnalité.»

Le thème des blessures est revenu aussi dans les paroles de l’entraîneur en chef des Huskies.

«Jayden s’était blessé au camp de développement du Canadien, il ressentait une douleur à l’aine, a rappelé Madigan. Il a ensuite manqué notre camp au complet et les trois premiers matchs de l’année. Il avait regagné son rythme en milieu de saison pour ensuite se blesser à nouveau (entorse à la cheville).»

«Nous aurons comme objectif de voir Jayden rester en santé cette saison, a-t-il enchaîné. Nous aimerions le voir à son plein potentiel sans traîner des bobos. Il est très athlétique, je dirais même qu’il est un spécimen de la nature. Mais il y a des fois où il se concentre trop sur ses aspects athlétiques. Il aura besoin de varier son positionnement en fonction du schéma tactique. Il comprend déjà bien le jeu, mais il devra éliminer certains risques.»

Struble a récemment participé au camp de l’équipe américaine en vue du Championnat du monde junior qui se déroulera à Edmonton. Le défenseur de 6 pi et 205 lb pourrait imiter Harris avec une participation à ce prestigieux tournoi.

«Jayden a une chance de gagner un poste, a prédit Madigan. Mais encore là, il aura besoin d’éviter les blessures. Au récent camp, il a aggravé une blessure à l’aine.»

En 21 matchs l’an dernier, Struble a obtenu 10 points (3 buts, 7 passes).