LHJMQ

Richard Martel ne voulait rien savoir de Roussel!

Publié | Mis à jour

Antoine Roussel est un joueur fait sur mesure pour une équipe dirigée par Richard Martel. Cela va de soi quand on connaît le caractère des deux hommes. 

Pourtant, à l'époque, Martel ne voulait rien entendre lorsque son recruteur en chef, Pierre Parent, lui proposait de faire venir ce joueur français au Saguenay.    

Le coloré personnage a fait cette confidence lors de l’émission Dave Morissette en direct, lundi soir. 

«Mon dépisteur est venu me dire : "Je connais un Français, Richard, qui est tout un joueur", a raconté Martel. J’ai dit : "Là, arrête, la saison est déjà commencée, arrive-moi pas avec un Français!" Excusez-moi, je ne veux dénigrer personne, mais un Français dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, arrête! Tu me dis que c’est la merveille masquée, c’est quoi?!»

Mais Parent n’a pas voulu lâcher prise. Et Martel a fini par céder. 

«Pendant un mois, il m’a dit : "Richard, il faut que tu l’essayes, il faut que tu l’essayes", s'est-il souvenu. J’étais tanné là. Je n’étais plus capable de voir Pierre. J’ai dit : "Lâche-moi patience avec!" À moment donné, je lui ai dit de me l’amener. On va l’essayer, mais on va régler ça. 

«Je vais te dire une affaire, d’abord, l’intensité de ce gars-là, j’ai dit : "Ça ne toughera pas." Parfois, on parle d’un feu de paille. Une journée ou deux et, après, plus rien.» 

Or, Roussel a convaincu Martel pour de bon lors d’un match contre les Tigres de Victoriaville. 

«La première fois qu’on l’a mis sur la glace, il était impressionnant, a mentionné l’ancien entraîneur devenu politicien. Il patinait, c’était une fusée. On va jouer un match à Victoriaville. Je le mets avec David Desharnais pour le faire bien paraître. Je pense qu’il a fini le match avec un but et deux aides. À ce moment-là, il est sorti de la glace et je lui ai dit : "Amène ton stock, tu joues pour moi."»

Une décision que Martel n'a pas regrettée. 

À voir dans la vidéo ci-dessus : l'anecdote complète racontée par Richard Martel et un message d'Antoine Roussel.