LHJMQ

Antoine Roussel réagit aux propos de Richard Martel!

Publié | Mis à jour

Antoine Roussel a écouté attentivement l’entretien de Dave Morissette avec Richard Martel, lundi soir. Il a bien ri lorsque son ancien entraîneur a candidement raconté qu’il n’était pas chaud à l’idée de faire venir un Français dans son équipe, à l’époque

«Ce sont de bons souvenirs, a réagi Roussel, mardi, lors de l’émission JiC. J'écoutais l’entrevue hier et je trouvais ça excessivement bon. Richard est un naturel à la télévision. Je pense qu’il manque aux amateurs de hockey, avec son énergie. C’est un vrai. C’est pour ça que le monde l’aime et que ça fonctionne pour lui en politique.»    

Même si Martel en demandait beaucoup à ses joueurs, Roussel dit avoir appris beaucoup sous ses ordres, avec les Saguenéens de Chicoutimi. 

«Je lui dois énormément, Richard. J’ai perfectionné avec lui ma ténacité et mon engagement personnel. [...] Il nous challengeait pour qu’on devienne meilleurs. C’était difficile, mais quand tu marchais de son bord, t’avais la paix et t’étais capable d’avoir du succès.»

Par ailleurs, celui qui évolue désormais avec les Canucks de Vancouver, dans la Ligue nationale de hockey, a donné sa perspective du fil des événements qui l’ont amené à jouer pour les Saguenéens. 

Martel mentionnait lundi que son recruteur en chef, Pierre Parent, s’était fait très insistant pour que Roussel obtienne sa chance. Or, ce qui n’a pas été révélé, c’est que, pendant ce temps, le principal intéressé tentait tant bien que mal de rejoindre Parent pour avoir des nouvelles.

«J’étais le Français fatigant de l’autre côté du téléphone! a-t-il rigolé. Je l’appelais, je laissais des messages : pas de nouvelles pendant deux ou trois semaines.»

Roussel a fini par obtenir une courte audition. Il avait intérêt à se démarquer! 

«À moment donné, Pierre m’appelle et il me dit : "Monte à Chicoutimi, t’as trois games", a raconté Roussel. Aucune pression! Crime, j’ai trois games pour performer.»

Évidemment, l’histoire a connu un dénouement heureux, et Roussel a passé quatre saisons dans l’uniforme des Saguenéens. 

«Ça avait super bien été. [Richard] m’a gardé et ç’a été un gros tournant dans ma carrière», a souligné l’attaquant.