Crédit : Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC

LHJMQ

Du sable dans l’engrenage pour certains joueurs étrangers

Publié | Mis à jour

Le dossier des joueurs internationaux dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) connaît de nouveaux rebondissements. Les dirigeants des 18 équipes ont été avisés que la Ligue canadienne de hockey (LCH) analyse les cas des joueurs qui sont entrés au pays avec un permis de travail, a appris Le Journal.

Selon nos informations, la Ligue canadienne et son président, Dan MacKenzie, veulent s’assurer que l’obtention de ces permis ne vienne pas donner des munitions à ceux qui réclament le statut de salariés pour les joueurs dans un recours collectif.  

L’entente de 30 millions $ intervenue entre les avocats des poursuivants et les trois ligues juniors (LHJMQ, OHL, WHL) a d’ailleurs été récemment rejetée par la Cour supérieure du Québec. Elle a subi le même sort en Ontario et en Alberta. Les démarches judiciaires sont toujours en cours.

«Au moment où l’on se parle, tous les dossiers des joueurs européens sont à l’étude par le procureur de la CHL et des développements seront communiqués en temps et lieu», nous a précisé par courriel le directeur des communications de la LHJMQ, Maxime Blouin, confirmant que les joueurs concernés ne sont pas autorisés à jouer présentement.

Aidés par une firme  

Il faut savoir qu’une poignée de joueurs étrangers ont réussi à rejoindre leur formation, malgré les restrictions frontalières en vigueur en raison de la pandémie de la COVID-19.

Devant l’inaction du gouvernement fédéral dans ce dossier, les Remparts de Québec ont fait appel à une firme d’avocats torontois spécialisés en immigration qui est parvenue à obtenir des permis de travail pour les Finlandais Viljami Marjala et Aapo Siivonen. Le grand patron des opérations hockey des Remparts, Patrick Roy, avait dénoncé le travail de la LCH dans ce dossier.

Des débuts qui se font attendre  

La venue de ces joueurs avait d’ailleurs fait grand bruit aux quatre coins du circuit. On le sait, les patineurs européens sont souvent des pièces importantes dans les succès des organisations sur la patinoire et certaines d’entre elles se demandaient comment les Remparts avaient accompli ce tour de force.

Les deux hockeyeurs des Diables rouges n’ont toutefois pas encore vécu leur baptême de feu dans un match de la LHJMQ puisque la troupe de Patrick Roy est présentement en congé forcé en raison de l’interdiction de la pratique des sports collectifs en zones rouges. Ils s’entraînent avec leurs nouveaux coéquipiers depuis le 28 octobre.

Les Remparts, qui ont refusé de commenter l’affaire, font partie des sept équipes impliquées dans le projet de bulle qui se déploiera au Centre Vidéotron et dans deux hôtels de Québec, du 17 au 27 novembre.

Ailleurs  

L’Armada de Blainville-Boisbriand, avec le Russe Yaroslav Likhachev, et les Cataractes de Shawinigan, avec le Russe Vasily Ponomaev, ont réussi à faire entrer leur joueur au pays. Le premier jouit d’un permis de travail, tandis que le second a obtenu la bénédiction des services frontaliers puisque son père œuvre au sein du personnel d’entraîneurs des Cataractes.

Chez les Tigres de Victoriaville, le Russe Mikhail Abramov a pu revenir au Canada après avoir participé au camp estival des moins de 20 ans de son équipe nationale en raison de son contrat avec les Maple Leafs de Toronto.